in

Une nouvelle découverte de fossiles change la compréhension de l’histoire humaine

Le plus ancien crâne connu d’Homo Erectus a été mis au jour dans les grottes de Drimolen, au nord de Johannesburg. Une équipe internationale de chercheurs, dont des géologues de l’Université du Cap (UCT), a reconstitué plus de 150 fragments pour former le crâne, appelé DNH134.

Les chercheurs impliqués estiment que le crâne a environ 2 millions d’années. Cela prouve que les premiers ancêtres de l’homme se trouvaient environ 200 000 ans plus tôt que ce que l’on croyait auparavant. Les résultats ont été publiés aujourd’hui [3 avril 2020] dans Science.

“Il s’agit d’une découverte très excitante. Nous avons lutté pendant des décennies pour dater les fossiles sud-africains. Mais maintenant, nous disposons d’un éventail de techniques adaptées, et il est possible de repousser la première apparition de nos plus anciens ancêtres au berceau”, a déclaré le Dr Robyn Pickering, directrice de l’Institut de recherche sur l’évolution humaine de l’UCT.

UCT News rapporte que le crâne reconstitué aurait appartenu à un enfant âgé de 2 ou 3 ans, selon l’auteur principal, le professeur Andy Herries du département d’archéologie et d’histoire de l’université La Trobe en Australie.

Cette découverte récente est intéressante non seulement parce qu’elle montre que nos ancêtres existaient plus tôt qu’on ne le pensait, mais aussi parce qu’elle suggère que l’espèce australopithèque A sediba n’était peut-être pas l’ancêtre direct de H. erectus, et donc de nous. En effet, l’âge estimé du fossile nouvellement découvert suggère qu’il a partagé le terrain avec deux autres types d’humains, dont l’espèce Paranthropus et le genre Australopithecus.

Le Dr Tara Edwards, chercheur postdoctoral de l’UCT qui faisait partie de l’équipe de recherche, a expliqué comment ils ont daté le crâne. “En examinant au microscope de petits morceaux de roche des grottes, également appelés spéléothèmes, nous pouvons dire que les couches que nous datons sont vierges et nous pouvons faire confiance aux âges qu’elles produisent”, a-t-elle déclaré à UCT News.

La recherche récemment publiée est importante pour plusieurs raisons. “Non seulement la recherche illustre l’importance de l’Afrique du Sud dans l’histoire de l’humanité, mais ce projet est la première percée majeure dans la recherche sur les hominines avec une femme sud-africaine comme directrice”, a déclaré à UCT News Stephanie Baker, co-directrice du projet de fouilles de Drimolen et doctorante à l’Université de Johannesburg.