in

Les plus grandes équipes ODI de l’histoire: Graeme Smith et son côté courageux d’Afrique du Sud de 2007-09

Cela fait près de 50 ans que le premier ODI a été joué entre l’Australie et l’Angleterre sur l’emblématique Melbourne Cricket Ground (MCG). Alors que les T20 sont les chouchous actuels du cricket, c’est le format 50 ans qui a initialement contribué à augmenter la popularité et l’exposition du sport.

Le format a donné naissance à la Coupe du monde ICC en 1975, une compétition quadriennale, qui est devenue la référence en matière de grandeur du jeu. Au fil des ans, plusieurs équipes ont été éblouies par leurs brillantes performances lors de séries bilatérales et de compétitions ICC.

Dans cette série, nous examinons huit des meilleures équipes ODI de l’histoire. L’équipe de l’Afrique du Sud au cours de la période entre 2007 et 2009 est notre objectif ci-dessous.

ÉQUIPE

Ouvreurs: Graeme Smith (C), Herschelle Gibbs, Hashim Amla

Ordre moyen: Jacques Kallis, AB de Villiers, JP Duminy, Mark Boucher (WK)

Tous azimuts: Albie Morkel, Jacques Kallis

Spinners: Johan Botha, Rudolph van der Merwe

Pacers: Makhaya Ntini, Dale Steyn, Morne Morkel, Shaun Pollock, Andre Nel, Charl Langeveldt

Aperçu

Bien que remporter la Coupe du monde reste le summum de toute équipe ODI, ce n’est pas le seul baromètre du succès. Cette équipe sud-africaine particulière dirigée par Graeme Smith n’obtient pas tout à fait la reconnaissance qu’elle mérite en raison de son manque de titres ICC, mais la manière dont ils ont constamment défié la meilleure équipe du monde alors en Australie a montré son véritable calibre.

Un an seulement avant la victoire de l’Australie en Coupe du monde 2007, cette équipe de Proteas a créé l’histoire en réalisant une course épique record de 435 points contre les champions en titre à Johannesburg. Bien qu’ils aient succombé aux mêmes adversaires en demi-finale de la Coupe du monde 2007 aux Antilles, ils sont restés les adversaires les plus proches de la domination australienne au cours des deux années suivantes.

Depuis cette dernière sortie à la Coupe du monde, les Sud-Africains se sont lancés dans une course sensationnelle qui leur a permis de remporter 10 des 12 séries ODI bilatérales et trilatérales. Leurs seules défaites au cours de cette séquence se sont produites outre-mer contre l’Inde et l’Angleterre, tandis que les Australiens en maraude ont été retournés deux fois de suite.

La marque d’une grande équipe est la façon dont ils se sont battus contre les meilleurs au monde, et cette unité Proteas a toujours bien réussi sur ce front. Bien que la malédiction sud-africaine de glisser dans les grands tournois ICC continuera de les hanter, ils resteront l’une des équipes ODI les plus divertissantes de l’histoire.

Capitaine – Graeme Smith

SAA

Ils ne les font plus tout à fait comme Graeme Smith, le batteur né à Johannesburg commandant l’équipe à l’âge de 22 ans. Devenu le plus jeune skipper de l’histoire de l’Afrique du Sud, Smith a été chargé de restaurer la confiance dans une équipe encore sous le choc des répliques de l’admission de Hansie Cronje au trucage de matchs.

Non seulement Smith a-t-il fini par reconstruire la réputation ternie de l’Afrique du Sud, il les a également transformés en batteurs du monde au cours d’une décennie et d’un passage de capitaine illustre. Son attitude de ne jamais dire de mort se reflétait dans la culture de l’équipe, le camp ne jetant jamais l’éponge quelle que soit la situation.

Smith marchant pour frapper avec un bras cassé à Sydney dans une quête désespérée pour sauver le Test contre l’Australie en 2009 reste l’image déterminante de son héroïque capitaine.

Un homme qui n’a fait aucun prisonnier dans l’équipe et dans la direction au-dessus de lui, le record de Smith de 53 victoires au test en tant que skipper fait de lui le capitaine le plus titré de tous les temps.

Il était un batteur d’ouverture accompli à part entière, même s’il n’avait pas les techniques les plus élégantes. Plus de 9 000 tests et près de 7 000 tests ODI témoignent de la débauche de Smith en tant que batteur. Il était vraiment “l’homme d’acier”, à la fois avec le capitaine et la chauve-souris.

Forces

Solde d’ouverture

SAA (3)

Avec Gibbs et Smith à l’avant-garde, l’Afrique du Sud avait une paire d’ouverture qui était deuxième seulement après l’Inde Sachin Tendulkar et Virender Sehwag entre 2007 et 2009.

Au cours de l’incroyable course en Afrique du Sud dans la séquence de 12 séries susmentionnée, Smith et Gibbs se sont combinés pour marquer près de 2 400 courses ensemble. Une combinaison équilibrée pour droitiers et gauchers, le duo s’est brillamment nourri de ses forces. Alors que Gibbs était le batteur le plus entreprenant de la paire, Smith était le fleuret le plus cohérent dont il avait besoin pour poursuivre sa virée offensive.

Et quand Gibbs est entré, des feux d’artifice étaient toujours en magasin.

Ordre moyen complet

Le suivi des ouvreurs sud-africains était un ordre moyen qui faisait l’envie de tous les côtés. S’il contenait de grands noms comme Jacques Kallis, c’était l’AB de Villiers qui était la véritable cheville ouvrière du bâton.

Ses 1 471 points au cours de la série de 12 séries ont été le plus par n’importe quel batteur sur le côté, et il est venu avec l’aide de deux tonnes et 10 ans. Pendant ce temps, Kallis était le rocher toujours fiable du No3 autour duquel l’Afrique du Sud a construit ses manches. Moyennant un son de 45 pendant la période en question, le droitier a doublé en tant que polyvalent pratique avec son bowling moyen-rapide.

En dessous d’eux, JP Duminy était un batteur ingénieux dans l’ordre moyen qui en moyenne 40 respectable entre 2007 et 2009.

Brillance Boucher

SAA (1)

À Mark Boucher, l’Afrique du Sud possédait un portier qui pouvait également bien battre l’ordre. Gantier doué qui détient le record du plus grand nombre de licenciements de portiers de l’histoire, Boucher était un batteur qui pouvait entrer et marquer un tir rapide de 30 ou 40 dans les overs de la mort.

Le candidat parfait pour clore les manches avec les gros coups sûrs, Boucher a joué son rôle dans la fermeture de plusieurs courses à pied raides pour les Sud-Africains.

Rythme riche

SAA (4)

Alors que Johan Botha était un spinner à capacité limitée plus que capable, la force de l’Afrique du Sud dans l’attaque de bowling a sans aucun doute menti dans son unité de rythme. Un Dale Steyn en pleine forme et qui tirait était la principale raison de leur domination du rythme, avec une moyenne rapide de Tearaway de 26,60 pendant la période en question.

Les frères et sœurs Morkel Morne et Albie étaient un complément décent aux prouesses de Steyn, tandis que le vétéran Makhaya Ntini était toujours une force avec laquelle il fallait compter malgré qu’il soit aux dernières étapes de sa carrière.

Le fait que Kallis puisse également fournir 10 dépassements de son rythme moyen signifiait que l’Afrique du Sud n’était jamais à court d’options dans le département de bowling rapide.

Greatest feat – Arrêter la domination australienne

L’Afrique du Sud a remporté 10 séries de victoires en 12, notamment des victoires face à de formidables équipes ODI comme la Nouvelle-Zélande, le Pakistan et l’Inde. Cependant, cela contrecarrait la domination australienne qui était la plus douce du lot.

Épine vivace en chair et en os pour la conquête australienne de l’époque, l’Afrique du Sud a pris l’habitude de toujours mettre son meilleur pied en avant dans la bataille contre les champions du monde.

Bien que les Australiens aient eu raison d’eux lors du choc de la Coupe du monde, ce sont les Proteas qui ont pris le dessus dans chaque combat bilatéral. Ils sont allés pour la première fois en Australie en janvier 2009 pour les battre dans leur propre cour par une marge de 4-1.

Dans la série inversée à domicile qui a suivi peu de temps après, l’Afrique du Sud a encore une fois dominé la série de cinq matchs par 3-2.

Il s’agissait d’une équipe australienne qui comprenait entre autres Ricky Ponting, Michael Clarke, Michael Hussey et Mitchell Starc. En fait, les seules pertes de l’Australie au cours de la période ont été enregistrées contre les Proteas et une partie indienne dans la série trilatérale de la Commonwealth Bank.

En savoir plus sur l’application Sport360