in

Les résultats sont un autre coup dur pour l’industrie des sondages après que Donald Trump ait dépassé les faibles attentes


Le résultat de l’élection présidentielle américaine ressemble à un coup embarrassant pour l’industrie des sondages d’opinion – quatre ans après que les sondeurs n’aient en grande partie pas prévu l’ascension de Donald Trump à la Maison Blanche, même sans tous les résultats en – des millions de votes, notamment en Californie, n’ont pas encore été comptés – il est clair que Joe Biden n’a pas répondu aux attentes élevées fixées par la plupart des sondages ces dernières semaines.Mr Trump a surpassé sa moyenne de sondage d’au moins cinq points en Floride, au Texas et dans l’Iowa. Le Wisconsin et le Michigan, qui devraient être des victoires éclatantes pour M. Biden, ont fini par tomber sur le fil. Les prédictions selon lesquelles il ferait fermer le président dans des États tels que l’Ohio se sont également avérées largement valables. C’est dévastateur pour mon industrie. » Contrairement au Royaume-Uni, où des sondages inexacts avant les élections générales de 2015 ont conduit à des réformes de sorte que l’année dernière les sondages étaient exacts, les entreprises américaines ont été incapables de corriger les erreurs qui les ont amenées à conclure qu’Hillary Clinton était en passe de gagner en 2016. Les dernières mises à jour clés sur les résultats des élections américaines de 2020 Timides Trumpers Le soi-disant facteur «timide Trump», avec des électeurs prétendument réticents à admettre qu’ils voteront pour le candidat républicain, semble être un problème particulier dans les sondages au niveau des États. Joe Twyman de la société britannique Deltapoll a déclaré: «Nous ne pouvons pas encore être sûrs, mais s’il y a une sous-estimation systémique du vote Trump, cela pourrait être parce que a) ils ne parlent pas aux bonnes personnes dans la bonne proportion, et b ), les gens qui répondent hésitent à dire qu’ils voteront pour Trump. Ce ne sont pas simplement les gens qui mentent. »Il a averti que le public pourrait accorder trop de confiance aux sondages d’opinion – et en particulier aux modèles informatiques qui en dépendent pour calculer la probabilité de résultats électoraux particuliers, comme le site Web FiveThirtyEight de Nate Silver. M. Twyman a déclaré: «En termes généraux, en ce qui concerne tous les sondages, tous les sondages sont affectés par une marge d’erreur et un scepticisme sain à l’égard de tous les sondages est une bonne chose – mais le cynisme est une mauvaise chose.» Donald Trump parle tôt résultats de la Maison Blanche (Photo: Reuters) D’autres ont averti que ce n’est que lorsque chaque résultat électoral sera connu qu’il sera possible de tirer des conclusions fermes. Même en 2016, Mme Clinton a atteint un niveau de soutien national proche de sa moyenne électorale – mais cela ne s’est pas traduit par une victoire au collège électoral. Cette fois, la pandémie et l’augmentation associée du vote à distance ont également rendu les prévisions plus difficiles. Le politologue Will Jennings a déclaré: «Tout le monde va donner un bon coup de pied au secteur américain du sondage, mais peut-être attendre que tous les votes soient comptés, puis commencer. pour évaluer correctement ce qui n’a pas fonctionné. C’était une élection qui s’est déroulée dans un contexte très inhabituel.