in

Here Comes the Sun: des scientifiques de la NASA parlent de physique solaire

Michael Kirk et Raphael Attie, scientifiques du Goddard Space Flight Center de la NASA, sont régulièrement confrontés à des téraoctets de données dans leur quête pour analyser les images du soleil.

Ce défi de calcul, qui pourrait prendre un an ou plus sur un processeur, a été réduit à moins d’une semaine sur les stations de travail de science des données Quadro RTX. Kirk et Attie ont parlé à l’animateur du podcast AI Noah Kravitz du flux de travail qu’ils suivent pour étudier ces images et de ce qu’ils espèrent trouver.

Les leçons qu’ils ont apprises sont utiles pour les scientifiques et les industriels qui cherchent à exploiter au mieux des torrents de données.

Les chercheurs étudient les images capturées par des télescopes sur des satellites, tels que le vaisseau spatial Solar Dynamics Observatory, ainsi que celles des observatoires au sol.

Ils étudient ces images pour identifier les particules en orbite terrestre qui pourraient endommager les engins spatiaux interplanétaires, et pour suivre les flux de surface solaire, ce qui leur permet de développer des modèles de prévision du temps dans l’espace.

Actuellement, ces images sont prises dans l’espace et envoyées sur Terre pour calcul. Mais Kirk et Attie visent à viser les étoiles dans le futur: l’objectif est la forme ultime d’informatique de pointe, mettant des ordinateurs hautes performances dans l’espace.

Points clés de cet épisode:

  • Le principal instrument que Kirk et Attie utilisent pour voir des images du soleil est le Solar Dynamics Observatory, un vaisseau spatial doté de quatre télescopes pour prendre des images de la lumière ultraviolette extrême du soleil, ainsi qu’un instrument supplémentaire pour mesurer ses champs magnétiques.
  • Des chercheurs tels que Kirk et Attie ont développé des algorithmes d’apprentissage automatique pour une variété de projets, tels que la création d’images synthétiques de la surface du soleil et de ses champs d’écoulement.

Tweetables:

«Nous prenons une image environ une fois toutes les 1,3 seconde du soleil… toute cette archive de données – nous sommes actuellement à environ 18 pétaoctets.» – Michael Kirk [6:50]

«Ce que l’IA nous offre vraiment, c’est un moyen de traiter des téraoctets de données qui sont très difficiles à retourner sur Terre.» – Raphael Attie [34:34]

Vous pourriez aussi aimer

Comment l’écoute révolutionnaire a exploité l’IA dans la recherche des extraterrestres

Gerry Zhang de l’UC Berkeley parle de son travail utilisant l’apprentissage en profondeur pour analyser les signaux de l’espace à la recherche de signes de civilisations extraterrestres intelligentes. Et même si nous n’avons pas encore trouvé d’étrangers, le doctorant a déjà fait des découvertes extraordinaires.

Oubliez la zone d’assaut 51, les astronomes de l’IA qui aident les astronomes à parcourir le ciel à la recherche de planètes habitables

L’astronome Olivier Guyon et le professeur Damien Gratadour parlent de la quête pour découvrir des planètes habitables à proximité en utilisant l’optique adaptative extrême alimentée par GPU dans de très grands télescopes.

Voir aussi  Comment lire des DVD et des Blu-ray sur Xbox Series X

Les astronomes se tournent vers l’IA alors que de nouveaux télescopes sont mis en ligne

Pour transformer les vastes quantités de données qui seront déversées par les nouveaux télescopes en découvertes scientifiques qui changent le monde, Brant Robertson, professeur invité à l’Institute for Advanced Study de Princeton et professeur agrégé d’astronomie à l’UC Santa Cruz, se tourne vers AI.

Written by Jérémie Duval

Paramètres graphiques par défaut

Windows 10 pour obtenir de nouveaux paramètres graphiques, une expérience post-mise à jour

Greenleaf Saison 5 Date de sortie prévue, scénario et teaser –