in

Les cinémas britanniques critiquent Disney après l’annonce de la diffusion de Mulan

Les sites britanniques ont été laissés «  perplexes  » après que Disney a annulé sa décision de publier son live-action Mulan film dans les cinémas en difficulté du pays, confirmant lors d’un appel de résultats au 3e trimestre cette semaine qu’il ira désormais directement au service de streaming Disney + à un prix élevé le 4 septembre.

Disney s’est précipité pour assurer aux fans et aux exposants que la décision était «  ponctuelle  » et qu’il n’y avait aucun autre projet de sortie d’autres blockbusters – tels que Marvel. Veuve noire – via VOD, mais cela n’a guère rassuré les patrons de cinéma qui tentent de rouvrir des salles au public selon des directives strictes, alors que la pandémie COVID-19 continue de ravager l’industrie.

«Pour beaucoup, cela semblera un pas en arrière plutôt qu’en avant», a déclaré Phil Clapp, directeur général de la UK Cinema Association. «Alors que les cinémas du Royaume-Uni continuent à rouvrir et à accueillir à nouveau leurs clients, la décision prise hier par Walt Disney Studios de mettre Mulan sur leur service Disney + et non dans les cinémas sera considéré par beaucoup comme extrêmement décevant et mal choisi.

Disney a contacté les cinémas britanniques pour s’excuser du changement soudain de son Mulan stratégie de publication, affirmant que la décision n’était «pas prise à la légère» et que «étant donné que le COVID-19 a perturbé de grandes parties du pipeline de contenu et que les marchés se trouvent dans des situations très différentes en ce moment, et après avoir retardé plusieurs fois les débuts en salles dans le monde, nous sommes en adoptant par la suite une approche sur mesure pour cette version. »

Written by Jérémie Duval

FILE PHOTO: Tennis - Australian Open - Fourth Round - Melbourne Park, Melbourne, Australia - January 27, 2020. Australia

Nick Kyrgios dit «  maigre à aucune chance  » de jouer à Roland-Garros – Tennis

Karmele Marchante dénonce la consommation de drogue à «Sálvame» et qualifie Jorge Javier d ‘«abuseur misogyne»