in

Fort Salem Saison 1 Up est en baisse a un problème très Raelle


L’épisode de Freeform de cette semaine Patrie: Fort Salem suscite quelque chose de très important que je dois aborder: les téléspectateurs doivent commencer à avoir une conversation sérieuse sur Raelle (Taylor Hickson). Son personnage pétulant continue de détourner l’attention des questions en jeu et distrait de l’histoire sans aucun développement réel du personnage. Alors que d’autres personnages ont grandi, elle continue de reculer en étant de loin le plus incohérent. L’épisode était saccadé, d’autant plus sur la première moitié que si quelqu’un enchaînait une série de scènes de trente secondes qui continuaient à sauter de POV en POV.

Abigail apprend quelques vérités bien nécessaires sur la Patrie: Fort Salem, gracieuseté de Freeform.
Abigail apprend quelques vérités bien nécessaires sur la Patrie: Fort Salem, gracieuseté de Freeform.

J’avais en fait beaucoup d’espoirs pour cet épisode de Mère patrie, pour être honnête, et il n’a pas réussi. La fin a encore une fois sauvé cet épisode. Je veux dire, avec un tel Pirates des Caraïbes-comme le titre, “Up is Down” (personne? personne?) comment pouvez-vous pas? Quoi qu’il en soit, sans Abigail (Ashley Nicole Williams) et la dernière scène de cet épisode aurait été une perte de temps pour deux raisons: Raelle et à quel point tout le monde et tout semblaient être juste après une attaque personnelle de la Spree même après avoir découvert qu’ils allaient pour Bellweathers. Autant je ne l’aimais pas, Abigail s’est avéré être la principale raison pour laquelle je continue à regarder. Elle et Tally (Jessica Sutton) ont connu une telle croissance. Leur développement de caractère a été particulièrement noté dans cet épisode car ils ont tous les deux du mal à accepter leur chagrin et chacun l’a géré de manière étonnamment mature.

Abigail se débat avec la vulnérabilité, tandis que Tally se bat pour garder les secrets de sa mère patrie: Fort Salem

Raelle, d’un autre côté, regarde jusqu’à sa propre mesquinerie et pèse continuellement l’unité juste par elle-même. Bon travail. Elle était le personnage qui avait le plus de potentiel à mes yeux et a été le plus décevant, même si je veux encore l’aimer. Je comprends être une âme troublée, je comprends être rebelle; mais ce que je ne comprends pas, c’est comment elle gère constamment ses problèmes comme si elle était un cliché de 12 ans qui continue de faire des crises de colère. Tous les autres personnages semblent se développer et essayer d’être un peu mieux, mais Raelle n’essaie même pas de chercher les réponses pour lesquelles elle y est allée en premier lieu.

Pouvons-nous également parler de la façon dont elle parvient à s’en tirer avec tout cela? Je n’ai toujours pas vu à quoi elle est vraiment super. Elle continue d’esquiver l’entraînement et de les faire paraître mauvais, alors quels sont vraiment ses pouvoirs et pourquoi suis-je censé être impressionné? La seule chose que Raelle nous a montré, c’est qu’elle est bonne à être distraite, à avoir une attitude, à se faufiler et à ne pas vraiment tirer son poids. Et ce petit éclat qu’elle avait à propos de tous ses supérieurs agissant comme si elle était folle: vraiment? Personne n’a dit un seul mot sur votre chagrin ou sur la façon dont vous agissez, le déroulement: c’était la partie folle.

Motherland: Fort Salem | After The Storm: Episode 6 | Freeform

D’accord, assez avec Raelle. L’épisode entier m’a plongé dans un nuage d’incrédulité parce que sorcière ou non, si vous avez été récemment attaqué par l’ennemi que vous continuez à chercher, sur votre propre territoire, personne ne resterait aussi calme et recueilli. Je comprends que c’est toujours une base militaire pour les sorcières en formation, mais où était le sentiment d’urgence après que tant de sorcières aient été abattues en même temps? Le flux saccadé et stop-and-go de l’épisode n’a pas aidé la situation. D’un autre côté, cela ne cessait de me tirer de l’histoire et de me poser des questions à chaque seconde de cet épisode. Je trouve que c’est la partie la plus décevante car je pense vraiment que les thèmes explorés et la construction du monde et les éléments de Mère patrie ont le potentiel de faire durer ce spectacle. Je veux dire, il y a tellement d’autres facettes de ce monde qu’ils pourraient faire des saisons de préquels similaires. Cependant, l’apparition de Scylla (Amalia Holm) à la fin d’être interrogé et gardé à l’intérieur d’une installation a sauvé la fin pour moi, et la curiosité me ramènera pour le prochain épisode.