in

L’organisation des Grammys lance une étude sur la représentation des femmes dans la musique

Fin 2020, les nominations aux Grammy Awards 2021 ont été annoncées, emmenées par Beyoncé avec neuf hochements de tête pour son album visuel, Le noir est roi, suivi de Dua Lipa et Taylor Swift avec six nominations chacun. Bien que les femmes soient en tête du peloton, cependant, seulement 23% des nominés pour la cérémonie télévisée – qui devrait être diffusée le 14 mars – s’identifieraient comme des femmes. Cela ne représente que 198 nominés sur 853, répartis dans 83 catégories différentes.

Suite à cette nouvelle particulièrement peu intéressante, la Recording Academy – c’est-à-dire l’organisme de l’industrie de la musique derrière les Grammy Awards – a annoncé qu’elle s’apprêtait à lancer une étude sur la représentation des femmes dans l’industrie de la musique, en collaboration avec le Berklee College of Music et l’Arizona State University.

«L’industrie de la musique a besoin d’une vaste étude de genre qui examine la représentation des femmes au-delà de la musique populaire d’aujourd’hui», déclare Susan Whitehead, présidente du conseil d’administration du Berklee College of Music (via le Gardien). «Nous sommes impatients de travailler avec la Recording Academy pour développer une méthodologie solide pour cette étude et pour remédier de manière authentique au manque de représentation des femmes dans l’industrie de la musique.»

Le traitement et la représentation des femmes par les Grammys sont sous les projecteurs particulièrement brillants depuis 2018, lorsque le président de la Recording Academy de l’époque, Neil Portnow, a répondu aux critiques de préjugés sexistes en disant que les femmes doivent simplement «intensifier».

La Recording Academy a depuis lancé une initiative pour promouvoir la diversité des genres et s’est engagée à doubler le nombre d’électeurs féminins d’ici 2025. «Bien que nous espérons que nous continuerons de bénéficier de cet effort, nous n’avons pas vu suffisamment de progrès à ce jour. », Déclare Harvey Mason Jr., président et chef de la direction par intérim. En août 2019, l’Académie a également nommé Deborah Dugan comme nouvelle PDG. Dugan a par la suite été démise de ses fonctions quelques mois plus tard et, après son renvoi, a fait part d’allégations de harcèlement et de corruption, au milieu d’une culture de discrimination sexuelle et raciale.

D’autres études menées ces dernières années ont révélé que le harcèlement et les préjugés sont toujours des problèmes majeurs pour les femmes dans l’industrie de la musique, de nombreux cas de discrimination et de microagressions fondées sur le sexe.