in

Michael Cohen dit que le dernier emprisonnement est dû au livre Trump

Michael Cohen a intenté une action en justice contre le procureur général William Barr dans lequel il dit que la raison pour laquelle il a été remis en détention plus tôt ce mois-ci était à cause du livre qu’il écrit sur le président Donald Trump.

Cohen a été libéré en congé de la FCI Otisville en mai et devait être transféré à la détention à domicile. Mais Cohen a déclaré que le 9 juillet, les agents de probation américains lui ont présenté une nouvelle condition de sa libération: «il devait accepter d’interdire complètement de parler à ou à travers tout média de quelque sorte que ce soit, y compris via un livre.

Dans le procès, Cohen a déclaré que ses avocats avaient cherché à négocier les termes de cette demande, mais qu’il avait quand même été placé en garde à vue et renvoyé à la FCI Otisville, où il reste à l’isolement.

« Il est détenu en représailles pour son discours protégé, y compris la rédaction d’un manuscrit de livre qui critique le président – et a récemment rendu public son intention de publier ce livre bientôt, peu de temps avant les prochaines élections », indique le procès.

Michael Cohen poursuit Barr, le chef du Bureau des prisons et le directeur d’Otisville et demande sa libération immédiate à domicile.

Lorsque Cohen a été remis en détention le 9 juillet, le Bureau fédéral des prisons a déclaré à TheWrap: «En tant que détenu fédéral, M. Cohen reste soumis au respect de la politique de la balance des paiements, qui comprend le fait d’être soumis à une surveillance électrique et d’obtenir une approbation préalable pour les médias. entretiens. En raison de son refus de consentir aux conditions du programme, il a été renvoyé dans un établissement de la balance des paiements pour purger sa peine. »

Cohen a plaidé coupable en 2018 de mensonge au Congrès, d’évasion fiscale et de fraude au financement de campagne impliquant des paiements discrets à des femmes qui ont déclaré avoir eu des relations avec Donald Trump, qui a nié les accusations