in

Revues de la saison 3 de ‘Fauda’: à la hauteur de sa promesse, encore plus de sang versé

fauda netflix


– Publicité –

Critiques de la saison 3 de «Fauda»: La troisième saison du tube israélien primé Fauda (en arabe pour «Chaos») vient de sortir sur Netflix. Il a haussé les sourcils pour sa représentation «palpitante» d’un Mista’arvim israélien, ou d’une unité secrète d’élite, qui passe ses journées à infiltrer la Cisjordanie occupée et à tuer de mauvais Palestiniens. Le New York Times l’a qualifié de «thriller granuleux et naturaliste» et l’a comparé à The Wire.

Lorsque le journaliste Avi Issacharoff et l’acteur Lior Raz ont collaboré à l’écriture et à la production de «Fauda», il n’était pas clair si leur série résonnerait dans la mesure où elle l’a été, dans autant de pays qu’elle l’a été et en particulier parmi les Palestiniens et les Israéliens.

Fauda-season-3-Doron-Kavillio-2421317

– Publicité –

La plupart des grandes chaînes de cinéma ont rejeté la prémisse – trop conflictuelle, trop «problématique», un peu comme «24» en Cisjordanie. Ce n’est que lorsque les studios israéliens ont pris le risque que la sensation que les papas juifs américains semblent aimer – et que les jeunes téléspectateurs libéraux adorent regarder la haine – a été approuvée.

Vous avez l’idée: comme les saisons un et deux, Fauda est un spectacle télévisé, racé et complice. Mais personne n’explique pourquoi les Israéliens ne se sentent pas si en sécurité, ni pourquoi les Palestiniens continuent d’imaginer des complots pour attaquer les Israéliens.

Fauda-season-3-every-detail

L’unité israélienne enfreint les règles au nom de la nation et passe par des commissions d’enquête sans conséquence sur leur conduite. Les Palestiniens ne sont qu’une scène loin de la mort.

La troisième saison, comme le retour du fils inutile que vous ne saviez pas que vous vouliez embrasser jusqu’à ce qu’il se replonge sur le pas de votre porte, a rendu le chemin improbable de retour vers nous au plus fort de notre lassitude.

Si cette saison est aussi convaincante pour les Américains que pour les Israéliens en décembre – 1 million de personnes regardées au cours des 48 premières heures – les avertissements de simplement rester à la maison pourraient ne pas être nécessaires après tout.

La saison 3 continue de dévoiler une histoire qui est suspensive, violente, compliquée et, à bien des égards, une métaphore du conflit israélo-palestinien. Fauda fournit une cheville pop-culturelle sur laquelle accrocher tout un sac de chiffon de la rubrique coloniale israélienne. Survivez à un épisode de sang de BD bilingue de 45 minutes et vous pourriez vous retrouver avec un peu plus de perspicacité dans la psychologie qui sous-tend une partie du sionisme libéral d’Israël.

Si vous avez vu les saisons 1 et 2, il n’y a aucune raison de s’arrêter maintenant; il n’y a plus vraiment de raison pour rien. « Fauda » est une roche de quarantaine solide comme le roc.

– Publicité –