in

Mars »Hope »project : la première mission interplanétaire des E.A.U

La semaine prochaine, les Émirats arabes unis lanceront leur toute première mission interplanétaire, un orbiteur martien qui, espère le pays, inspirera la région et fera progresser la science de la planète rouge.

La mission, appelée Hope ou Mission Mars des Émirats, est conçue pour passer une année martienne, ou environ deux années terrestres, à étudier la mince atmosphère martienne. Le personnel de la mission espère que les résultats de l’engin spatial permettront aux scientifiques d’apprendre quelque chose de nouveau sur l’atmosphère passée et présente de la planète rouge, et peut-être même d’aider les humains à empêcher l’atmosphère de notre propre planète de devenir sa jumelle. Mais la mission est aussi une étape ambitieuse pour un pays qui n’a pas encore 50 ans et qui n’a atteint l’espace pour la première fois qu’en 2009.

Un nouvel essor pour les émirats

« Je pense que l’un des messages de cette mission est l’espoir, qui est le nom de la sonde elle-même », a déclaré à Space.com Hessa Al Matroushi, responsable des données scientifiques et de l’analyse pour la mission au Centre spatial Mohammed Bin Rashid des Émirats arabes unis. « Si une petite nation comme la nôtre est capable de réaliser ce genre de mission et de se rendre sur Mars, alors tout est possible ».

Ce satellite est maintenant installé dans le nez d’une fusée japonaise H-2A au centre spatial de Tanegashima au Japon, attendant son moment pour décoller de la Terre. Le lancement est actuellement prévu pour le 15 juillet à 5h51, heure locale (16h51 EDT ou 2051 GMT le 14 juillet).

La mission Hope a toujours été conçue pour faire ce genre de déclaration plus large, tant au Japon qu’à l’étranger. La décision d’aller sur Mars était destinée à secouer l’industrie technologique du pays et à créer une communauté scientifique planétaire là où il n’en existait pratiquement pas. La mission poserait une série de défis, connus et inconnus, et serait la première fois qu’un pays arabe se rendrait sur une autre planète.

Et tout devait se dérouler rapidement, beaucoup plus rapidement qu’une mission martienne traditionnelle. Les dirigeants des Émirats arabes unis ont commencé à émettre l’idée d’envoyer un orbiteur vers Mars en 2014. Et ils avaient une date limite : l’arrivée sur Mars avant décembre 2021, date du 50e anniversaire de la nation. En raison de la mécanique orbitale délicate pour atteindre notre voisin, cela signifiait qu’il fallait décoller cet été – et si le vaisseau spatial manque sa fenêtre, il devra attendre 26 mois pour réessayer.

L’équipe a été chargée de faire appel à des experts internationaux et de construire sur place un vaisseau spatial capable de mener de nouvelles recherches scientifiques sur Mars dans ce délai. Cela signifie que le personnel de mission devait non seulement gérer les défis techniques des vols spatiaux, mais aussi faire partie de la communauté internationale des scientifiques martiens. Ils devaient être suffisamment familiers avec l’histoire de l’exploration de Mars pour identifier les projets qui pourraient être scientifiquement prometteurs.