in

Pourquoi l’héritage de James Bond sera toujours redevable à Sean Connery d’une dette de gratitude

Dans sa première incarnation, 007 était un charmeur, mais il était aussi un bagarreur qui n’avait aucun problème à se jeter dans des wagons de train, des chars à requins et des repaires volcaniques. Face à la mort, Bond de Sean Connery gardait toujours des mots railleurs et tranchants dans sa poche arrière et dégageait une attitude qui donnait toujours à l’homme l’impression de porter un smoking pour toutes les occasions. Bien que ses brossages ultérieurs avec le rôle voient son James Bond comme une version plus ancienne et moins sérieuse de l’ancien moi de Connery, il y avait toujours un élément de cool que lui seul pouvait apporter même aux lignes les plus ringardes. C’est pourquoi Ne jamais dire jamais n’est pas une perte totale en tant qu’imitation de James Bond car, malgré sa qualité inférieure, il avait cette magie de Sean Connery sur laquelle se rabattre.