in

«Save me» découvre trois toreros impliqués dans des combats de coqs illégaux présumés pendant l’accouchement

Ils l’avaient annoncé depuis des jours: un appel anonyme a mis l’équipe «Save me» sur la piste de trois toreros espagnols qui pourraient être impliqués dans un crime de maltraitance animale. Après un mois de recherche intense, le programme Telecinco a découvert les noms: Juan José Padilla, Morante de la Puebla et Alberto López Simón auraient pu participer à de prétendus combats de coqs illégaux.

Juan José Padilla, Morante de la Puebla, dans un combat de coqs

Juan José Padilla, Morante de la Puebla, dans un combat de coqs

Ces combats sont illégaux dans presque toute l’Espagne. Ce n’est qu’en Andalousie et aux îles Canaries qu’ils sont autorisés, bien qu’avec des restrictions: il ne peut y avoir de mineurs et cela nécessite une autorisation préalable du conseil municipal, selon les avocats pointant du doigt le programme. Désormais, les trois toreros pourraient faire face à un délit de maltraitance des animaux: “Toute la question de la maltraitance des animaux, en particulier la maltraitance des animaux dans les spectacles non autorisés, est couverte par l’article 337 du Code pénal. Ils risqueraient des peines de prison allant jusqu’à deux ans et une disqualification pour ne pas avoir pu mener des activités avec des animaux domestiques jusqu’à quatre ans “, a expliqué Ana Prieto, sergent de SEPRONA.

Le témoin de “Sauvez-moi” aurait découvert Juan José Padilla lors d’un échange de coqs à Sanlúcar de Barrameda pendant l’accouchement, où “tout le monde est parti sans masque”, a-t-il précisé. “J’ai été surpris qu’ils aient été autorisés à voir un spectacle comme celui-ci. Je ne m’y attendais pas. L’événement dure environ quatre ou cinq heures. Il y a environ une centaine de combats et ils se terminent lorsque l’un des coqs meurt”, a-t-il déclaré. Dans l’une des photos qu’il a données au programme Padilla lui-même est vu placer un coq au centre de la piste.

«Sauve-moi» contacte Padilla

L’équipe «Save me» a tenté de contacter les toreros. Juan José Padilla a décroché le téléphone pour donner des explications. “Je ne suis pas lié à l’entreprise, pour moi ce n’est pas une entreprise, mais un hobby. Je porte des coqs mais je n’échange pas avec eux. Ma passion est ma culture et ma culture est aussi les coqs “, a-t-il expliqué. Dans le cas de López Simón, le droitier a assuré qu’il ne sait pas” ni combien de plumes les coqs de combat ont “.