in

Rugby News, l’ancien Wallaby Dan Palmer se présente comme gay dans une colonne puissante

L’ancienne star du rugby australien Dan Palmer est devenue le premier joueur des Wallabies à devenir gay, et juste le deuxième du match international masculin.

Dans une chronique puissante publiée aujourd’hui par le Sydney Morning Herald, Palmer a écrit un récit émouvant de son temps en tant que jeune homme à la hauteur de Rugby Union essayant de se réconcilier avec sa sexualité.

Le joueur de 32 ans a révélé les difficultés auxquelles il a dû faire face en essayant de dissimuler son homosexualité tout au long de sa carrière, au cours de laquelle il envisageait de mettre fin à sa vie plutôt que de faire découvrir sa vérité aux gens.

« En 2012, je vivais mon rêve d’enfance. Ma vie consistait à pratiquer le sport que j’aimais et à parcourir le monde avec certains de mes meilleurs amis », a écrit Palmer.

Dan Palmer. (Getty) (Getty)

«Malgré tout cela, j’étais incroyablement frustré, en colère et désespérément triste. Je me méprisais moi-même et la vie que je vivais. J’étais piégée dans un faux récit et je ne voyais aucune issue. La plupart des nuits, je pleurais pour m’endormir et régulièrement je me suis engourdi avec un lourd cocktail d’opioïdes.

«Je fantasmais sur la disparition, le changement de nom et le recommencement de ma vie. Il n’est pas exagéré de dire que ma propre mort était préférable à quiconque découvrant que j’étais gay.

Après un an de blessures, Palmer a déménagé au rugby français avec le FC Grenoble où l’isolement de vivre dans un pays étranger l’a poussé au bord du gouffre.

«Après avoir pris une overdose d’analgésiques et me suis réveillé dans une piscine de nourriture de la veille, il était clair pour moi que je m’autodétruissais rapidement et que quelque chose devait changer», écrit-il.

C’est alors que, après un voyage impromptu au Royaume-Uni pour rencontrer un ami, Palmer est sorti pour la première fois et n’a jamais regardé en arrière.

Dan Palmer joue pour les Wallabies (au centre). (Getty) (Getty)

Malheureusement, l’histoire de Palmer est emblématique de la poignée d’autres athlètes professionnels qui se sont révélés homosexuels au cours des dernières décennies, déclare Erik Denison, chercheur principal du Sport Inclusion Project à l’Université Monash, soulignant le manque de progrès sur la question.

« L’histoire de Dan est presque la même que celle des athlètes qui l’ont précédé, comme Gareth Thomas il y a 10 ans, et David Kelley, qui est le tout premier athlète gay à sortir en tant que joueur de la NFL dans les années 70 », a déclaré Denison exclusivement à Wide Monde des sports.

« C’était vraiment alarmant pour moi que leurs histoires soient presque identiques. Il ne semble pas y avoir de changement. Et c’est vraiment ce sur quoi nous devons nous concentrer; pourquoi les athlètes homosexuels continuent de penser qu’ils vont être rejetés. »

Grâce à la recherche de Denison sur l’homophobie dans le sport, il a découvert que le facteur primordial qui a contribué à un environnement peu accueillant pour les hommes gais était l’utilisation systémique d’un langage péjoratif.

« Cela dépend vraiment du langage utilisé, cela donne l’impression que les athlètes gays ne sont pas les bienvenus dans cet environnement », a-t-il déclaré.

Fitzy défend la performance des Wallabies contre les All Blacks: 5 minutes avec Fitzy

«Ce que nous avons trouvé dans la recherche, c’est que dès leur plus jeune âge, les jeunes hommes entendent des insultes homophobes qui sont constamment utilisées dans le cadre de plaisanteries.

«Et parce qu’ils entendent des mots homophobes à chaque fois que quelqu’un laisse tomber une balle ou pour avoir foiré, cela construit cette association et leur esprit qui est assez fort entre être gay et être indésirable ou être faible.

«Parce que vous entendez ce langage tout le temps, vous avez l’impression que dans cet environnement, ce n’est certainement pas accueillant. Vous devriez cacher votre sexualité. Et nous entendons constamment des athlètes gays lorsque nous les interviewons, ils se sentaient comme étant gay était incompatible avec le fait d’être un joueur de rugby et un athlète, exactement ce que disait Dan.

« Les hommes utilisent un langage homophobe et sexiste dans le sport, essentiellement pour dénigrer ou pour décrire tout ce qui est faible, qui n’est pas viril. »

Le compte rendu puissant de Palmer a été largement soutenu par une multitude de personnages du jeu.

David Pocock, star des Wallabies, récemment à la retraite, a tweeté: « Dan Palmer est l’un des meilleurs hommes que j’ai connu et que j’ai côtoyé au rugby. Un travail incroyablement acharné et un vrai génie.

« Je crois que le sport est à son meilleur lorsqu’il met la société au défi d’être plus inclusive. Un bon rappel de combien il reste de travail à faire. »

Palmer, un accessoire qui a joué un test pour les Wallabies en 2012 et au niveau national pour les Waratahs et les Brumbies entre 2008 et 2015, rejoint le Gallois Gareth Thomas en tant que seul autre joueur de rugby professionnel masculin à être devenu gay.

Les lecteurs souhaitant obtenir de l’aide peuvent contacter Lifeline au 13 11 14 ou au-delà du bleu au 1300 22 4636.