in

Les craintes de verrouillage de Sophia Loren

Sophia Loren a «peur» de «perdre [her] temps ”à la pandémie de coronavirus et est“ très bouleversée ”par combien sa vie a été modifiée cette année.

Sophia Loren a «peur» de «perdre [her] temps ”à la pandémie de coronavirus.

L’actrice de 86 ans a admis qu’elle était «très bouleversée» de voir à quel point sa vie avait changé cette année en raison des mesures restrictives mises en place dans le monde entier dans le but de ralentir la propagation du virus potentiellement mortel.

Elle a déclaré: «Nos vies sont complètement différentes de ce qu’elles étaient hier, et je ne m’y attendais jamais …

“Je suis très faché. Parce que je vis une vie que j’aurais cru impossible de vivre [before the pandemic], et j’ai peur – tellement peur. Vous sentez que vous perdez votre temps.

«Mais que peut-on faire? Croyez simplement en vous et essayez d’être fort, essayez d’être positif, essayez de vous convaincre que tout ira bien.

Sophia – qui vit à Genève – a trouvé particulièrement difficile d’être éloignée de ses fils Edoardo et Carlo Jr. – qu’elle a eu avec le défunt mari Carlo Ponto – et de leurs familles, qui vivent tous aux États-Unis mais elle est reconnaissante d’avoir des amis à proximité. .

Elle a déclaré: «Je n’ai pas pu voir mes quatre petits-enfants [aged between eight and 14], et ma sœur est à Rome, et je ne sens pas vraiment que je peux sortir, alors je reste et lis et fais des choses qui me font du bien.

«J’ai la chance d’avoir des amis autour de moi avec qui je peux discuter et qui me feront rire. Mais quand je suis arrivé ici, je n’avais pas réalisé que la pandémie atteindrait le monde entier – pas seulement votre propre ville, mais notre monde entier.

L’actrice de «The Life Ahead» a admis qu’elle s’inquiétait pour l’avenir et qu’elle trouvait l’inégalité raciale persistante «très, très triste».

Elle a déclaré au Telegraph: «C’est une chose très, très triste, dont il est difficile de parler. Et je m’inquiète vraiment vraiment, non seulement pour moi mais aussi pour mes enfants et pour le monde qui m’entoure.