in

The Stranger Review: Quibi Thriller pense que c’est #MeToo mais ce n’est pas


Je dois être d’humeur masochiste quand j’ai décidé de regarder les premiers segments du dernier film haché de Quibi L’étranger. Je n’ai pas de grands espoirs. La barre est déjà assez basse. Clare (Maika Monroe), chauffeur de covoiturage à Los Angeles, vient chercher un passager nommé Eric E. (Dean Dehaan). Il se révèle être un sociopathe, peut-être un tueur en série, qui décide de la traquer à travers la ville après qu’elle lui ait échappé. D’accord, c’est une prémisse réalisable. C’est élégamment simple et pourrait être fait assez bien ou incroyablement mal. À son crédit, L’étranger frappe le sol en marche. Il arrive au point presque immédiatement dans le premier segment quand Eric E. commence à menacer Clare avant que ce ne soit fini. À partir de ce moment, tout dégénère. Il ne perd pas de temps sur une trame de fond ou une exposition comme Le jeu le plus dangereux ou Survivre faire.

Clare reste sur ses gardes même au magasin de The Stranger, gracieuseté de Quibi.
Clare reste sur ses gardes même au magasin de The Stranger, gracieuseté de Quibi.

L’étranger veut être pertinent

Le premier segment suggère que c’est The Hitcher pour l’ère #MeToo. Les gens pensent que Clare ment sur l’existence d’Eric E. Son compte de chauffeur est suspendu lorsque Eric E. dépose une plainte contre elle avant qu’elle ne puisse le dénoncer. On a l’impression d’être au gaz lorsqu’elle se retrouve seule et en fuite. Eric E. se sent comme une présence surnaturelle. D’une manière ou d’une autre, il connaît son adresse, peut effacer ses textes sur son téléphone apparemment à volonté, et peut également parcourir de grandes distances à travers LA pour se rendre où elle est en quelques secondes. Dean Dehaan donne un bon sociopathe. À ce stade, il est à peu près le casting préféré des sociopathes malveillants. Eric E. exprime le type de vitriol misogyne que l’alt-right lance aux femmes qu’elles harcèlent. Il se sent d’une actualité intéressante, comme un film d’accompagnement de Blumhouse L’homme invisible.

Puis par le quatrième segment, il commence à dérailler. Cela m’a perdu quand Clare fait quelque chose de si stupidement stupide que personne dans la vraie vie ne penserait jamais à le faire, juste pour que Plot puisse se produire. Et le script introduit la notion que Clare a une histoire de création de menaces. Oh non. Sa mère révèle que Clare a une histoire de faire des choses. Est-elle fantasmée? Est-elle schizophrène? Eric E. a-t-il toujours été le fruit de son imagination? Comment a-t-il en quelque sorte parcouru 10 blocs à pied pour poignarder quelqu’un à mort et l’encadrer pour cela? Est-ce que c’est pour une torsion que Clare est en fait folle et que tout est dans sa tête? Ce serait le pire, le plus tordu de tous.

La révision d’un film incomplet n’est pas idéale

C’est une façon étrange de revoir un “film” car il n’est pas structuré comme un seul. Il a été découpé en segments sérialisés, donc je n’ai pas tout vu. Maintenant, je me demande à quel point le script va devenir mauvais, à quel point les «rebondissements» vont devenir artificiels parce que les scénaristes aiment essayer d’être intelligents quand ils n’ont pas besoin de l’être. Ou il pourrait simplement atterrir quelque part au milieu. Je pourrais en fait être assez curieusement morbide pour vouloir le découvrir. Jusque là, L’étranger n’est pas bon, mais ce n’est pas le pire film / série sur Quibi. Cet honneur, mes amis, appartient toujours à Survivre.

Le post The Stranger Review: Quibi Thriller pense que c’est #MeToo mais ce n’est pas apparu en premier sur Bleeding Cool News And Rumors.