in

Pat Rafter explique comment une technologie améliorée a entravé le développement des juniors


Le grand joueur de tennis australien Pat Rafter a déploré la dépendance excessive des jeunes joueurs d’aujourd’hui vis-à-vis de la technologie de raquette avancée qui les prive de compétences fondamentales en tennis.

Rafter a fait valoir qu’avec les raquettes d’aujourd’hui permettant aux joueurs de générer de la puissance et de tourner à partir de presque n’importe quelle position sur le terrain, cela a entraîné un manque de « savoir-faire » dans le jeu.

S’exprimant sur Nine’s Le meilleur, Rafter a expliqué comment la technologie de pointe faisait que les jeunes joueurs n’étaient pas aussi bien équilibrés que leurs prédécesseurs.

« Je pense que j’aurais vraiment du mal à être honnête », a-t-il déclaré.

« C’est dommage mais c’est comme ça. Vous voulez voir un peu de savoir-faire.

« Le problème, c’est quelqu’un qui arrive et qui est un grand joueur de tennis, il a de bonnes mains et de bons voleurs, s’il n’a pas fait ça dès son jeune âge, c’est assez difficile pour un 20 – un gamin d’un an à dire: «OK mec, nous allons commencer à venir sur le net beaucoup plus».

« Cela ne fonctionne pas de cette façon et cela prend beaucoup de temps et le tennis junior doit être l’endroit où vous commencez à perfectionner ces compétences.

« Le problème est que beaucoup de nos enfants ne le font plus généralement parce que la technologie ne leur permet pas de jouer de cette façon. »

Rafter a également développé la technologie des vêtements des joueurs ainsi que des raquettes par rapport à l’époque où il jouait.

« Certaines des chemises que nous portions étaient si amples et si épaisses, c’est assez étonnant maintenant que ces gars portent des maillots, donc je serais bien dans mon maillot Bonds », a-t-il déclaré.

« La technologie a permis à ces gars de faire de très bons coups de passes et (de) rendre un très bon service lorsqu’ils sont déséquilibrés (créant) beaucoup de puissance et de spin.

« Ce n’était vraiment pas le cas lorsque nous jouions. Les cordes que nous avions à l’époque étaient soit synthétiques, soit une corde en boyau naturel qui ne vous permettait pas d’obtenir ce genre de puissance, de rythme et de spin. »