in

Trump revendique faussement et prématurément la victoire électorale

S’adressant à un parti électoral dans la salle Est de la Maison Blanche tôt mercredi matin, le président Trump a faussement et prématurément revendiqué la victoire dans les principaux États du swing et s’est engagé à se rendre à la Cour suprême pour empêcher le comptage des votes. Pendant des semaines, Trump a discuté de ce scénario avec des conseillers et a même joué sur ce qu’il dirait pour déclarer la victoire le soir des élections, même si les réseaux n’avaient pas appelé les champs de bataille pour lui, rapporte Jonathan Swan d’Axios. .- – – L’état des lieux: Trump a faussement affirmé qu’il était «clair» qu’il avait gagné en Caroline du Nord et en Géorgie, où les courses restent trop proches pour être retenues à compter de son discours de 2h30 HE. compte dans le Michigan et la Pennsylvanie, où des millions de bulletins de vote par correspondance n’ont pas encore été comptés, pour affirmer qu’il gagnait dans deux États de transition qui sont cruciaux sur son chemin vers la Maison Blanche.Le discours est venu après des mois de tentatives de Trump pour u nuisent à la crédibilité des bulletins de vote par correspondance, qui, selon lui sans fondement, sont propices à une fraude électorale généralisée. Ce qu’il a dit: «Il s’agit d’une fraude sur le public américain. C’est une honte pour notre pays. Nous nous préparions à gagner cette élection. Franchement, nous avons gagné cette élection », a faussement affirmé Trump.« Nous voulons que la loi soit utilisée de manière appropriée. Nous allons donc nous adresser à la Cour suprême des États-Unis. Nous voulons que tous les votes cessent. Nous ne voulons pas qu’ils trouvent des bulletins de vote à 4 heures du matin et les ajoutent à la liste. »L’autre côté:« La déclaration du président ce soir sur la tentative de mettre fin au dépouillement des bulletins de vote dûment déposés était scandaleuse, sans précédent. , et incorrect », a déclaré le directeur de la campagne de Biden, Jen O’Malley Dillon, dans un communiqué mercredi matin.« Si le président met en œuvre sa menace de saisir le tribunal pour essayer d’empêcher la compilation correcte des votes, nous avons des équipes juridiques prêtes se déployer pour résister à cet effort. Et ils l’emporteront », a-t-elle ajouté.