in

Star Wars d’un certain point de vue: la critique de l’Empire contre-attaque

Sur le côté le plus sombre se trouve l’inébranlable «The Final Order» de Seth Dickinson, qui évoque parfois le rêve de la fièvre de la guerre du Vietnam. Les choses qu’ils portaient dans son regard brutal et politique sur la mort d’un officier impérial. Plus tard dans la chronologie du film et du livre, Martha Wells explore la vie d’Ugnaught avec une voix autoritaire. La seconde moitié du livre est globalement plus solide que la première; voir aussi «The Man Who Built Cloud City» d’Alexander Freed, qui approfondit la perspective d’un vagabond Bespin. Comme les meilleures histoires de la collection, il passe de sinistre à humoristique sans manquer un battement. Pour tout ce que j’ai fait l’éloge de la seconde moitié de la collection, la toute première histoire, «Eyes of the Empire» de Kiersten White est aussi une histoire compétente et optimiste d’un agent du renseignement impérial qui change de camp.

Un autre point fort est le conte de Catherynne Valente sur l’exogorth, la «limace spatiale» qui avale le Millennium Falcon dans le film. Valente lui donne tout pour cette épopée stylisée qui va bien au-delà des limites du cinéma. Au lieu de se sentir comme une histoire d’animaux parlants ou une voix humaine qui habite un corps extraterrestre, la perspective est vraiment biaisée et étrange. Et merveilleusement doucement. La société de l’exogorth récompense les individus qui peuvent nourrir des écosystèmes entiers dans leurs tripes caverneuses. On se moque du personnage principal de l’histoire, Sy-O parce qu’il contenait simplement mynocks. La mélancolie et les aspirations de Sy-O sont profondément tristes et belles. Valente a pris sa commande pour écrire sur la limace de l’espace avec un sérieux et une poésie profonds, comme un trapéziste: habile et théâtral. Et la brève suggestion de Ben Solo grandissant dans le ventre d’un exogorth, Han et Leia toujours vivants et soignés mais piégés à jamais dans le monstre spatial, est exactement le genre de Guerres des étoiles spin-off bizarrerie que j’aime.

En parlant de la trilogie Sequel, l’histoire de Palpatine évite étrangement toutes les implications de La montée de Skywalker. L’histoire elle-même est un aperçu sympa d’un univers alternatif.

Malheureusement, la plupart des autres histoires «d’animaux qui parlent» sont un échec. Certes, ils ont une certaine marge de manœuvre en raison de Guerres des étoiles«attitude toujours flexible envers la sapience. Quelle est la différence entre un monstre et une personne? Mais les histoires basées sur le wampa et le tauntaun n’entrent jamais de manière convaincante dans la tête de leurs sujets. Quand ils le font, le résultat est schmaltzy, plus gluant même que la vague la plus dramatique de la musique dans un documentaire sur la nature.

Comme dans le premier livre, certaines histoires sont à la dérive tonale, sans voix ni direction claire. Surtout dans la séquence Hoth, plusieurs dans une rangée ressemblaient davantage à des descriptions d’une seule scène qu’à des arcs d’histoire complets, s’appuyant beaucoup trop sur l’exposition.