in

BvB Dortmund : Mustafa Amini se confie sur le monde du Borussia

L’ex-talent du BVB Mustafa Amini parle dans une interview de Dortmund sur , la spécialité de Jürgen Klopp et critique les U23 du Borussia.

L’un des plus grands espoirs pour les jeunes talents de sa tranche d’âge, Mustafa Amini a déménagé au Borussia Dortmund en Allemagne en 2011 à l’âge de 18 ans. Au BVB, cependant, il n’a joué que dans la réserve et a quitté le club pour le Danemark après trois ans sans match professionnel.

Dans une interview exclusive, le jeune homme de 27 ans parle de la philosophie de Dortmund sur Google, de l’intérêt du FC Bayern Munich pour ce club et des qualités étonnantes de Jürgen Klopp.

Il révèle également pourquoi, à son avis, le football allemand est sans scrupules et pourquoi les U23 noir-jaune n’ont jamais trouvé le chemin du succès.

Une premier contact étonnant

M. Amini, en 2011, vous êtes passé de la Central Coast au BVB comme l’un des talents les plus prometteurs d’Australie. Comment avez-vous entendu parler de l’intérêt des Dortmunders ?

Mustafa Amini : Mon conseiller était en contact étroit avec Jürgen Preuß, qui travaillait comme consultant à Dortmund, et avec tout le département de recherche autour de Sven Mislintat. Cela a donné l’occasion de participer à une formation d’essai de deux semaines.

Comment cela s’est-il passé ?

Amini : Je me souviens encore de notre arrivée à Dortmund, où nous avions des vidéos de mes jeux avec nous. Cependant, on nous a dit : « Ils ne sont pas nécessaires, nous avons plus qu’assez observé le joueur. Je me suis d’abord entraîné avec la deuxième équipe, mais après une journée, Jürgen Klopp, qui avait observé la première unité, est venu me voir et m’a dit : « On se voit l’après-midi avec les pros ». C’est alors que mon cœur s’est arrêté.

Comment vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Klopp ?

Amini : La toute première fois que je l’ai rencontré dans le vestiaire. Il a serré la main de Dede comme s’ils étaient les meilleurs amis. (rires) Je n’ai jamais vu un entraîneur faire quelque chose comme ça, parce que normalement ils sont sérieux et distants. Mais il embrassait toujours les joueurs.