in

Immobilier : une nette augmentation des prix pour le mois de juin

Immobilier

Des hausses de prix ont été remarquées partout dans les grandes villes françaises, 0,4 % en juin à Paris, 0,7 % à Lyon et 0,8 % à Lille. Et la tendance serait plutôt pour une nette augmentation des prix de l’immobilier dans ces villes.

Actuellement, le mètre carré se négocie autour de 10 586 € à Paris. Si ce prix a été gelé pendant la période de confinement, force est de constater qu’il a pris de l’allant depuis le mois de juin. Selon les indices Meilleurs Agents — « Les échos », ce mois écoulé marque une étonnante reprise du marché.

Si les graves pertes économiques annoncées par le gouvernement avaient pu refroidir les acteurs du monde de l’immobilier, cela ne se ressent pas pour le moment. Beaucoup de transactions ont eu lieu avant la période de confinement. Si le marché a été « gelé », dès la reprise, bon nombre de personnes ont tenu à entériner leurs choix d’investir dans l’immobilier.

Paris, le « mètre » étalon à 10 750 €

Pandémie de Coronavirus ou pas, le marché de l’immobilier français demeure toujours très tendu, surtout dans les grandes villes. « Il y avait de fortes chances pour les acquéreurs potentiels trop exigeants en termes de rabais de voir le bien leur échapper », partage Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents.

Il est tout à fait possible que le marché reprenne là où tout s’est arrêté et qu’il reprenne suivant les standards établis avant la période de confinement. Tout du moins pour la période estivale. Car si on considère que la situation n’a nullement affecté le taux de transformation des ventes, les notaires de la ville de Paris s’attendent à voir des prix pouvant atteindre 10 750 € le m — à Paris. S’ajoute à cela une hausse annuelle de 7,7 %.

Ce sera aussi le cas dans les Hauts-de-Seine, selon les experts, « où les hausses de prix se prolongeraient également (+ 6,3 % en un an), pour les appartements en Petite Couronne (+ 6,2 %) et pour l’Ile-de-France dans son ensemble (+ 6,7 %). »