in

Un employé du LNR aurait changé de document après l’approbation du gouvernement: rapport


Bien que le deuxième rameur de la Gold Coast Bryce Cartwright et le centre Bryan Kelly aient été démis de leurs fonctions par la LNR pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe, il semble que les actions d’un membre du personnel de la LNR aient enflammé la saga anti-vaccination du jeu.

L’administrateur en chef de la santé du Queensland, Jeannette Young, a annoncé que Cartwright, Kelly et Nathan Peats avaient été suspendus vendredi après des discussions avec le NRL au sujet de sa politique controversée de vaccination contre la grippe. La tourbe a depuis été rétablie après l’injection.

À ce stade, il n’est pas clair si d’autres joueurs de la LNR au Queensland, en Nouvelle-Galles du Sud ou à Victoria ont été retirés.

La tempête anti-vax du NRL s’intensifie

Le président de l’ARLC, Peter V’landys, a déclaré à l’AAP que l’accord initial avec les représentants du gouvernement autorisait certaines exemptions pour les joueurs concernant le vaccin contre la grippe.

« Nous respectons le gouvernement parce qu’il nous a aidés tout au long de notre journée cible du 28 mai », a déclaré V’landys.

« Mais dans les protocoles que nous avions approuvés par le gouvernement, cela nous a permis d’autoriser les joueurs à ne pas vacciner pour des raisons culturelles et religieuses ».

V’landys affirme que le document complet remis aux gouvernements des États a permis certaines concessions pour les joueurs ne se faisant pas vacciner contre la grippe.

Pourtant, ces affirmations ont été réfutées par le scribe vétéran de News Corp, Paul Kent, qui prétend que quelqu’un au NRL a modifié le document après que le code eut été approuvé par le gouvernement.

Le défi mental pour les joueurs de retour: Freddy et le huitième

Il est entendu que l’une des conditions que les autorités de l’État ont demandées en retour est que chaque joueur de la LNR et chaque membre du personnel du club soient vaccinés contre la grippe commune.

Kent affirme qu’après que les gouvernements ont donné leur autorisation, quelqu’un au siège de NRL a ajouté une clause au document.

La clause ajoutée a déclaré que les joueurs qui ne voulaient pas se faire vacciner devaient signer une décharge qui leur permettrait de s’entraîner et de jouer.

Le gouvernement NSW a donné sa bénédiction à la nouvelle dérogation selon V’landys et il espère que le Sunshine State fera de même.

Cependant, Kent affirme que les gouvernements sont en colère contre la nouvelle demande, car ils pensaient que chaque personne impliquée dans la reprise de la saison aurait besoin du vaccin contre la grippe.

« Quelqu’un l’a mis dans ma poche, maman »

« Le syndicat des joueurs pense que le document envoyé au gouvernement est un travail en cours. Ils suivent toujours les protocoles réels », a déclaré Kent à la Fox League Live.

« Le gouvernement ne voyait pas les choses de cette façon. Ils voulaient une assurance, ils ont obtenu un document indiquant que 100 pour cent des joueurs seront vaccinés, donc le gouvernement a dit OK … ils l’ont fait.

« Quelqu’un à la LNR – ils devraient être limogés pour cela – quelqu’un à la LNR a ensuite, après avoir récupéré le document du gouvernement, inséré la clause de renonciation dans le document.

« J’ai une idée approximative mais je ne veux pas la dire (nom de la personne) publiquement … mais c’est ce qui s’est passé. »

Les 5 meilleurs centres de Joey et Freddy de tous les temps

Tous les joueurs des Titans, y compris Cartwright, ont signé le formulaire vendredi, mais cela n’a pas empêché le Premier ministre Scott Morrison de faire pression sur le jeu pour rendre le jab obligatoire.

« En fin de compte, les États et les territoires doivent déterminer quelles sont les exigences sanitaires applicables au NRL », a déclaré M. Morrison.

« Et s’ils insistaient là-dessus, je pense que c’est tout à fait raisonnable. »

La première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a déclaré que les autorités ne toléreraient que personne ignore les conseils de santé.

« Aucune personne, aucune organisation n’est au-dessus des conseils en matière de santé, je tiens à le dire très clairement », a-t-elle déclaré.

« Nous avons tous travaillé trop dur pour voir (certains) bafouer les règles en place et bafouer ce que nous respectons tous. »

-avec AAP