in

‘Les Diaboliques’ est le meilleur film à suspense jamais réalisé par Hitchcock – / Film

(Bienvenue à Le flux de quarantaine, une nouvelle série où l’équipe / Film partage ce qu’elle a regardé lors de la distanciation sociale pendant la pandémie COVID-19.)

Le film: Les Diaboliques

Où vous pouvez le diffuser: Amazon Prime

Le pitch: Une alliance improbable se forme entre la frêle épouse (Vera Clouzot) d’un cruel directeur d’internat (Paul Meurisse) et sa maîtresse (Simone Signoret), qui enseigne dans la même école. Unis par leur haine pour l’homme violent, ils élaborent un complot pour l’assassiner et semblent réussir le crime parfait. Mais lorsque son cadavre disparaît mystérieusement, d’étranges événements – apparitions fantomatiques, traînées de miettes en contradiction – tourmentent la femme, qui commence à se défaire de sa paranoïa.

Pourquoi c’est une visualisation essentielle: «Hitchcockian» est un terme qui est souvent utilisé, parfois avec précision, parfois pas. Dans le cas de Les Diaboliques, cela ne pourrait pas être plus précis, car la légende des anecdotes sur les films prétend que l’auteur britannique a raté de peu les droits de l’histoire avant le réalisateur Henri-Georges Clouzot les a cassés. Basé sur le roman à suspense psychologique français du duo Boileau-Narcejac, Les Diaboliques ressemble à un film de suspense classique d’Hitchcock croisé avec le feuilleton sordide du cinéma français. C’est le seul aspect que Clouzot apporte à l’histoire que Hitchcock et ses thèmes de prédilection de la sexualité refoulée ne pouvaient pas – la sexualité légèrement effrontée et effrontée que les Français font le mieux.

Les Diaboliques est un thriller meurtrier, un polar et une histoire de fantômes réunis dans un seul film qui vous permet de deviner jusqu’à la torsion effrayante et époustouflante de votre corps à l’apogée. C’est le genre de double intrigue inversée qui semble des années en avance sur le genre de suspense de 1955 dans lequel Clouzot opérait, bien que celui qui, à travers une lentille moderne, puisse sembler prévisible. Mais même ainsi, mec, ce film fonctionne-t-il.

Le film se déroule dans un internat pour garçons français dirigé par un directeur cruel et sadique qui est détesté par les garçons et le personnel, même l’étonnante enseignante Nicole (Signoret) qui jusqu’à récemment avait été sa maîtresse – jusqu’à ce qu’un œil au beurre noir le fasse rapidement. elle change d’avis. L’épouse maladive du directeur, Christina (Clouzot), accepte docilement ses abus et regarde d’un air penaud pendant qu’il distribue ses dernières punitions. Mais elle et Nicole en ont assez. Nicole propose l’action extrême: un complot meurtrier avec le camouflage parfait qui le fera passer pour un suicide ou un accident. Christina y parvient à contrecœur, et ils semblent réussir – jusqu’à ce que le corps disparaisse de la piscine dans laquelle ils l’avaient jeté tous les deux. Et c’est là que l’intrigue entre vraiment en jeu.

Des apparitions fantomatiques semblent apparaître dans toute l’école, les étudiants jurent qu’ils ont vu leur directeur dans le parc, et d’étranges livraisons faites juste la veille commencent à insister sur la culpabilité profondément catholique de Christina, et les pauvres femmes malades commencent à se défaire. Les sentiments de terreur se développent et se développent, jusqu’à ce point culminant choquant.

L’histoire derrière Les Diaboliques et sa torsion tendue et terrifiante finirait par boucler la boucle – inspirant Hitchcock Psycho, avec Psycho l’auteur Robert Bloch citant même le film de Clouzot comme son film d’horreur préféré de tous les temps. C’est un héritage approprié pour le film qu’Hitchcock vient de manquer.

Articles sympas sur le Web: