in

The last of Us 2 : chant du cygne exceptionnel en guise d’adieu à la PS4

Cela fait sept années que les joueurs du monde entier l’attendaient. Sept années durant lesquelles l’équipe de Naughty Dog a peaufiné, poli, bichonné leurs derniers titres à paraitre sur la  4. C’est surement aussi l’un des gros AAA à sortir sur la avant l’arrivée de la Playstation 5 pour les fêtes de fin d’année. Un jeu captivant en guise d’au revoir à une console très appréciée.

Parue en 2013 sur la Playstation 3, The Last of Us est l’un de ces jeux qui ne nous laissent pas indifférents. La preuve en est, le studio a décidé de sortir une version remastérisée du jeu rien que pour la Playstation 4 en 2014. Acclamée par la critique, c’est avec une impatience non feinte que les joueurs ont pris l’annonce du second opus des aventures d’Ellie et Joel dans une Amérique post-apocalyptique.

Des ennemis plus humains

Comme annoncé par le vice-président de Naughty Dog, Neil Druckmann, The Last of Us part II s’inscrit dans la lignée du premier jeu : le jeu est d’une difficulté certaine. Jouant à fond la carte de l’empathie pour ces deux personnages que le joueur incarne, le titre nous prend clairement par les sentiments. Aussi, dans cette deuxième partie, la haine et la violence seront au menu, et vous comprendrez aussi que des êtres humains acculés peuvent être très dangereux.

La trame du jeu est classique, certes, mais convient parfaitement à l’univers dans lequel on s’immerge. Si des sujets difficiles reviennent sur le tapis, l’important c’est de savoir jusqu’où on peut aller pour les personnes qui nous sont chères. Pour cela on peut compter sur l’expérience de Naughty dog (Uncharted) en la matière puisque le jeu nous fera rire, pleurer, et nous mettra en colère.

Il en résulte un monde parfaitement vivant. Si vous souhaitez en découvrir tous les secrets, il est vivement conseillé de relancer une deuxième partie. Il faut en effet plus de recul et un sens critique pour comprendre le sens de certains messages.