in

Ukraine 3-1: Werner double! La DFB s’efforce de mener le classement de la Ligue des Nations

L’équipe nationale allemande a réussi son avant-dernier match international de l’année (les temps forts dans la vidéo!). Devant des tribunes vides de la Red Bull Arena de Leipzig, l’équipe de Joachim Löw s’est imposée 3: 1 (2: 1) contre une Ukraine tout sauf inférieure et a ainsi pris la tête du groupe A4 de la Ligue des Nations devant l’Espagne, que seule est arrivé à un 1: 1 (0: 1) en Suisse.

Mardi (20h45), l’équipe DFB affrontera un duel direct avec l’Espagne à Séville.

Le match contre l’Ukraine était au bord jusqu’à quelques heures avant le coup d’envoi, car quatre joueurs et le manager de l’équipe des invités avaient été testés positifs pour le virus corona la veille. Cependant, des tests rapides de samedi après-midi ont montré que les autres membres du convoi ukrainien n’avaient pas été infectés, après quoi l’UEFA a donné son feu vert pour la mise en œuvre prévue.

Allemagne – Ukraine: Les votes pour le match

Joachim Löw (sélectionneur national): “Ce n’était pas si facile. Mais dans l’ensemble, nous avons eu beaucoup de vitesse en première mi-temps, nous avons mieux maîtrisé le jeu. En seconde période, nos actions n’ont pas été aussi efficaces. Dans l’ensemble, nous pouvons être satisfaits. Bien sûr, certains manquaient. Joueur, mais la plupart du temps, on voulait que nous puissions jouer un peu, nous avons très bien réussi. “

Léon Goretzka: “Ce fut un match très difficile. Dans notre situation actuelle, ne gagne que de l’aide, nous l’avons fait, donc c’était une soirée réussie.”

Leroy Sane: “Je pense que c’était plutôt bien. Il y a eu quelques erreurs simples mais le plus important était que nous sortions avec une victoire. L’UEFA et le département de la santé savent quoi faire. Le plus important est que tout le monde reste en bonne santé. . “

Timo Werner: “C’est toujours amusant de jouer et de gagner dans mon ancien stade. C’est difficile parce que le calendrier serré n’arrête pas de se rompre. Les choses semblent plutôt bonnes pour l’avenir.”


Nations League: La table allemande après la 5e journée

espace Terre Jeux S U N T GT Diff. Points
1 Allemagne 5 2 3 0 dix sept 3 9
2 Espagne 5 2 2 1 sept 3 4 8
3 Ukraine 5 2 0 3 5 dix -5 6
4 Suisse 5 0 3 2 6 8 -2 3

Allemagne – Ukraine: l’analyse

“Notre médecin a dit: s’il y a des tests négatifs la veille et le jour du match, il n’y a en fait aucun danger pour les joueurs”, a déclaré Löw avant le match. ZDF. L’entraîneur national a également évoqué une “incertitude” avec l’un ou l’autre joueur à l’approche du match.

Les Allemands ont également transmis cette incertitude sur la pelouse dans la phase initiale. Les Ukrainiens disposaient d’une quantité inattendue d’espace et de possession, ce qui leur a laissé quelques piqûres d’épingle dans la moitié de terrain de leur adversaire. Le but de l’avant-centre Yaremchuk a complété le départ sur mesure pour l’opprimé. La défensive allemande contre le chef, qui a été étonnamment appelé six en 4-3-3, a fait une impression floue dans cette situation. La douche froide a évidemment bien fait le Löw-Elf, car elle a augmenté avec la durée du premier tour et a offert de bonnes opportunités pour terminer.

Emmené par Goretzka, qui a d’abord utilisé Sane avec une belle passe dans l’interface (23e) puis Werner après un chip ball parfait de Koch derrière la chaîne ukrainienne avec une sorte d’aide coup de ciseaux (33e), l’équipe locale a tourné retournez les tables avant la pause.

La somnolence défensive pouvait être vue encore et encore, cependant. On pouvait toujours faire confiance aux Ukrainiens bien échelonnés, mais aussi bons joueurs avant, pour marquer un but. Quelques minutes après la pause, un tir de Zinchenko dévié par Süle a touché le poteau Neuer (52e).

Mais les Allemands ont également continué à jouer dur et sont venus après une combinaison de Gündogan et Ginter, que Werner a terminé avec la chance du capable, à 3: 1 (69e). Cependant, ce succès n’a pas donné la tranquillité d’esprit au Löw-Elf, car les invités sont restés fidèles à leur ligne courageuse. Deux autres tirs en aluminium de Marlos (75e) et du remplaçant Moraes (82e) ont empêché le pire. Le résultat final était une victoire ardue.

Allemagne – Ukraine: les alignements

  • Allemagne: Neuer – Ginter, Süle, Rüdiger, Max – Goretzka, Koch, Gündogan – Sane (86e Waldschmidt), Werner (76e Brandt), Gnabry
  • Ukraine: Pyatov – Konoplla, Zabarnyl, Matvyenko, Sobol – Malinovskiy, Stepanenko (69. Makarenko), Zinchenko (86. Kharatin) – Marlos Bonfim, Yaremchuk (75. Moraes), Zubkov (74. Mykhaylichenko)

Allemagne – Ukraine: les dates du match

Déchiré: 0: 1 Yaremchuk (12.), 1: 1 Sane (23.), 2: 1 Werner (33.), 3: 1 Werner (64.)

  • L’entraîneur national Löw s’est occupé de l’équipe nationale allemande à Leipzig pour la 188e fois. C’était le 120e succès de l’ère Löw depuis sa prise de fonction en août 2006. L’équipe DFB a fait match nul 38 fois et a perdu 30 fois.
  • L’équipe allemande est restée invaincue lors du huitième match contre l’Ukraine. Le résultat: cinq Victoires, trois nuls.
  • Avec son 95e match entre les postes de l’équipe DFB, le capitaine Neuer a rattrapé l’ancien recordman Sepp Maier. Maier, champion d’Europe en 1972 et champion du monde en 1974, a été le soutien de l’équipe nationale entre 1966 et 1979. Neuer a fait ses débuts le 2 juin 2009 lors d’une victoire 7-2 contre les Émirats arabes unis à Dubaï.

La star du jeu: Leon Goretzka (Allemagne)

Le milieu de terrain pouvait souvent intervenir offensivement avec Koch et Gündogan derrière lui, ce qu’il a réussi avec brio: grande conquête du ballon et soumission à Sanes 1: 1, acceptation du ballon artistique à 2: 1. Deux modèles, plus beaucoup de trous bourrés. Presque 4: 1 par tête. Une apparition réussie – même un peu plus réussie que celle de Doppelpacker Werner.

Flop du jeu: Serge Gnabry (Allemagne)

L’engagement n’a pas pu être refusé à l’attaquant du Bayern ce soir-là. Gnabry a eu une journée utilisée parce que presque toutes ses offres allaient bien au-dessus ou en dessous du logement ukrainien. Aussi faible: Ginter, qui n’a pas été un facteur sur le côté droit à part sa soumission pour le rendre 3-1 et a eu des problèmes contre le ballon surtout au premier tour.

L’arbitre: Ovidiu Hategan (Roumanie)

L’arbitre roumain n’a guère eu à intervenir. En première mi-temps, il n’a remis qu’un carton jaune à Rüdiger, qui avait injustement renversé Yaremchuk lors d’une contre-attaque ukrainienne (29e). Dans la seconde section, Hategan aurait pu se prononcer sur un penalty pour l’Allemagne après un handball de Zabarnyi (58e).

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘244276659494854’);
loadJS(“/pub/js/facebook-tracking.js?88”);