Pour retrouver les voleurs, un ostréiculteur a trouvé une solution ingénieuse

Christophe Guinot, ostréiculteur de Leucate

Les huîtres représentent un marché lucratif, si vous avez envie de vous faire un petit plaisir, au restaurant il vous en coûtera pas loin de 25 euros pour une demi-douzaine. La demande est au plus fort en période de fêtes, qui est également la période la plus prisée par les voleurs.

Lorsque des voleurs ont dérobé trois tonnes d’huîtres chez l’ostréiculteur français Christophe Guinot, ce dernier a trouvé une solution : planter des notes secrètes à l’intérieur des coquilles d’huîtres pour aider la police à retrouver les voleurs. Depuis que Christophe Guinot a mis en place cette méthode en 2016, il affirme qu’il n’y a pas eu de nouveaux vols d’huîtres dans son exploitation. “Cela a eu un effet dissuasif”, a déclaré le sexagénaire, originaire de Leucate, dans le sud de la France.

Christophe Guinot élève des huîtres dans une lagune côtière près de la frontière française avec l’Espagne. Les coquillages sont élevés dans des cages, attachées par des fils à un cadre métallique qui les empêche de dériver. Les voleurs se rendent en bateau jusqu’aux cages et les arrachent de l’eau.

La solution de Christophe Guinot : prendre une coquille d’huître vide, y insérer un petit billet enroulé, recoller la coquille et la déposer dans la cage. La note indique à la personne qui ouvre la coquille qu’elle a gagné son poids en huîtres et l’invite à appeler pour réclamer son prix.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie Jovillard (@so_jovillard)

On pouvait demander à la personne qui réclamait son prix où elle avait acheté les huîtres et, si elles ne provenaient pas d’un endroit que Christophe Guinot approvisionnait, il pouvait mettre la police sur la piste des voleurs.

D’autres producteurs de la région ont suivi son exemple et ont également placé des notes parmi leurs huîtres. Jusqu’à présent, personne n’a réclamé le prix, bien que certains aient été réclamés dans des fermes voisines, a-t-il dit. Dans certains cas au moins, les lauréats avaient été vendus avec des huîtres volées, et la police a été alertée.

La nouvelle s’est répandue et semble avoir créé un effet dissuasif : après 19 vols d’huîtres dans la région en 2017, il n’y en a eu aucun en 2020, selon le ministère de l’Intérieur.