in

L’Insulte sur Arte : comment une insulte a failli déclencher une guerre civile

l'insulte de Ziad Doueiri

Diffusé ce soir, 21 juillet à 20h55 sur , le film dramatique L’Insulte, nommé à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2018, montre comment une banalité peut presque se transformer en guerre civile.

Une chaude journée d’été à Beyrouth. Un Palestinien insulte un chrétien radical. L’Insulte titrée dégénère en un procès spectacle qui menace de plonger tout le Liban dans le chaos. Pour les téléspectateurs ayant une connaissance préalable de l’histoire, cela ressemble à un drame judiciaire épuisant et visuellement monotone, mais c’est tout le contraire. Ziad Doueiri, qui a travaillé comme assistant caméra pour Quentin Tarantino, utilise un langage visuel captivant qui fait oublier au spectateur que de grandes parties du film se déroulent dans une salle d’audience confinée. Doueiri peut également compter sur un casting engagé et exceptionnel, emmené par Kamel El Basha, qui a remporté le prix d’interprétation au Festival du film de Venise. Mais le film est avant tout une parabole saisissante sur le danger des traumatismes de guerre non résolus et du racisme.

Tout commence de manière tout à fait anodine : la situation quotidienne qui dérape, que le sunnite Doueiri a imaginée avec son ex-femme Joelle Touma, qui est chrétienne, pourrait aussi être le point de départ d’une comédie. Le contremaître palestinien Yasser Salameh (El Basha), un homme plutôt pondéré, veut réparer un tuyau de drainage illégal sur le balcon du Libanais Tony Hanna (Adel Karam), car de l’eau s’en écoule sur les passants. Ce dernier, cependant, rejette sèchement sa demande amicale. Yasser fait néanmoins réparer le tuyau, et Tony, colérique, le casse dans un accès de colère – ce qui lui vaut l’insulte de “fils de pute”.

film-insulte-adel-karam-kamel-el-basha

Et déjà une incroyable spirale d’escalade est enclenchée. Tony exige des excuses, que Yasser lui refuse dans un premier temps. Lorsque son patron, à l’esprit pragmatique, le persuade finalement de s’excuser, Yasser doit écouter comment le chrétien radical Tony est envoûté par les discours de haine de feu le fondateur des FL, Bachir Gemayel, qui a toujours plaidé pour l’expulsion de tous les Palestiniens du Liban.

Les deux fanfarons se retrouvent au tribunal, au grand dam de leurs épouses à la tête bien faite. Même lorsque la femme de Tony souffre d’une naissance prématurée, il ne cède pas. Il s’enferme encore plus dans sa haine, qui trouve son origine dans le massacre de Damur dont Tony a été témoin dans son enfance et qui l’a gravement traumatisé. Mais Yasser a aussi des raisons personnelles de s’entêter. Les deux hommes insistent sur leur monopole de souffrants, il devient de plus en plus clair que les blessures déchirées par la guerre civile de 15 ans au Liban n’ont pas guéri.

Le tout se développe en un grotesque – parfois très noir – sur le fanatisme qui ne connaît que des perdants. Les médias sautent sur l’occasion, des avocats poursuivant leurs propres intérêts représentent bientôt les deux hommes dont l’honneur a été bafoué.

L'INSULTE Bande Annonce (2018)

Le film de Ziad Doueiri est une leçon d’histoire passionnante et universellement applicable qui a le pouvoir de susciter un débat passionnant sur les rancœurs dangereuses dans chaque pays ; même les spectateurs qui ne connaissent pas le contexte de l’État multiethnique peuvent facilement suivre. Un nouveau classique du cinéma a vu le jour.

L’Insulte est diffusé ce mercredi 21 juillet à 20h55 sur Arte. Vous pouvez également voir le film sur Arte.tv jusqu’au 19 août.