in

Plus de 50 familles rejettent l’enquête indépendante «  édentée  » sur plusieurs décès dans l’unité de santé mentale d’Essex


Plus de 50 familles touchées par des défaillances «calamiteuses» des services de santé mentale du NHS dans l’Essex ont rejeté l’offre du gouvernement d’une enquête indépendante sur les défaillances sur une période de 20 ans dans une seule unité du comté. un débat à Westminster Hall lundi soir et s’est arrêté avant l’appel des familles pour une enquête publique statutaire, qui aurait contraint les témoins à témoigner sous serment. La focalisation de l’enquête proposée sur les décès au Linden Center, à Chelmsford, a été critiquée comme manquant de portée, car elle n’aura pas le mandat d’enquêter sur les défaillances plus larges des services de santé mentale à travers le comté. La lettre d’information i politique a coupé le bruit Le débat a eu lieu en réponse à une pétition réussie organisée par Melanie Leahy, dont le fils de 20 ans, Matthew, est décédé au Linden Center en 2012, qui a attiré plus de 105 000 signatures. Les familles écrivent notamment au Premier ministre et au secrétaire à la Santé pour exprimer leur déception: quelque 25 personnes sont décédées dans des installations gérées par le North Essex Partnership University Trust (NEP) depuis 2000, mais malgré de multiples enquêtes, les familles des personnes décédées croient on leur refuse toujours toute la vérité. La fiducie a fusionné avec une autre en 2017 pour devenir Essex Partnership University NHS Foundation Trust. L’enquête indépendante portera sur les décès survenus uniquement au Linden Center entre 2000 et 2020. La ministre de la Santé, Nadine Dorries, a déclaré qu’elle «s’attendait» à ce que des témoins se manifestent et que «Indépendant signifie indépendant». Six «candidats de premier plan» sont actuellement à l’étude pour la présidence de l’enquête, qui suivra les mêmes protocoles que les enquêtes menées sur le scandale de maternité de Morecambe Bay et sur le chirurgien du sein voyou James Paterson. Le gouvernement a choisi le présidentCependant, les familles ont accusé le enquête comme étant «édentée». Mme Leahy a déclaré: «Elle n’aura pas le pouvoir d’obliger les témoins à témoigner sous serment, comme le ferait une enquête publique statutaire, et sera présidée par un« expert »choisi par le gouvernement. Ayant fait campagne pendant si longtemps pour obtenir un débat parlementaire, je refuse de me laisser distraire par cette réponse timide. Depuis le début, les autres familles et moi-même avons déclaré qu’une enquête publique statutaire complète était le seul moyen d’obtenir des réponses – il est honteux que le gouvernement offre rien de moins pour tenter de balayer cela sous le tapis. contrarié par l’enquête proposée, mais nous sommes également préoccupés par le fait qu’elle soit présentée comme un cheval de Troie pour la faire ressembler à autre chose et pour inciter les familles à l’accueillir. Cette attitude ne fonctionnera pas. La ministre a suggéré que c’était la meilleure façon d’enquêter car c’était la plus rapide – pas la plus efficace, juste la plus rapide. ”Melanie Leahy avec une photo de son fils Matthew, décédé à l’âge de 20 ans en novembre 2012 sous les soins du NHS ( Photo: Melanie Leahy) Mme Leahy a déclaré que les familles continueront d’exiger des réponses «qui non seulement rendront justice à nos proches, mais aussi fourniront un apprentissage vital pour s’assurer qu’aucune autre famille ne subira notre douleur». Elle a déclaré: «Nous allons ne pas être ignoré. En écrivant à Boris Johnson, j’espère qu’il entendra nos appels, comprendra l’importance et la nécessité cruciale d’une enquête publique statutaire. »Deborah Coles, directrice de l’organisation caritative Inquest, qui soutient les familles, a déclaré:« Les services de santé mentale d’Essex sont ignorés. pratiques dangereuses qui ont conduit à des décès évitables. S’il n’y avait pas eu le dévouement et la persévérance des familles endeuillées pour découvrir la vérité, ces échecs ne se seraient jamais révélés. Le ministre doit à ces familles, qui ont déjà été rejetées à plusieurs reprises par l’État, de répondre à leurs appels à un examen minutieux au moyen d’une enquête publique statutaire. Rien de moins sera considéré comme une autre tentative de détourner la responsabilité. »