in

Manifestations : Des outils pour flouter le visage lors des protestations

Les cracks de l’informatique ont trouvé un moyen de flouter les visages des manifestants sur les réseaux sociaux pour échapper aux logiciels de reconnaissance faciale.

Quelques jours après la mort de l’Afro-Américain George Floyd, les manifestations ont couvert les rues des villes américaines. Actuellement, l’incident est devenu un phénomène mondial pour lutter contre les inégalités sociales et les agressions policières. Les habitants des quatre coins du monde ont rejoint les révolutionnaires américains par l’intermédiaire d’internet et haussent la voix pour contrer la discrimination et le racisme. De peur d’être reconnus par n’importe qui, les révoltés ont trouvé un moyen pour flouter leur visage. C’est une manière de vider son cœur pour crier sur l’injustice qui règne sur le monde sans peur des représailles.

Lancement d’une nouvelle application pour flouter le visage sur les photos

Depuis le début de la révolte, la cuisine, le cinéma, la médecine ont été le terrain des manifestations. Le phénomène touche maintenant la technologie. Dans différents réseaux sociaux, les applications de camouflage facial ne cessent d’être partagées gratuitement. Reçu par les gens du web, l’outil s’est avéré pratique et efficace pour dire ce qu’on ressent au plus profond de soi sans avoir peur. Les personnes à l’origine de ce nouvel outil ont mentionné que cette année était la bonne pour se couvrir le visage.

Une application qui ne laisse aucune trace

Non seulement le nouvel outil cache le visage des personnes, il efface également les métadonnées des images dans le but de dissimuler les identifiants rattachés à l’utilisateur. Toutes les données de sauvegarde sont tout de suite supprimées sans être stockées dans les cookies ou dans les caches. L’appareil qui utilise l’application ne peut pas télécharger les données relatives.

Récemment, l’américain Everest Pipkin a annoncé qu’il s’agit d’une application fonctionnant sur le web et dévoilant le code source, mais jamais les données. Le navigateur est principalement connecté à l’outil et traite les données de façon temporaire. Ainsi, les manifestants peuvent garder leur anonymat.

Une lutte en toute discrétion

 

Voir cette publication sur

 

Une publication partagée par Sam Loeschen (@samloeschen) le

La descente dans la rue est le concept traditionnel de toute manifestation ou de grève. Pourtant, cette manœuvre tourne toujours dans la plupart des cas, vers un massacre ou un affrontement physique engendrant des pertes matérielles et/ou humaines importantes. Mais à l’aide du développement technologique, la lutte peut actuellement se passer sur le devant de son écran, sans détruire quoi que ce soit ou se blesser. Les réseaux sociaux sont devenus le moyen le plus utilisé pour s’exprimer. Pour des raisons de sécurité dans la lutte, l’outil qui peut flouter le visage permet de poursuivre les protestations en passant des messages verbaux dans le monde entier dans les meilleures conditions. La discrétion joue un rôle important dans la mesure où la révolution touche un cap meurtrier. C’est une raison pour laquelle il faut se tourner vers une alternative plus pacifique sans détour ni hésitation.

L’arrivée de « Censr » dans les médias

Sam Loeschen
Sam Loeschen, créateur de « Censr »
Source : Capture sur Instagram

Créée par Sam Loeschen, cette application vise à flouter les visages sur les photos et vidéos tout en supprimant les métadonnées de son utilisateur. Développée par le média TechCrunch, elle fonctionne comme l’application Snapchat en proposant la pixellisation du visage comme filtre. L’utilisateur peut alors publier des vidéos en direct n’importe quand avec cette application tout en cachant son identité. Censr est également disponible en version bêta, où l’on peut accéder à d’autres fonctionnalités. Cette nouvelle application est utilisée par de nombreux internautes chaque jour, et le nombre de personnes actives ne cesse d’augmenter de jour en jour. En 2020, un tournant décisif a marqué l’histoire des médias. Plus besoin de journalistes ni de pancarte pour transmettre les messages. L’unique utilisation des réseaux sociaux suffit pour certains. En plus, à l’aide de ce nouvel outil, tout le monde peut s’exprimer en luttant contre différents sujets sur l’injustice, l’inégalité ou d’autres encore.