-

Poupée Russe : Natasha Lyonne révèle ce qui l’a inspirée pour la saison 2 de la série Netflix

Natasha Lyonne, créatrice, scénariste et star de la série de comédie noire Poupée Russe de Netflix, révèle les supports qui l’ont aidée à développer la deuxième saison de la série.

Natasha Lyonne a créé Poupée Russe avec Leslye Headland et Amy Poehler. La série a lâché ses huit épisodes sur Netflix le 1er février 2019. Elle suit Nadia Vulvokov (Lyonne), une développeuse de jeux qui se retrouve coincée dans une boucle temporelle inéluctable le jour de son 36e anniversaire où elle meurt encore et encore.

Ce n’est que lorsqu’elle rencontre Alan Zaveri (Charlie Barnett), lui aussi coincé dans une boucle temporelle, qu’elle commence à trouver une solution. À la fin de la saison, le duo échappe à la mort mais reste coincé dans des univers opposés. La bande-annonce de la deuxième saison de Poupée Russe a révélé que la série se déroulera dans les années 1980, quatre ans après les événements de la première saison.

Dans une interview accordée au Hollywood Reporter, Natasha Lyonne révèle de quoi s’est inspirée l’équipe d’auteurs de la saison 2, composée uniquement de femmes, pour écrire les scénarios. Elle mentionne deux livres : l’exploration philosophique de Doug Hofstadter, Je suis une boucle étrange: Que veut dire «je» ? (I Am a Strange Loop), et les mémoires de Viktor Frankl, Man’s Search for Meaning, sur sa quête d’espoir après avoir été emprisonné dans les camps de concentration nazis. Natasha Lyonne mentionne également qu’elle s’est inspirée de la comédie musicale semi-autobiographique Que le spectacle commence (All That Jazz) de Bob Fosse et de Jo Jo Dancer, Your Life Is Calling de Richard Pryor, pour adopter une approche « à la première personne » et s’intégrer au spectacle. Voici l’intégralité de ses commentaires ci-dessous traduits :

Netflix et Universal me permettent de réunir les meilleurs auteurs féminins que nous pouvons trouver. C’est la deuxième fois que nous avons une salle des auteurs entièrement féminine. Elles sont époustouflantes, de vraies têtes brûlées. J’arrive donc avec cette pile de livres et de questions : « Dieu merci, vous êtes enfin là, car ça veut dire quoi, tout ça ? » Une grande partie est une référence aux livres qui étaient avec nous depuis la première saison, I Am a Strange Loop de Doug Hofstadter et Man’s Search for Meaning de Viktor Frankl. Parce que c’est une émission où l’on peut se poser des questions philosophiques : Qu’est-ce que cela signifie d’être en vie ?

J’aborde la question à la première personne, à la manière du Fosse-esque All That Jazz ou du Richard Pryor Jojo Dancer, Your Life Is Calling, que j’essaie toujours d’insuffler. L’idée de la saison 1 était de savoir ce que signifie être autodestructeur. [Les personnages principaux] Alan (Charlie Barnett) et Nadia (jouée par Lyonne) ne peuvent s’empêcher de mourir jusqu’à ce qu’ils trouvent une connexion. Dans la saison 2, il s’agit de : « Maintenant que j’ai arrêté de mourir, comment puis-je commencer à vivre ? »

Évidemment, à un niveau personnel, c’est un problème très tangible. C’était donc la démangeaison que j’essayais de gratter avec cette pièce. Poser ces questions – sans vraiment y répondre – mais construire une histoire autour de cela, parce que je suis personnellement curieux.

D’après les éléments mentionnés par Natasha Lyonne, il est probable que cette saison sera encore plus liée à son propre parcours personnel et à ses luttes contre la dépendance et les traumatismes que la saison 1. La question dont elle a dit que la deuxième saison de Poupée Russe s’inspire laisse également entrevoir des intrigues possibles pour Nadia et Alan, qui doivent trouver un moyen de commencer à vivre leur vie maintenant qu’ils ont cessé de mourir. Le public aura l’occasion de voir comment tous ces facteurs jouent dans la deuxième saison de Poupée Russe lorsque les sept épisodes seront diffusés par Netflix le 20 avril.

Partager cet article

Actualités