in

Rome: le long chemin de l’épopée originale de HBO

Pourtant, comme McKidd ne tarde pas à le souligner, cela s’est traduit par une chimie parfaite à l’écran, car Pullo et Vorenus étaient souvent «en désaccord» pendant la première saison, qui a culminé avec la vie de Vorenus implosant le même jour que l’assassinat de César. Pendant ce temps, Pullo trouva un semblant de paix. Mais ici, au crépuscule d’un forum romain recréé, la saison recevait un post-script bien nécessaire.

«La soirée de clôture a lieu quelque part, et nous pouvons entendre la musique», dit McKidd, «et lui et moi sommes restés assis à partager la bouteille de tequila. Et nous l’avons sorti, vous savez? Parce que nous avions tous les deux gardé des trucs pour la saison sur des choses qui s’énervaient… Nous avons tout enlevé de notre poitrine et nous avons fini par avoir un énorme câlin, et nous avons jeté cette bouteille, ceci [now] bouteille vide de tequila, au milieu du Forum. Nous avons conclu un pacte les uns avec les autres pour qu’à partir de ce moment, nous serions les amis les plus proches, et nous le sommes toujours.

À bien des égards, cela reflétait la dynamique à venir entre Pullo et Vorenus dans la saison 2, que McKidd reconnaît également.

«Notre lien était incassable lors de la deuxième saison», dit-il. «Vous voyez que la chimie change et bouge, et se métamorphose au cours des deux saisons, et cela suit à peu près Ray et ma relation.» Et il s’avérerait indispensable que la deuxième année, d’autant plus que les deux personnages, comme leurs acteurs, étaient contraints de resserrer les rangs et de se rendre compte que la fin était proche.

Le coût de faire des affaires comme le font les Romains

Fondé en 1937 par Benito Mussolini, la renommée internationale des Cinecittà Studios de Rome a depuis longtemps dépassé ses débuts peu propices. Célébré comme le foyer d’une communauté d’artisans cinématographiques hautement qualifiés, le nom de Cinecittà est inséparable de cinéastes légendaires comme Federico Fellini, Roberto Rossellini et Sergio Leone. Et il a été le site de productions hollywoodiennes historiques, telles que vacances romaines (1953), Ben Hur (1959), et même le célèbre Cléopâtre (1963). Pourtant, comme le souligne Heller, aucune production américaine n’est revenue à Cinecittà depuis Rome.