in

Rares photos colorées à la main de la vie quotidienne à Meiji au Japon, 1890

«Une sorte de danse à la corde.»

Après des siècles d’isolement et plusieurs tentatives infructueuses des nations occidentales pour ouvrir le Japon aux relations internationales et au commerce, la marine des États-Unis a envoyé le commodore C. Perry en 1853 avec une lettre du président Millard Fillmore à l’empereur du Japon demandant des relations commerciales, des soins pour les marins naufragés, et un endroit pour stocker le charbon pour les navires à vapeur.

Le 8 juillet 1853, les «navires noirs du mein maléfique» fumant et chevauchant sans rame ni voile furent vus pour la première fois au large du port d’Edo. La mission devait être le point déterminant à la fin de la période féodale et au début de la nouvelle ère.

Selon les termes de la réponse de l’empereur au président au printemps suivant, «nous sommes gouvernés par une nécessité impérieuse». Le Japon ne pouvait plus s’isoler du reste du monde.

Déjà aux prises avec une économie faible, une structure féodale défaillante, ainsi qu’une dispute de lignage, le shogunat a finalement perdu la confiance du peuple quand il ne pouvait pas faire reculer les barbares.

Février 1854 a vu l’ouverture des ports de Shinoda et Hakodate. Townsend Harris a conclu un traité avec le Japon en 1858 pour les droits commerciaux avec les États-Unis, et progressivement plus de ports se sont ouverts non seulement à l’Amérique mais à la Grande-Bretagne, à la France, aux Pays-Bas, à la Russie et aux autres pays occidentaux.

La xénophobie et les difficultés économiques causées par les étrangers ont conduit à de violentes manifestations et à la montée des extrémistes qui ont horreur de l’inefficacité de la situation politique actuelle. Finalement, le mécontentement du daimyo avec les Tokugawa a conduit à un coup d’État militaire qui a renversé le shogun.

Sous l’empereur Meiji, les anciens systèmes féodaux furent démantelés et la nation se tourna vers l’Occident pour un nouvel idéal. Afin de consolider le pouvoir, le nouveau gouvernement abolit le han en 1871 et re-divise le pays en préfectures.

Le gouvernement a démantelé la classe des samouraïs en levant sa propre armée nationale conscrite où roturiers et samouraïs combattaient côte à côte et en interdisant le port d’épées en 1876.

Les roturiers étaient désormais autorisés à prendre un nom de famille et étaient libres de toute restriction de travail ou de voyage. Bien que non sans problèmes, l’ère Meiji est restée dans les mémoires comme une période d’espoir et de découverte; la source des deux était la ménagerie sans fin de toutes les choses occidentales.

La restauration Meiji, comme l’événement a été connu, a marqué le début de l’ascension ambitieuse du Japon vers une puissance mondiale qui, pour la première fois de l’histoire, verrait un pays asiatique se tenir côte à côte avec les puissances européennes.

Beaucoup de Japonais ont rapidement adopté le style occidental tant dans leur apparence que dans leurs actions. Par exemple, la coupe de cheveux traditionnelle japonaise pour les hommes était la chom’mage. Cela nécessitait que la tête soit rasée à l’exception de l’arrière, qui était ensuite relevée et repliée sur le dessus de la tête.

Grâce à son entretien élevé et à sa nature inconfortable, il n’a pas fallu longtemps à de nombreux hommes pour passer aux coiffures occidentales, en particulier ceux qui étaient engagés dans les nouvelles professions telles que professeur d’école, policier ou fonctionnaire de Meiji.

Comme pour les coiffures, ce sont les gens dans les nouvelles professions et l’armée qui ont pris les devants en adoptant les vêtements occidentaux. Même alors, dans les villes, il n’était pas rare de voir quelqu’un en kimono avec des chaussures western ou en obi porté avec des lunettes et un parapluie.

Les vêtements traditionnels sont restés en place pour ceux qui étaient engagés dans des rôles traditionnels tels que l’agriculture ou la pêche. Il a fallu beaucoup de temps pour que les nouvelles façons de pénétrer dans la campagne aient lieu parce qu’il y avait peu de raisons de changer, et en fait, beaucoup de changements dans les villages provenaient d’anciens combattants revenant de service et des jeunes qui étaient partis en ville.

Le photographe original derrière ces étonnantes impressions colorées à la main du Japon des années 1890 est inconnu. Les photos font partie d’une vaste collection de photos détenue par la bibliothèque publique de New York, et vont des images posées de la vie domestique aux paysages à couper le souffle du Japon.

«Shiraitono-Taki (une cascade) près du mont Fuji.»

« Pompiers. »

«Akasaka, Tokyo.»

« Agriculteur. »

«Takaboko Nagasaki.»

«Spectacle (pont) à Otani, Kioto.»

«Transporter des balles de riz au marché.»

«Manger au bord de la route.»

« Manger du riz. »

«Sépulcre, Shiba, Tokyo.»

«Bamboo Grove, Kioto.»

«Voiture sacrée.»

«Fuji de Yoshiwara (Tokaido).»

«Cascade de Nunobiki, à Kobe.»

«Cuisine (préparation du dîner).»

«Temple du cheval de bronze de Nagasaki.»

«Puiser l’eau du puits.»

«Matsushima Inland Sea.»

« Tea-Yard à Uzi, Yamashiro. »

«Le fermier plantant les pousses de riz.»

«Jeune infirmière.»

«Battage du riz.»

«Pont Hancing (près de Fuji).»

«Cascade, Yumoto.»

«Theatre Street, Yokohama.»

«Miyajima, Aki.»

«Chaise de voyage Kago.»

«Matsushima, mer intérieure.»

«Les filles endormies dans un lit japonais.»

«Matsushima, mer intérieure.»

(Crédit photo: Bibliothèque publique de New York / Texte: Josh Kilgore / Shibusawa, Keizo. La vie et la culture japonaises à l’ère Meiji. Tokyo: Tokyo Bunko, 1969 / Yamagida, Kunio. Les mœurs et coutumes japonaises à l’époque Meiji. Tokyo: Tokyo Bunko, 1969).