in

Ne plaisante pas avec Kevin Costner et Diane Lane – / Film

Laissez-le aller

Kevin Costner a apprécié une longue carrière en jouant le père que nous souhaitons tous avoir (et aussi une fois un poisson-personne). Aussi formidables que soient nos vrais pères, ils ne peuvent tout simplement pas rivaliser avec Costner. Le gars frappe parfaitement toutes les bonnes notes: honnêteté, dignité, réserve tranquille, americana robuste – toutes les qualités que nous voulons dans une figure paternelle hyperbolique. Laisse le partir exploite tout cela et nous rappelle une autre chose dans laquelle il est doué: le cul.

Mais Laisse le partir n’est pas vraiment le film de Costner. Au lieu de cela, il appartient à Diane Lane comme sa femme, Margaret. Aussi formidable que soit Costner, Lane est celui qui fait avancer cette histoire et propulse son action principale. Sa Margaret Blackledge est poussée presque au point de faire preuve d’imprudence, et ce n’est pas une surprise quand nous apprenons finalement que son personnage avait l’habitude de briser des chevaux sauvages. Costner ressemble plus à son fidèle bouledogue. Ce qui est apprécié parce que l’ennemi de Lane, joué avec la joie bouillonnante et méchante de Lesley Manville, a quatre bulldogs à lui.

Laisse le partir raconte essentiellement l’histoire de duels de grands-parents. George et Margaret Blackledge ont un fils parfait, si bien que nous n’avons pas vraiment l’occasion de le rencontrer avant qu’il ne subisse un accident mortel qui laisse sa femme veuve et son petit garçon sans père. Quelques années plus tard, cette veuve, Lorna (Kayli Carter), se remarie dans un clan effrayant connu sous le nom de famille Weboy et disparaît soudainement avec le petit-fils peu de temps après. Avant de partir, cependant, Margaret voit ce nouveau mari frapper Lorna et le petit-fils. C’est donc ce que vous pourriez appeler une mauvaise personne. Et il était déjà mal parti en n’étant pas leur parfait fils mort.

Cela ne tiendra clairement pas. En tant que tels, Margaret et George Kent – euh, Blackledge – décident de retrouver leur petit-fils et de le récupérer. Ce n’est pas un plan solide, et plus ils se rapprochent de leur objectif, plus ce clan Weboy commence à sembler inquiétant. Pendant qu’ils y sont, ne passez pas trop de temps à penser à Lorna, la veuve et la mère de leur petit-enfant. Le film lui présente deux scénarios «mon chemin ou l’autoroute» – un mal, un soi-disant sain – mais ne passe pas beaucoup de temps à considérer son point de vue. Au lieu de cela, nous devons supposer qu’elle préfère vivre avec la quintessence de la douce Americana plutôt que d’être maltraitée tous les jours. Ce qui, je suppose, est juste. Néanmoins, ce Duel des grands-parents dicte directement son sort et elle est moins impliquée que vous ne le pensez.

Quant aux Weboys, trois d’entre eux sont juste génériquement menaçants. De gros durs costauds. Le film confère un caractère supplémentaire au sous-patron Bill Weboy, joué avec un charme diabolique par Jeffrey Donovan. Mais vraiment, tout tourne autour de Blanche de Lesley Manville. Nous n’avons pas une idée précise de la raison pour laquelle Blanche est si méchante, mais par pur sang, elle est certainement mauvaise. À la fin de Laisse le partir, vous êtes peut-être un peu fatigué d’entendre les gens dire le mot “Weboy” avec effroi, mais on ne peut nier que Blanche a tout son coin de pays terrifié par le nom Weboy et, à tout le moins, vous voulez vraiment la voir descendre. Cela dit, le film aurait pu utiliser une autre bonne scène de menace d’elle et de Bill.

Une fois que nous rencontrons Blanche et ses garçons, le reste du film ne peut se jouer que d’une ou deux manières différentes. La vraie question est de savoir si le troisième acte sera ultra-violent ou simplement moyennement violent. En fin de compte, c’est un film pour les grands-parents, donc l’effusion de sang reste du côté respectable. Cela ne le rend pas moins satisfaisant.

Hollywood a cessé d’envoyer des films comme Laisse le partir aux théâtres il y a plusieurs années. Vous pourriez en attraper un ou deux en août ou février, mais les drames discrets spécialement conçus pour les personnes âgées sont rares de nos jours. Cela seul fait Laisse le partir quelque chose de spécial. Ce n’est pas une goutte fournie avec une centaine d’autres fonctionnalités. Vous pouvez – si vous choisissez de braver une sortie publique au milieu d’une pandémie – aller voir cela sur grand écran si vous le souhaitez.

Dans un monde où si peu de films obtiennent cet honneur, vous vous demandez: pourquoi celui-ci? Bien qu’un film totalement fin, Laisse le partir est si petit dans sa portée et son histoire, il est difficile de comprendre pourquoi il justifiait sa sortie en salles. Cependant, il est arrivé ici, je le verrais à coup sûr. D’une part, j’ai simplement faim de films. Mais je considère aussi voir un film aussi modeste sur grand écran comme une nouveauté ces derniers temps.

Il n’y a pas grand-chose ici, mais il fait aussi exactement sa bande-annonce. Pour tous ceux qui ont vu Homme d’acier et j’aurais aimé voir plus de parents de Superman s’aimer, c’est définitivement un film que vous ne voulez pas manquer. Il y a un peu de «téléfilm», mais cela fait aussi partie de son charme. Et je ne pense pas que je me lasserai jamais de Kevin Costner qui grommelait sur le grand écran, battant parfois quelqu’un.

/ Classement du film: 7 sur 10

***

Laisse le partir ouvre dans les salles le 6 novembre 2020.

Articles sympas sur le Web: