in

Mécanique populaire


L’Agence spatiale européenne a signé un contrat de 86 millions d’euros qui verra l’organisation s’associer à une équipe industrielle dirigée par la start-up suisse ClearSpace SA, pour retirer un morceau de débris spatiaux de l’orbite. Dans le cadre de ce contrat, ClearSpace SA lancera la première mission active d’élimination des débris, bien nommée ClearSpace-1, en 2025. La mission verra la capture ClearSpace et l’adaptateur de charge utile secondaire Vega [vega] avant de le pousser vers l’atmosphère, il brûlera, selon les rapports de Slash Gear. Vega commande actuellement sur une orbite d’élimination graduelle de 801 km sur 664 km d’altitude, conformément à la réglementation sur la réduction des débris spatiaux, après le deuxième vol de Vega en 2013. Avec une masse de 112 kg, la cible Vespa est proche de petit satellite. #CallForMedia: En 2025, ClearSpace SA lancera # ClearSpace1, la première mission à effectuer le retrait d’un élément de débris spatiaux de l’orbite. Les journalistes sont invités à suivre un briefing en ligne, mardi 1er décembre, 13h30 CET 👉https: //t.co/dDLZBKbLme pic.twitter.com/HL4l6bhtLn – ESA (@esa) 26 novembre 2020 La mission de nettoyage les débris spatiaux surviennent à un moment où le lancement de satellites en orbite est plus populaire que jamais. Comme le note l’ESA, en près de 60 ans d’activités spatiales, plus de 5 550 lancements ont abouti à quelque 42 000 objets suivis en orbite, dont environ 23 000 restent dans l’espace et sont régulièrement suivis. Avec des taux de lancement annuels moyens de près de 100 aujourd’hui, et des ruptures continuant à se produire à des taux historiques moyens de quatre à cinq par an, le nombre d’objets de débris dans l’espace augmentera régulièrement. ClearSpace-1 démontrera la capacité technique et la capacité commerciale d’améliorer considérablement la durabilité à long terme des vols spatiaux. Image: / @ esa