in

The White Lotus sur OCS : LA mini-série incontournable de l’été !

Il n’y a rien de mieux que de passer bonnes vacances. Si vous réservez une escapade à la plage, espérez simplement que Mike White n’en sera pas le scénariste. L’humoriste, scénariste et réalisateur suprêmement talentueux (Enlightened) est de retour sur ( en France) avec , une nouvelle mini-série mordante sur les riches – et les employés qui les servent – dans une luxueuse station balnéaire hawaïenne.

Pour les fans de la comédie mortellement acérée de Mike White, The White Lotus est une satire triomphante et délirante des classes privilégiées sur un fond magnifique. Pour ceux qui ne connaissent pas bien White, c’est une comédie exubérante qui pourrait leur faire découvrir ses autres œuvres, comme “Enlightened” (ou Illuminée), de Laura Dern dispo également sur OCS.

The White Lotus commence par un mystère : Au luxueux complexe hôtelier White Lotus, quelqu’un est mort. Nous ne savons pas qui et nous ne savons pas comment. La série revient sur les jours qui ont précédé le décès et présente une série de personnages hauts en couleur (presque tous méprisables) qui pourraient être la victime ou le tueur.

Mais rapidement, le mystère du meurtre devient moins important au fur et à mesure que les événements se déroulent au Lotus. Parmi les invités, on retrouve Connie Britton dans le rôle de Nicole, une PDG du secteur de la technologie qui tente de s’occuper de son infortuné mari (Steve Zahn), de ses terribles enfants Olivia et Quinn (Sydney Sweeney et Fred Hechinger) et de Paula (Brittany O’Grady), l’amie d’Olivia ; Jennifer Coolidge dans le rôle de Tanya, émotionnellement instable, en vacances pour disperser les cendres de sa mère ; et Alexandra Daddario et Jake Lacy dans le rôle de Rachel et Shane, jeunes mariés (Molly Shannon fait une apparition hilarante dans les épisodes suivants, bien que le fait de nommer son personnage pourrait gâcher la surprise de son entrée). Le directeur caméléon de l’hôtel, Armond (Murray Bartlett), et la directrice du spa, Belinda (Natasha Rothwell), travaillent à l’hôtel. Chacun d’eux est exploité, vanté et rabaissé par les clients.

The White Lotus l Trailer l Saison 1

Ce qui se passe dans The White Lotus n’est pas aussi important que la façon dont les personnages y réagissent, une astuce à laquelle Mike White excelle. Bartlett, un acteur australien au visage sympathique et au potentiel comique caché, est le véritable point fort de la série. La querelle qui se développe entre Armond et Shane, un garçon riche et gâté, est l’un des événements les plus divertissants et les plus choquants, et le fait de voir Armond tenter une façade souriante et agréable alors que Shane agit de manière plus scandaleuse est sublime.

Mais tout le monde fait un travail exceptionnel. Alexandra Daddario, reléguée à des rôles de bras et de maîtresses pendant une grande partie de sa carrière, a enfin l’occasion de se mettre en avant avec quelque chose de plus charnu, en jouant une jeune femme confiante, emportée par un beau et riche galant avant qu’elle ne réalise qu’il veut la contrôler. Coolidge, plus connue pour ses rôles dans American Pie et La Revanche d’une blonde, fait également partie de ses meilleures prestations dans le rôle de Tanya, peu sûre d’elle et en manque d’affection, qui s’accroche à la gentille Belinda, inconsciente des conséquences d’être la personne financièrement puissante dans une relation.

Britton et Zahn sont des contre-pieds étonnamment efficaces dans le rôle d’une femme de carrière excentrique qui n’a pas envie de briser le plafond de verre qui ne l’implique pas, et de son mari arriviste qui passe d’un extrême émotionnel à l’autre. Avec ses personnages adolescents, White et les scénaristes de “Lotus” ont compris quelque chose que peu d’autres séries modernes font : si la technologie et les vêtements ont peut-être changé avec la génération Z, les adolescents restent pour la plupart des abrutis.

Au milieu des frasques hawaïennes et des magnifiques décors, The White Lotus va plus loin dans sa dissection des inégalités de richesse, et critique de manière cinglante toutes les personnes impliquées, même si elles sont bien intentionnées. Lorsque l’idéaliste Paula pense pouvoir aider un groom hawaïen dont elle est amoureuse, les choses tournent mal d’une manière qui ne lui fait pas de mal. White peut détester l’odieuse oligarchie de la richesse qu’il dépeint, mais il n’est pas assez naïf pour suggérer que les puissants ne seront jamais punis pour leurs méfaits.

The White Lotus est peut-être cynique, mais pas déprimant. La série brille par son équilibre : elle n’est jamais trop croustillante, trop choquante ou trop burlesque. C’est le niveau Boucles d’or du juste milieu, et c’est extrêmement divertissant pendant les six épisodes.

Mais cela pourrait vous faire réfléchir à deux fois avant de visiter Hawaï…