in

Ce film français que vous devez absolument regarder avant qu’il quitte Netflix le 31 juillet

Julia Ducournau, Titane, Festival de Cannes, ça vous parle ? Alors ne manquez pas “Grave”, son premier long-métrage, dispo sur Netflix jusqu’au 31 juillet seulement

Grave, film de Julia Ducournau

Avez-vous entendu parler du film d’horreur français sur le cannibalisme qui a fait s’évanouir les festivaliers de Toronto en 2017 ? Il s’agit de Grave, un film passionnant, impeccablement réalisé (et féministe) par Julia Ducournau, sur le passage à l’âge adulte d’une jeune femme dans un monde hostile. Il s’agit de cannibalisme, et il y a une scène tellement gore qu’il est difficile de ne pas détourner le regard ou même avoir la nausée. Mais à part ça, le reste du film nous tient en haleine.

Il est encore temps de regarder Grave sur , mais vous devez faire vite car le film de Julia Ducournau quitte la plateforme de streaming ce samedi 31 juillet !

Grave est incontestablement un film d’art, mais il rejoint une série de films hollywoodiens violents et saisissants qui font des vagues et enregistrent d’énormes recettes au box-office américain – de Split et Get Out à Logan, qui est sobre et macabre. L’évasion a-t-elle pris une tournure sombre en 2017 ? Est-ce que l’humanité a traversé quelque chose ?

Grave - Bande-annonce

Dans le domaine de l’évasion sombre, Grave est dans une classe à part. Le long-métrage raconte l’histoire de Justine (l’étonnante Garance Marillier qu’on a pu voir depuis dans Madame Claude mais aussi Titane de Julia Ducournau également), une innocente étudiante de première année dans une université vétérinaire française, qui n’a jamais semblé aussi vulnérable que lorsque ses parents la déposent sur le campus et qu’elle roule sa valise rose vers son dortoir en parpaings. L’école dans laquelle elle entre est brutale. Les étudiants vétérinaires français savent comment bizuter et comment faire la fête. Quand ils ne découpent pas des cadavres d’animaux, ils saccagent les chambres, arrosent les étudiants de première année de sang animal, leur font manger des rognons de lapin crus et les forcent à ramper à genoux dans des bacchanales transpirantes, sexy et nocturnes que Julia Ducournau filme avec une ferveur claustrophobe.

La sœur de Justine, Alex (Ella Rumpf), est une étudiante de dernière année à l’université ; elle aime sa jeune sœur, mais elle ne cherche pas à la protéger de quoi que ce soit. Toutes deux sont loyales et rivales, attachées et impitoyables – la vision du film sur la sororité est subtile et passionnante, sans cliché. Même si elles se disputent pour Adrien, le colocataire (gay) de Justine, le film passe largement le test de Bechdel. Ce que ces deux femmes veulent n’est jamais aussi simple que l’attention des hommes.

Pouvez-vous supporter le cannibalisme ? Peut-être pas. Il n’y a rien de facile à regarder dans les scènes où Justine s’éveille au désir de manger de la chair crue. Mais le message est puissant, surtout venant d’une jeune réalisatrice : Que se passe-t-il lorsqu’une femme découvre qu’elle n’est pas normale, lorsque ce qu’elle désire le plus est en dehors des notions d’acceptabilité de la société ? Justine est peut-être une cannibale, mais ce n’est pas une tueuse, et sa tentative de trouver un moyen d’accepter son désir est horrifiante, puissante et étrangement humaine. Un film humain sur les cannibales !

Un dernier conseil avant de regarder Grave : évitez de faire un repas trop copieux avant de visionner le film de Julia Ducournau !