in

The King : la nouvelle série originale Canal+ nous plonge dans la guerre des gangs du Varsovie d’avant-guerre

The King, série originale Canal+ polonaise

Série originale polonaise de , The King débarque dès ce lundi 2 août sur la chaîne cryptée. Réalisée par Jan P. Matuszynski, la série en 8 épisodes, dont le titre original est Król, est basée sur le roman éponyme de Szczepan Twardoch, célèbre dans son pays d’origine.

De quoi parle The King ?

La série se déroule à Varsovie en 1937 lorsque le spectre du fascisme planait sur l’Europe. La ville est secouée par un gang juif dirigé par un socialiste polonais, Kuma Kaplica. Son chef est un boxeur, Jakub Szapiro – l’objet d’adoration des femmes de Varsovie et la source d’envie et de crainte de nombreux hommes. Jakub rêve secrètement de remplacer un jour Kuma et de devenir le roi de Varsovie. Un jour, il prend en charge un jeune garçon, Moshe Bernsztajn, en qui il voit son successeur.

Pendant ce temps, une conspiration au sommet du pouvoir pourrait changer le visage de Varsovie et du pays tout entier, affectant l’empire gangster de Kum ainsi que l’avenir de Shapira lui-même. Empêtré dans des relations compliquées avec trois femmes, Jakub sera bientôt confronté à une lutte décisive pour le pouvoir dans les rues de la ville.

Côté casting, la série met en vedette Michał Żurawski, Kacper Olszewski, Arkadiusz Jakubik, Borys Szyc, Magdalena Boczarska, Adam Bobik, Adam Ferency, Lena Góra, Barbara Jonak, Andrzej Kłak, Aleksandra Konieczna, Mikołaj Kubacki, Piotr Pacek, Marcin Pempuś, Krzysztof Pieczyński, Aleksandra Pisula, Andrzej Seweryn, Andrzej Szeremeta, Bartłomiej Topa, Masza Wągrocka, Paweł Wolak et Piotr Żurawski. Vous ne les connaissez peut-être pas, mais ce sont des acteurs reconnus en Pologne.

Pourquoi il faut absolument regarder The King sur Canal+ ?

Déjà sortie depuis novembre 2020 en Pologne, la nouvelle série Canal+ a été un véritable succès. Comme nous l’avons déjà dit plus haut, la série, présentant le parcours d’un gangster d’avant-guerre jusqu’au sommet de sa “carrière” dans la pègre de Varsovie, est basée sur “Król”, un roman de Szczepan Twardoch, publié en 2016. L’auteur du livre, à l’aide d’une histoire policière fictive, a décrit non seulement les règles régissant le monde des gangsters de l’époque, mais aussi le creuset ethnique, social, religieux et politique de Varsovie en 1937.

L’histoire à plusieurs fils, parfaitement racontée et entrelacée avec précision n’a pas seulement des héros colorés et une histoire de gangster pleine de suspense, elle a aussi un héros sous la forme de la ville – Varsovie juive et polonaise d’avant-guerre, qui n’est pas seulement un arrière-plan. Le matériel sur lequel les créateurs de la série Canal + sont venus travailler est dense et exigeant, mais si vous connaissez déjà l’intrigue de “Król” – ne vous laissez pas décourager par le fait que vous connaissez le destin de Kum Kaplica et Jakub Szapiro va se dévoiler. Une histoire bien écrite et bien adaptée tient la route quoi qu’il arrive. Et c’est le cas ici.

“Personne ne m’a jamais rien donné. J’ai tout pris moi-même” – dit Jakub Szapiro, héros du caniveau, boxeur du club juif Makabi et homme du gang Kuma Kaplicy – pour certains un modèle, pour d’autres un synonyme de la chute de Varsovie dans les années 30. Il a beaucoup de succès auprès des femmes et du respect dans la ville, mais aussi des ambitions plus grandes que d’être un déclencheur. On le rencontre alors qu’il dispute son dernier combat de sa carrière, sur le ring il renverse Andrzej Ziembiński, un boxeur Legia sympathique aux ONR. Ce n’est pas seulement une victoire sur un adversaire. C’est une victoire politique – un garçon juif assomme le fils d’un procureur fasciste.

Les combats se déroulent non seulement sur le ring et selon les règles sportives. La presse se bat pour les esprits – l’ABC antisémite est en concurrence avec le quotidien de la minorité juive polonaise d’avant-guerre, “Nasz Przegląd”. La rue se bat aussi – avec tout et partout où c’est possible. Des militants engagés et des personnes au hasard meurent dans les affrontements brutaux entre les ND et les socialistes. La lutte pour le pouvoir se déroule aussi dans les bureaux, dans les somptueuses salles de restaurant et dans les maisons closes. Les rêves d’une révolution et l’introduction de leur ordre sont accompagnés de Litani apparaissant sur la ville. La baleine prédatrice survole Varsovie la nuit. Surveille-t-il les héros, les encourage-t-il ou simplement les surplombe-t-il ?

La capitale se débat, mais la capitale aussi s’amuse ou meurt oubliée. Le riche s’habille, s’enivre, mange, utilise des prostituées et conduit des limousines de luxe. Pauvre, sale et affamée, elle rend hommage et implore grâce. « Si je ne m’occupe pas des intérêts de la classe ouvrière, qui s’en occupera ?  – Kum Chapel demande rhétoriquement. Cependant, les soins de ce “parrain” de Varsovie coûtent cher, et ceux qui ne sont pas en mesure de rembourser leur dette se retrouvent dans des quartiers dans un trou à l’extérieur de la ville. Comme le père de Mosze Bernsztajn (joué par Kacper Olszewski), qui a été “tué par un grand et beau juif aux épaules larges et au dos puissant d’un boxeur maccabéen”. Le magasin de produits en caoutchouc n’a pas fonctionné, mais les bandits ne peuvent pas montrer leur cœur, ils doivent vivre de quelque chose, et ce « quelque chose » est un hommage de Karcelak et des prêts accordés aux pauvres comme celui de Nalewki. Moshe envisage de venger son père, mais cette idée est vouée à l’échec. Au lieu d’assassiner Szapira, il devient son compagnon et son ombre, et rejoint naturellement les gangsters.

The King est une réussite grâce au souci du détail : au niveau du scénario, du jeu d’acteur, du langage des personnages, mais aussi de la scénographie et des costumes. Le moisi, pauvre Will est au pouvoir de la chapelle de Kuma et de son peuple. Ce n’est pas seulement la Varsovie juive, c’est aussi la Varsovie des pauvres chrétiens de la classe ouvrière, qui essaie aussi de survivre et essaie de le faire de diverses manières. Karcelak est situé dans le centre de cette Varsovie. Les scénographes de “Król” ont donné l’ambiance de ce lieu pour que vous ayez envie de le retrouver en vous baladant dans la ville (ce ne sera pas un spoil, l’information que Karcelak n’existe pas depuis longtemps, et tente de trouver bien d’autres clés places dans le roman et la série peuvent échouer, car au final plus de 80 ans se sont écoulés depuis les événements décrits).

Pour rappel, The King est diffusé à compter de ce lundi 2 août sur Canal+ à 21h05. Vous pourrez regarder les 2 premiers épisodes, puis 2 nouveaux épisodes chaque lundi soir pendant 4 semaines.