in

Test XI au Pakistan: Younis Khan et Zaheer Abbas jouent le rôle d’Imran Khan


Compiler un XI de tous les temps n’est jamais la tâche la plus simple, en particulier pour un pays qui a une riche histoire de cricket comme le Pakistan.

En tant que tel, nous avons demandé l’aide de nos adeptes des médias sociaux pour choisir un XI de tous les temps. Plus de 30 joueurs ont été pris en considération lorsque nous avons ouvert la salle des votes.

Suivez notre compte pour vous impliquer davantage alors que nous essayons de compiler des tests XI de tous les temps pour les principales nations de cricket du monde.

Voici le Pakistan Test XI de tous les temps basé sur les choix de nos adeptes, ainsi que les choix considérés.

Ouvreurs: Saeed Anwar, Hanif Mohammad, Mohammad Hafeez, Mudassar Nazar, Mohsin Khan, Majid Khan

Ordre moyen: Younis Khan, Inzamam-ul-Haq, Azhar Ali, Mohammad Yousuf, Zaheer Abbas, Javed Miandad, Misbah-ul-Haq, Saleem Malik, Asad Shafiq

Gardien de guichet: Rashid Latif, Sarfraz Ahmed, Moin Khan, Kamran Akmal, Wasim Bari

Spinners: Saeed Ajmal, Yasir Shah, Abdul Qadir, Danish Kaneria

Pacers: Imran Khan, Sarfraz Nawaz, Shoaib Akhtar, Waqar Younis, Wasim Akram, Fazal Mahmood

FINAL XI

Saaed Anwar – Ouvreur

saaed

L’élégance suintait du style de frappeur de Saeed Anwar, le superbe timing et placement du gaucher étant sa marque de fabrique. Sa carrière a en fait débuté de façon désastreuse, avec l’ouverture du match une paire lors des débuts de Test contre les Antilles en 1990.

Il n’a pas eu d’autre sortie de test jusqu’en 1994, et il a rebondi avec un coup dans un coup de 169 points contre la Nouvelle-Zélande à Basin Reserve. Avec 11 tonnes en seulement 91 manches, Anwar s’était imposé comme l’un des meilleurs ouvreurs de l’entreprise. Malheureusement, une tragédie personnelle a forcé le batteur à se retirer prématurément du jeu en 2001. Bien qu’il ait fait un retour au format ODI, Anwar ne jouerait plus de tests pour le Pakistan.

Hanif Mohammad – Ouvreur

hanif

Il n’y avait pratiquement rien que Hanif Mohammad ne pouvait faire sur le terrain de cricket, le polyvalent étant capable de garder des guichets ainsi que de jouer aux quilles hors filateurs. Cependant, c’est avec la batte qu’il a vraiment excellé et son talent de batteur l’a catapulté au statut de première véritable superstar du cricket au Pakistan.

Ouvreur qui a enregistré 12 tonnes en 55 tests, le plus grand exploit de Mohammad est venu à Bridgetown en 1958 contre les Antilles. Après avoir passé plus de 15 heures au niveau du pli, le droitier est devenu le premier triple centurion du Pakistan en un marathon de 337. Un an plus tard à Karachi, il a été désespérément épuisé pour 499 courses dans un trophée Quaid-e-Azam en premier- affrontement de classe. Ce record de première classe de 499 points a duré 35 ans avant que Brian Lara ne frappe un 501 invaincu pour le Warwickshire en 1994.

Zaheer Abbas – Ordre moyen

Zaheer Abbas

Qu’il était souvent étiqueté comme l’Asiatique Don Bradman vous dit tout ce que vous devez savoir sur le génie de Zaheer Abbas avec la batte. Batteur agressif et élégant qui aimait faire des limites, le droitier était un spectacle à voir lorsqu’il était en pleine circulation.

Tout aussi puissant à l’avant et à l’arrière du pied, le talent d’Abbas était clair à voir dans son deuxième test seulement quand il a claqué une double tonne contre l’Angleterre à Edgbaston (1971). L’homme pakistanais a adoré changer de style en jouant contre l’Inde en particulier, avec six de ses 12 tonnes d’essai totales contre les rivaux.

Il reste le seul batteur asiatique à avoir élevé un siècle de siècles. Alors qu’il quittait l’équipe du Pakistan Test acrimonieusement en 1986, Abbas reste l’un des meilleurs batteurs à avoir émergé du pays.

Younis Khan – Ordre moyen

Younis1

Alors qu’il a enregistré un siècle lors de ses débuts au Test contre le Sri Lanka en 2000, l’éclat de Younis a vraiment commencé à se manifester de manière plus cohérente vers la fin de 2004.

Entre 2004 et 2015, il a en moyenne plus de 50 avec la chauve-souris dans chaque année une barre (2012). Au moment où il a pris sa retraite en 2017, le droitier a établi son héritage en tant que meilleur batteur d’essai du Pakistan avec 10099 courses et 34 siècles à son nom.

Il était l’un des piliers essentiels de l’équipe pakistanaise qui a atteint le classement n ° 1 aux tests. Comme Zaheer Abbas avant lui, Younis avait un penchant pour réserver son meilleur pour les matches contre l’Inde. Il a en moyenne plus de 88 contre les Indiens avec l’aide de cinq siècles, dont un 267 vainqueur de match à Bengaluru en 2005.

Javed Miandad – Ordre moyen

miandad

Javed Miandad était destiné à de plus grandes choses depuis qu’il a claqué un majestueux 163 dans ses manches de test inaugurales contre la Nouvelle-Zélande en 1976. Son étoile a augmenté encore plus quand il a frappé 206 et 85 contre les mêmes adversaires dans le troisième test de la série.

Après son introduction explosive au cricket international, Miandad rarement ces normes élevées qu’il avait fixées dans son premier feuilleton de série. Sa moyenne au bâton en carrière n’est jamais descendue en dessous de 50 et au moment où il a pris sa retraite, il avait accumulé près de 9 000 points à une moyenne de 52,57.

Véritable vainqueur de match, qui a excellé dans les formats Test et ODI, Miandad avait le don de se présenter lorsque l’équipe en avait le plus besoin. Alors que Younis a peut-être dépassé sa course et ses totaux de siècle à la fin, Miandad est toujours largement considéré comme le meilleur batteur à enfiler un maillot pakistanais.

Mohammad Yousuf – Ordre moyen

Yousuf

Faisant partie d’un formidable ordre moyen contenant également Younis Khan et Inzamam-ul-Haq, Yousuf était un rocher qui adorait battre gros.

L’élégant droitier avait un style presque langoureux qui rendait le frappeur facile quand il était en pleine circulation. Bien que ses retours globaux de 7 530 points à une moyenne de plus de 52 soient louables en soi, le pic de Yousuf était vraiment autre chose.

En 2006, il a enregistré neuf tonnes stupéfiantes sur 11 tests tout en amassant 1 788 passages dans le processus. Elle reste l’année civile la plus prolifique de tous les batteurs de l’histoire du Test à ce jour, en termes de parcours et de siècles.

Moin Khan – Wicketkeeper

Moin (1)

Bien que Sarfraz Ahmed et Kamran Akmal aient amassé plus de descentes, Moin Khan obtient le feu vert pour sa capacité à frapper avec la queue.

Il n’était pas le batteur le plus élégant de tous les états d’imagination, mais le droitier était très efficace pour la plupart. Bien qu’il ait dû constamment rivaliser avec Rashid Latif pour la place du gardien de guichet, Moin a gagné le plus souvent, en raison de ses capacités de frappeur supérieures.

Quatre siècles et quinze années cinquante en 104 manches ne sont pas vraiment les retours les plus prolifiques, bien qu’ils aient eu lieu à une époque où les portiers n’étaient pas censés exceller avec la batte.

Imran Khan (C) – Pacer / All-rounder

Imran Khan joue au Pakistan

Pour un homme qui est maintenant le Premier ministre du pays, les capacités de leadership d’Imran Khan étaient évidentes de ses jours de cricket. Il est le plus grand capitaine que le Pakistan ait produit, et sans doute le meilleur joueur de cricket aussi.

Parmi les plus grands joueurs polyvalents à avoir joué le jeu, Imran Khan est au sommet de la pile avec une moyenne au bâton de près de 38 et une moyenne de bowling de 22,81. Alors qu’il était un batteur accompli à part entière, Imran Khan aurait pu entrer dans l’équipe sur ses seules capacités de bowling.

Bien que son rythme ait peut-être légèrement diminué dans la seconde moitié de sa carrière, Imran Khan n’a fait que s’améliorer en tant que joueur de cricket avec l’âge. Au cours de ses 10 dernières années au cricket, le polyvalent a en moyenne plus de 50 avec la batte et 19 avec la balle.

Abdul Qadir – Spinner

Qadir

À une époque où la rotation du poignet était passée de mode, Abdul Qadir l’a ramené à la mode une fois de plus grâce à son talent artistique avec le ballon. Le fileur de jambe avait toutes les variations connues de son arsenal, que ce soit le googly, le flipper ou le plus droit.

Alors qu’il luttait contre l’Inde avec une moyenne de bowling de 51,52, Qadir était à l’époque une épine dans le cou des batteurs anglais. Quatre-vingt-deux de ses 236 cuirs chevelus de test sont venus contre l’Angleterre, y compris son record de carrière de 9-56 à Lahore en 1987.

Ces chiffres restent les meilleurs jamais produits par un quilleur pakistanais de l’histoire et résisteront probablement à l’épreuve du temps.

Waqar Younis – Pacer

Waqar Younis du Pakistan

Ayant débuté sa carrière en tant que joueur de bowling rapide, Waqar Younis s’est fait un nom comme l’un des meilleurs partisans de l’art du swing inversé. Après avoir appris l’art grâce à Imran Khan et Sarfraz Nawaz, le stimulateur a terrorisé de nombreux batteurs avec ses yorkers qui se balançaient et se broyaient les orteils.

Parmi tous les quilleurs qui ont réclamé au moins 200 licenciements aux tests, le taux de grève de Waqar de 43,4 n’a été amélioré que par Dale Steyn, de l’Afrique du Sud. Il a forgé un partenariat au rythme mortel pour le Pakistan avec Wasim Akram pendant la majeure partie des années 90.

Un stimulateur qui aimait jouer aux souches, Waqar a terminé sa carrière de testeur avec 373 guichets à une moyenne de 23,56.

Wasim Akram – Pacer

Le melon pakistanais Wasim Akram célèbre le runou

Sans doute le meilleur stimulateur armé à gauche à avoir joué au cricket, Wasim Akram a été le maître du swing et de la couture dans une carrière s’étendant sur près de deux décennies.

Le lanceur rapide né à Lahore pouvait déplacer le ballon dans les deux sens au rythme d’une action de bowling qui était de la poésie en mouvement. Avec 414 cuirs chevelus, Akram reste le plus grand preneur de guichet du Pakistan. Il était également prolifique dans le format ODI, et s’est incliné avec un décompte de 502 licenciements.

Bien que ses capacités de bowling soient à juste titre louées, le gaucher n’était pas non plus une tasse avec la batte. Il a enregistré trois tonnes d’essai au cours de sa carrière, dont un 257 invaincu contre le Zimbabwe. Avec lui et Waqar, le Pakistan avait le duo de nouveaux joueurs le plus redoutable du secteur dans les années 1990.

En savoir plus sur l’application Sport360