in

BTS lance une collaboration sur les téléphones et les écouteurs en édition limitée avec Samsung

Conduire pour développer des séries et des séries animées qui atteignent des familles mondiales plus sophistiquées et des 18-34 jeunes adultes après le succès décisif du « I Lost My Body », nominé aux Oscars, « Le studio d’animation français de Marc du Pontavice, Xilam Animation, a tapé sur » Dustbin La scénariste Helen Blakeman de Baby et Hetty Feather écrit « Lucy Lost ».

Dans la perspective du Festival en ligne d’Annecy et du marché MIFA de cette année, Du Pontavice a également taquiné « Le Loup », le prochain long métrage de Xilam, réalisé par Julien Bisaro, nominé pour une Annie pour son travail de scénariste sur  » I Lost My Body », dont la demi-heure« Shooom’s Odyssey »est l’un des titres les plus animés d’Annecy dans sa section téléfilm.

Lauréate d’un BAFTA et d’un International Emmy Award pour son adaptation de scénario télévisé de «  Dustbin Baby  » pour BBC / Kindle Entertainment, avec Juliet Stevenson, David Haig et Dakota Blue Richards, Blakeman est également la créatrice, la scénariste principale et la productrice associée de la nomination aux nominations aux BAFTA CBBC Victorian Foundling drama series « Hetty Feather », maintenant dans sa sixième et dernière série. Elle est également présidente du comité des enfants de la BAFTA.

Blakeman apportera son sens de la structure narrative et de son côté à la mini-série de huit demi-heures de Xilam «Lucy Lost». Jean-Christophe Dessaint (« Le Jour du Corbeau ») est attaché pour diriger le spectacle CGI avec un rendu 2D final. Une pièce dramatique d’époque, basée sur le roman à succès « Listen to the Moon » du lauréat britannique Michael Morpurgo, auteur de « War Horse ».

Situé en 1915 dans les îles Scilly au large de Cornwall alors que la Première Guerre mondiale fait rage, le roman démarre lorsque Alfie et son père pêcheur sauvent d’une île inhabitée une fille blessée qui ne peut prononcer qu’un seul mot – «Lucy». Alors qu’elle écoute de la musique sur un gramophone, des lueurs de la fille qu’elle avait une fois commencé à faire surface.

Inspiré par de vrais événements, tels que le naufrage du Lusitania, un événement qui a contribué à amener les États-Unis dans la Première Guerre mondiale, Morpugo a commenté, « Listen to the Moon » l’adaptation « Lucy Lost » reflète le changement de mer provoqué par l’entrée explosive du monde plates-formes dans le financement et la distribution de longs métrages et séries animées.

«  » Lucy Lost « revient aux concepts que nous avons répétés maintes et maintes fois lors de la promotion de » I Lost My Body « , » a déclaré Du Ponatvice. Variété. Son histoire serait « normalement traitée en action réelle mais peut être racontée à travers une animation, ce qui crée vraiment quelque chose de très différent », a-t-il ajouté.

Les streamers mondiaux ont élargi le champ de l’animation, ouvrant deux nouveaux publics d’animation pour l’Europe, a déclaré Pontavice: «Une narration plus sophistiquée pour les familles du monde entier»; jeune adulte de 18 à 34 ans.

Chez Xilam, «Lucy Lost» rejoint deux titres YA: «The Wolf» et «Monkey Bizness».

Adapté d’un roman graphique de l’auteur de «Snowpiercer», Jean Marc Rochette, «Le loup» allume un berger vengeur chassant un loup dans les montagnes, alors qu’une tempête se lève.

« Julien a un talent tout à fait unique, un talent artistique incroyable, pour plonger le public dans une nature très vibrante qui sort de l’écran », a déclaré Du Pontavice, citant non seulement « Shooom’s Odyssey » mais surtout le court métrage Bisaro’s B & W 2014 « Bang Coup! » un thriller se déroulant en grande partie lors d’une chasse à la forêt qui encadre la rébellion d’une fille contre son père patriarche.

« Le Loup », prédit Du Pontavice, sera « assez dramatique, avec la nature comme troisième personnage ».

Xilam développe également ce que Du Pontavice décrit comme une «série de comédie décalée et décalée» de dix demi-heures adaptant la série culte de romans graphiques français «Monkey Business», écrite par le «brillant duo d’écrivains», El Diablo et Pozla, également co-réalisateurs de « Les Lascars. »

«Une sorte de parodie de« La planète des singes », la série humoristique se déroule dans une ville post-apocalyptique anarchique connue sous le nom de Los Animales où l’homme a régressé et les animaux règnent. Le babouin Jack Mandrill et le gorille Hammerfist le gorille, deux sous-performants maladroits, naviguent dans un monde criminel corrompu et anarchique.

Du Pontavice soutient que les plateformes permettent aux producteurs de cibler des audiences de niche à l’échelle mondiale, donc d’accéder à des budgets plus importants que s’ils essayaient de financer une série sur une niche de marché unique.

«Il n’y a pas de territoires réservés pour l’action en direct. Toute histoire peut être racontée en animation », a-t-il déclaré.

Marc du Pontavice et Helen Blakeman
AFF-USA / Brian J Ritchie / Shutterstock