-

Metal Lords : Netflix envoie du lourd avec ce film des créateurs de Game of Thrones

Netflix nous offre un film sur le passage à l’âge adulte dans le cadre d’une bataille épique de groupes musicaux.

Le genre de films sur le passage à l’âge adulte, les adolescents et les comédies dramatiques a connu une sorte de renaissance au cours de la dernière décennie. De Lady Bird à Super 8 en passant par Booksmart, tous ces films ont donné au cinéma une nouvelle tournure à la formule en racontant des histoires inédites sur les années les plus délicates de la vie.

Mais, à l’exception de quelques t-shirts Metallica ici et là, aucun de ces films ne présentait un regard vraiment crédible et authentique sur la vie d’un jeune fan de métal.

C’est ce qui distingue Metal Lords des autres séries.

Le dernier film de la plume du showrunner de Game of Thrones, D.B. Weiss, aurait pu facilement tomber à l’eau ou être accusé de trop s’appuyer sur les tropes du genre s’il n’y avait eu le souci du détail et la dévotion évidente pour le heavy metal qui soutiennent totalement le film.

L’intrigue présente un arc assez prévisible d’outsiders triomphant de l’adversité et apprenant d’importantes leçons de vie en cours de route, reprenant les mêmes thèmes que la majorité des teen movies classiques. Hunter, un obsédé du metal, recrute Kevin, un novice timide et silencieux, pour jouer de la batterie dans son groupe Skull Fucker, dans l’espoir qu’ils remportent le concours de la Battle Of The Bands du lycée.

Alors que Kevin en apprend davantage sur le monde du métal, il se lie d’amitié avec l’énigmatique violoncelliste Emily et tente de convaincre un Hunter sceptique que les trois parias devraient unir leurs forces. Une histoire simple, et vous êtes probablement déjà en train de jouer l’inévitable fin positive dans votre tête, mais bien que Metal Lords suive un chemin incroyablement bien tracé, ce sont les touches (métalliques) supplémentaires qui élèvent ce film d’un cran.

Soyons honnêtes, Hollywood n’a pas toujours su tirer parti du heavy metal. Il est agréable de voir le genre traité avec autant de respect ici, Metal Gods s’efforçant de montrer à quel point le metal peut être une source d’inspiration lorsqu’on le découvre pour la première fois, tout en reconnaissant la nature décourageante de la tentative de se tenir au courant des nombreux sous-genres et catégorisations de notre scène.

Le montage de Kevin découvrant et apprenant à jouer l’immortel War Pigs de Black Sabbath, entrecoupé d’images de groupes clés de l’histoire du metal, est absolument fantastique, et sera un souvenir familier pour chacun d’entre nous lorsque nous nous rappellerons l’émerveillement que nous avons ressenti la première fois que nous avons entendu Sabbath.

C’est la capture de notre obsession pour cette musique qui donne tout son sens à Metal Lords : les enfants qui se disputent un livre de partitions de Lamb of God, la cassette de mixage que Hunter fait avec les classiques de Meshuggah, Opeth et Mastodon, la copie de Machinery Of Torment de Celtic Frost écrite par Tom Morello que Skull Fucker joue à son concert. En tant qu’histoire, c’est plus agréable qu’essentiel, mais ce sont les détails qui élèveront ce film au-dessus de l’ordinaire pour les métalleux.

METAL LORDS Bande Annonce VF (Netflix, 2022)

Metal Lords est disponible en streaming sur Netflix à compter du vendredi 8 avril 2022.

Partager cet article

Actualités