in

Tennis News, Open d’Australie et TA porteront 40 millions de dollars de mise en quarantaine des joueurs

Tennis Australia porterait un hit de 40 millions de dollars afin de garantir que l’Open d’Australie 2021 se déroule au milieu de la pandémie mondiale, comme le révèlent des fuites d’e-mails du PDG Craig Tiley.

Chaque joueur qui a l’intention de participer à l’Open d’Australie devra entrer en quarantaine hôtelière pendant 14 jours.

Cependant, après des semaines de négociations entre TA et le gouvernement de l’État de Victoria, un ensemble de concessions spéciales ont été accordées pour garantir que les joueurs soient en mesure de maintenir leur forme et leur forme physique avant le premier Grand Chelem de l’année.

Il semble de plus en plus probable que les joueurs arrivent à Melbourne sur des vols affrétés entre le 15 et le 17 janvier et soient mis directement en quarantaine.

Andy Murray à l’Open d’Australie. (Darrian Traynor / L’âge)

Les joueurs semblent prêts à être autorisés à quitter leur chambre d’hôtel cinq heures par jour pour s’entraîner, se soigner et aller à la salle de sport. À tout autre moment, ils seront obligés de rester dans leur chambre.

Tous les concurrents devront également subir cinq tests COVID en quarantaine et devront effacer le premier avant d’être autorisés à s’entraîner. Les tests auront lieu les jours un, trois, sept, 10 et 14 de la période de quarantaine.

Le premier ministre victorien Daniel Andrews a assuré qu’il n’y aurait aucun traitement spécial pour aucun joueur, quel que soit son classement.

Il est entendu que l’ensemble du processus représentera une énorme explosion de coûts pour l’assistance technique, les frais généraux devant coûter à l’organisation la somme exorbitante de 40 millions de dollars.

Open d’Australie débutera le 8 février

Étonnamment, cependant, TA s’est assuré qu’elle distribuerait toujours la totalité des 71 millions de dollars de prix en argent.

Une date de début du 8 février semble maintenant probable après que Tiley ait envoyé une note aux joueurs décrivant les directives strictes de biosécurité, selon The Age et le Sydney Morning Herald.