in

UK : Boris Johnson veut renforcer son pouvoir

Boris Johnson n’a pas perdu de temps pour dégager Julian Lewis hors de ses rangs parlementaires pour s’être fait élire à la présidence du Comité du renseignement et de la sécurité.

Le Premier ministre et son équipe dirigeante de Downing Street ont estimé que la décision du Dr Lewis de s’associer avec l’autre partie – ce qui est plutôt approprié étant donné la nature du comité – était une trahison de trop et l’ont dépouillé du fouet conservateur.

Des sources gouvernementales de haut niveau ont déclaré que le député avait travaillé avec des membres de l’opposition “à son propre avantage” et qu’il ne pouvait raisonnablement pas se plaindre de son licenciement.

Une manie du contrôle

Mais comme le Dr Lewis l’a lui-même souligné jeudi, si le 10 Downing Street a explicitement nié “qu’il tentait de parachuter le loyaliste Chris Grayling au sein du gouvernement pour qu’il préside le panel indépendant, pourquoi a-t-il jugé nécessaire de lui retirer le fouet après avoir été élu à sa tête ?”

L’épisode illustre une peur croissante du contrôle de la part du premier ministre, qui veut pouvoir influencer autant de leviers de pouvoir que possible.

Downing Street a cependant clairement estimé qu’il devait envoyer un signal à ses députés d’arrière-ban pour leur faire comprendre que la discipline de parti doit être maintenue et que tout acte de trahison entraînera l’ostracisme des membres.

Un revers qui passe mal

Cela sera également contre-productif car non seulement le Premier ministre n’a pas réussi à installer son candidat préféré à la présidence du CSI lors d’une élection truquée, mais il a maintenant en place un président mécontent qui n’a aucune obligation envers le parti.

source

Ayant perdu le contrôle de la commission, le gouvernement pourrait tenter de renverser le Dr Lewis en déposant une motion au Parlement, étant donné qu’il est techniquement autorisé à avoir cinq membres conservateurs sur le panel de neuf membres, mais une telle démarche risque d’attiser encore les tensions entre le n°10 et les Communes.