in

Les «trolls» sont allés directement chez eux. Les cinémas sont furieux. – betanewsfr



Par JAKE COYLE

NEW YORK (AP) – Le film le plus controversé de l’année est… « Trolls World Tour »?

Aussi inoffensif que puisse paraître le film d’animation aux couleurs de l’arc-en-ciel, la sortie numérique de la suite des «Trolls» a provoqué une tempête dans l’industrie du cinéma. Alors que la pandémie s’aggravait et que les cinémas fermaient leurs portes, Universal Pictures a déplacé la sortie du film vers la vidéo à la demande, menant une charge directement à travers la fenêtre théâtrale.

Universal qualifie la sortie numérique de «Trolls World Tour» de succès et suggère que cela pourrait être le début d’un changement radical dans la façon dont les films sont diffusés. Les propriétaires de théâtre sont en profond désaccord. AMC Theatres, la plus grande chaîne des États-Unis, signale une guerre totale, disant qu’elle ne diffusera plus de films Universal.

Alors que peu anticipaient une escarmouche sur une explosion de paillettes comme «Trolls World Tour», il a fallu longtemps pour arriver. Netflix, Amazon et d’autres services de streaming ont rompu ces dernières années la fenêtre théâtrale traditionnelle de l’industrie de 72 à 90 jours (et ont donc exclu leurs films des grandes chaînes de théâtre), et les grands studios ont parfois été tentés de tenter leur propre chance et de diriger directement aux maisons.

Mardi, le PDG de NBCUniversal, Jeff Shell, a déclaré au Wall Street Journal que la sortie numérique de «Trolls World Tour» s’était suffisamment bien déroulée pour démontrer la viabilité des sorties directes. Il a promis que même après la réouverture des cinémas, « nous prévoyons de sortir des films sur les deux formats. »

Le Journal a rapporté qu’en trois semaines de location à la demande de 20 $, «Trolls World Tour» a rapporté environ 95 millions de dollars. Le studio, qui répartit normalement les ventes environ de moitié avec les cinémas, en a empoché environ 75 millions de dollars. Un porte-parole d’Universal n’a pas contesté ces chiffres.

À titre de comparaison, les «Trolls» de 2016 ont rapporté 116 millions de dollars aux États-Unis et au Canada et 346,9 millions de dollars dans le monde. La suite a coûté environ 90 millions de dollars à produire, sans compter les coûts de commercialisation qui ont probablement dépassé 50 millions de dollars.

Que cette performance constitue un «hit» ou simplement une expérience intrigante de l’ère pandémique a fait l’objet de nombreux débats. Sous les ordres de séjour à domicile, les cinéphiles du pays sont en lock-out. «Trolls World Tour» a bénéficié de la première sortie de ce type pendant la crise. Et même dans ces circonstances extrêmes, il a fait beaucoup moins que le film original. Les locations peuvent également avoir absorbé d’autres sources de revenus de divertissement à domicile «en aval».

« Universal n’a pas de raison d’utiliser des circonstances inhabituelles dans un environnement sans précédent comme tremplin pour contourner les véritables sorties en salles », a déclaré John Fithian, président-directeur général de la National Association of Theatre Owners. Il a vanté l’irremplaçable «expérience immersive et partagée bien-aimée» de voir un film dans un théâtre, ajoutant que de nombreuses familles auraient afflué vers «Trolls» si «le monde n’avait pas été séquestré chez lui».

AMC Theatres est allé plus loin. Le PDG Adam Aron a déclaré que son entreprise romprait ses relations avec Universal, à compter de mardi. Il a insisté sur le fait que la politique se poursuivrait une fois les théâtres rouverts, s’appliquerait à ses salles à travers le monde et « n’est pas une menace creuse ou irréfléchie ».

Aron a déclaré qu’AMC ferait de même pour tout distributeur qui « abandonne unilatéralement les pratiques actuelles de fenêtrage en l’absence de négociations de bonne foi entre nous ».

Il a déclaré en l’absence de nouvelles discussions, « des décennies d’activités commerciales incroyablement réussies ont malheureusement pris fin. »

Mardi soir, Universal a répondu qu’il était déçu des déclarations de l’AMC et de l’OTAN.

« Nous croyons absolument à l’expérience théâtrale et n’avons fait aucune déclaration contraire », a déclaré Universal, ajoutant qu’il envisagerait la vidéo à la demande « lorsque ce point de distribution aura un sens ».

Universal a été plus audacieux que les autres studios. Un jour plus tôt, Universal a annoncé qu’il dirigerait une autre sortie à venir, la comédie de Judd Apatow «Le roi de Staten Island», à la demande. Il a également rapidement mis à la demande des films comme «The Hunt» et «Emma», sortis dans les salles juste avant la fermeture.

Mais le studio n’est pas le seul à expérimenter.

Warner Bros fera le film Scooby-Doo « Scoob! » disponible pour la location numérique le mois prochain au lieu d’attendre l’ouverture des cinémas. Le Walt Disney Co. dirige «Artemis Fowl» vers son service de streaming Disney Plus. D’autres studios ont simplement vendu des films à des services de streaming. Netflix a acquis la comédie de Paramount Pictures «Lovebirds», une fois prévue pour une sortie en salles au printemps.

Même l’Académie des arts et des sciences du cinéma a été contrainte d’adopter le streaming. Mardi, il a annoncé qu’il autoriserait les films sans sortie en salles – longtemps une question brûlante pour les Oscars – à participer aux Oscars de l’année prochaine.

Pendant ce temps, les chaînes de théâtre sont aux prises avec les pertes subies par une fermeture à durée indéterminée. AMC a émis plus tôt ce mois-ci une offre de 500 millions de dollars pour se maintenir à flot. Il a permis à 26 000 employés ainsi qu’à des cadres, dont Aron.

Mais il reste à voir si la demande est un remplacement au box-office ou simplement un pansement utile en des temps sans précédent. Un film plus cher pourrait-il compenser 500 millions de dollars au box-office? Ou 1 milliard de dollars? Pour l’instant, seuls les goûts de « Trolls », « Scoob! » et « Artemis Fowl » testent les eaux. Les plus grands films, y compris la sortie de Disney-Marvel « Black Widow », l’épisode de James Bond « No Time to Die » et « Wonder Woman 1984 », l’attendent.

Également en attente: le «F9» d’Universal, qui est passé de cet été à l’année prochaine. Les neuf autres films de la franchise «Fast & Furious» ont collectivement rapporté près de 6 milliards de dollars au box-office mondial.

___

Suivez Jake Coyle, auteur de films sur AP, sur Twitter à: http://twitter.com/jakecoyleAP