in

“C’était le plus haut sommet de mon temps à Dortmund”

Aujourd’hui, le 17 juin, le championnat BVB en 1995 fêtera ses 25 ans. Le Borussia Dortmund a dû attendre 32 ans pour le quatrième championnat d’Allemagne. La bataille pour l’obus a été décidée après un sprint de fin de saison spectaculaire le dernier jour de match. Le défenseur central de Dortmund, Bodo Schmidt, s’en souvient.

avec SPOX et Goal, le désormais âgé de 52 ans parle d’une bière de blé pour Klaus Augenthaler, de son rejet inhabituel d’Uli Hoeneß et de la formation d’essai initialement infructueuse au BVB.

Schmidt revient également sur la plus grande intoxication de son temps à Dortmund, les larmes de Julio Cesar et son agacement face au transfert de Jürgen Kohler.

M. Schmidt, avant de se pencher sur le passé, d’abord sur le présent. Est-il vrai que vous avez récemment cessé d’entraîner votre club d’origine TSV Rot-Weiß Niebüll, où vous êtes resté en marge depuis 2015?

Bodo Schmidt: Oui. Après la fin de la saison, j’ai dirigé ma dernière séance d’entraînement fin mai et fêté un petit adieu en plein air.

Pourquoi?

Bodo Schmidt: Le football a façonné ma vie depuis que je suis petit. Immédiatement après la fin de ma carrière, je suis devenu entraîneur des joueurs à Flensburg 08, puis entraîneur du SV Frisia 03 Risum-Lindholm pendant huit ans. J’ai maintenant reconnu des signes d’usure et j’espère pouvoir passer mon temps librement le week-end. Je ne dis jamais jamais, mais pour l’instant c’est la fin de ma carrière d’entraîneur.

Vous travaillez à temps plein en tant que physiothérapeute depuis 13 ans et depuis que vous vous êtes séparé de votre femme, qui exerce également cette profession, dans votre propre cabinet à Niebüll. Comment est votre vie quotidienne là-bas?

Bodo Schmidt: J’ai travaillé auparavant dans le cabinet de ma femme et j’ai rejoint un collègue indépendant en janvier en tant que partenaire égal. Ça se passe bien, nous avons beaucoup à faire. Je travaille dans le cabinet depuis de nombreuses heures et j’y traite les patients de manière classique. C’est très amusant pour moi.

Pourquoi un physiothérapeute?

Bodo Schmidt: Depuis que je suis passé directement au FC Bayern après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, je n’ai jamais suivi de formation professionnelle conventionnelle. Après la fin de ma carrière, j’ai eu deux enfants en attendant, je voulais m’installer et donc ne pas rester dans le football rémunéré. Ma femme était devenue indépendante en tant que physiothérapeute et comme je m’intéressais de toute façon à la formation, je l’ai fait pendant trois ans. Nous avons donc pu travailler ensemble par la suite.

Vous devez le fait d’avoir fait le saut dans le football professionnel il y a plus de 30 ans à une histoire impensable aujourd’hui: de Niebüll dans l’extrême nord de l’Allemagne, vous vous êtes retrouvé en 1987 avec les amateurs du FC Bayern, où Fritz Bischoff est devenu entraîneur, sous lequel vous avez joué auparavant la sélection d’État du Schleswig-Holstein a joué. Quelle a été l’ampleur du choc culturel à Munich?

Bodo Schmidt: C’était une différence comme le jour et la nuit. J’ai joué dans ma ville natale avec 10 000 habitants dans des équipes de jeunes normales. Le Schleswig-Holstein est en fait une friche totale dans le football, presque personne ne peut en sortir. C’était comme un rêve fou quand j’ai emballé deux sacs de sport dans mon vieux chariot et suis allé à Munich. J’avais 19 ans et je n’avais rien à perdre avec mon diplôme d’études secondaires en poche. Je devais juste bien taper là-bas. Ma devise était donc: allez-y et montez sur le gaz.

Comment vous êtes-vous débrouillé en privé dans le nouvel environnement?

Bodo Schmidt: J’ai d’abord vécu dans la Säbener Straße et j’ai trouvé un mélange bizarre de personnes de mon âge qui venaient de différentes régions d’Allemagne. Par exemple, Thomas Kastenmaier, qui a joué plus tard à Gladbach pendant de nombreuses années, était là. Nous avons rendu Munich dangereux, vous pouvez le dire. Nous étions également inconnus et avons pu profiter des avantages de la ville, en particulier de la mentalité du café en plein air. (rires) C’était un moment amusant qui n’était pas exclusivement façonné par le football. Surtout, ce n’était pas si ciblé. À l’époque, je ne croyais pas fermement que je devais absolument devenir footballeur professionnel.

Ils ont couru dans la Bayern League, qui correspondrait à la 3e division aujourd’hui, sont rapidement devenus les meilleurs joueurs et ont été autorisés à s’entraîner avec les professionnels sous Jupp Heynckes un an plus tard avec des joueurs comme Lothar Matthäus. N’avez-vous pas dû vous pincer plus souvent après être sorti dans les profondeurs du football amateur?

Bodo Schmidt: D’une part, car c’était très irréel. D’un autre côté, vous pouvez rapidement entrer dans tout le processus si vous le faites là-bas.

Comment sont passés les pros à l’époque?

Bodo Schmidt: En tant que joueur amateur, vous avez rapidement été ramené au sol et gardé petit dans la hiérarchie. Oliver Gensch était un attaquant léger et a donné un coup de pied à Matthew. Puis il a souri un peu trop et a été expulsé du terrain, mais cela a été accepté. Il s’agissait simplement de prouver et de s’affirmer. J’ai vite compris cela et je me suis défendu en conséquence, ce qui a ensuite été reconnu. Je me souviens aussi de la façon dont nous avons conduit à un match amical. Nous nous sommes assis tête baissée dans la dernière rangée et nous ne voulions tout simplement pas être remarqués. Klaus Augenthaler était accroupi à la table des joueurs de cartes et nous a fait un signe de la main jusqu’à ce que je réalise qu’il voulait dire moi. J’y suis allé et il a juste dit: “Donnez-moi une bière de blé au fond de la cuisine.” Je l’ai ensuite fait et je lui ai apporté.

Quand avez-vous réalisé que vous avez de bonnes chances de gagner votre argent en tant que footballeur professionnel?

Bodo Schmidt: Dans la deuxième année de Bavière. La proximité avec les professionnels s’est accrue et d’autres clubs ont également pris conscience de moi. Tout est devenu beaucoup plus présent pour moi, donc j’ai pensé que c’était plutôt cool. Le SpVgg Unterhaching a ensuite travaillé très intensément sur moi et m’a présenté un contrat professionnel. C’était bien sûr quelque chose de très spécial. Uli Hoeneß m’a également proposé un contrat professionnel, mais j’ai préféré aller à Haching car je voulais jouer semaine après semaine. Puis il a dit: “Pas beaucoup ont encore osé le faire.” (des rires)

Le changement à Unterhaching s’est produit au cours de la saison 1989/90. Vous avez fait vos débuts professionnels avec les anciens promoteurs de deuxième division, mais vous avez été relégué du bas de la table et renvoyé là pour une autre saison. Avez-vous été surpris que BVB vous ait ensuite proposé une session de formation d’essai?

Bodo Schmidt: J’avais joué une première saison décente en dépit d’être relégué et j’ai été élu l’un des meilleurs défenseurs de la ligue dans les classements concernés. Mon coéquipier Edmund Stöhr, qui a longtemps joué pour le Hertha BSC, faisait alors son entraîneur de football – avec Edwin Boekamp et Michael Skibbe de BVB. Il a recommandé les deux et ils ont pensé, alors jetons un coup d’œil.

Ils sont venus à Dortmund en 1991 en même temps qu’Ottmar Hitzfeld. L’audition a eu lieu sous la direction de son prédécesseur Horst Köppel. Comment cela a-t-il fonctionné?

Bodo Schmidt: Köppel était toujours entraîneur, mais il était clair qu’il quitterait le club. Mais il n’a pas été question d’Hitzfeld. Je me suis entraîné pendant quelques jours et Köppel a dit que j’avais fait bonne impression, mais il ne pouvait plus prendre de décision. Lorsque l’entraîneur adjoint Michael Henke m’a conduit à mon hôtel après une séance d’entraînement, il a dit succinctement: “En fait, nous n’avons pas du tout besoin d’un défenseur.” Alors je me suis dit: qu’est-ce que je fais ici?

Et comment cela a-t-il fonctionné alors?

Bodo Schmidt: Je dois dire que j’avais un contrat signé avec Fortuna Cologne avant la formation à Dortmund. Cependant, j’ai dit au président de longue date Jean Löring que je voulais toujours m’entraîner au BVB. Il m’a donné un délai dans lequel je devais choisir. Finalement, je me suis entraîné à Dortmund un jour de plus que prévu et après qu’ils n’aient pas pu prendre de décision là-bas, j’ai appelé Löring et j’ai accepté.

Trop tard?

Bodo Schmidt: Il a répondu sèchement: «Votre délai a expiré à minuit hier soir – nous sommes maintenant huit heures du matin. Je ne travaille pas avec des gens comme ça, tu ne peux pas obtenir de contrat ici. Haching voulait vraiment me garder, mais soudain, je n’avais plus rien. Lorsque Hitzfeld est finalement devenu entraîneur du BVB, Stéphane Chapuisat était son joueur de rêve. Et puis, pour ainsi dire, la règle des étrangers de l’époque est entrée en vigueur. Le BVB en comptait déjà deux dans l’équipe de Flemming Povlsen et Sergej Gorlukowitsch et d’autres n’étaient pas autorisés à être dans la composition de départ. Comme Gorlukowitsch était un défenseur, on a dit: il y avait toujours le gars d’Unterhaching. (des rires)

Bodo Schmidt: un aperçu de sa carrière de professionnel

société Période
TSV Rouge-Blanc Niebüll jusqu’en 1985
TSB Flensburg 1985-1986
TSV Rouge-Blanc Niebüll 1986-1987
Amateurs du FC Bayern Munich 1987-1989
SpVgg Unterhaching 1989-1991
Borussia Dortmund 1991-1996
1. FC Cologne 1996-1998
SCB Prussia Cologne 1998
1. FC Magdeburg 1998-2002
Flensburg 08 2002-2005