in

Les Britanniques soutiennent leurs investissements pour de meilleurs itinéraires cyclables et des services de bus sur les routes, selon un sondage


Le public préfère les dépenses consacrées à de meilleurs itinéraires cyclables et services de bus à des investissements majeurs dans la construction de routes, selon un sondage qui suggère que le soutien public aux options de transport à faible émission de carbone a explosé pendant le verrouillage.Des changements dramatiques dans les habitudes de déplacement des gens ces dernières semaines – en grande partie passage rapide au travail à domicile – a rendu le public très favorable à l’expansion des options de transport local.Selon le sondage réalisé auprès de 2000 adultes britanniques par Opinium, 40% des personnes souhaitent voir des investissements dans les services de bus locaux et 37% des personnes souhaitent investissement dans les infrastructures cyclables. En comparaison, moins d’une personne sur sept veut que l’argent soit dépensé pour des routes plus ou plus grandes.La newsletter i coupe le bruit L’investissement dans les pistes cyclables l’emporte sur les dépenses de construction de routes, aux yeux du public (Photo: Leon Neal / Getty) Controverse sur la construction de routes a été mandaté par le Groupe parlementaire multipartite (APPG) sur le Green New Deal, qui s’est officiellement formé au début du mois. La présidente du groupe et députée du Parti vert, Caroline Lucas, a déclaré que le sondage devrait inciter le gouvernement à repenser ses projets de dépenser 27 milliards de livres sterling sur les routes au cours des cinq prochaines années. “Il est clair que l’écrasante majorité des gens, y compris les électeurs conservateurs, ne veulent pas pour voir le pays enseveli sous des kilomètres de tarmac », dit-elle. «Il n’y a absolument aucune justification pour que le gouvernement poursuive son plan de construction de routes.» Le gouvernement a déjà engagé 2 milliards de livres sterling pour développer la marche et le cyclisme au cours des cinq prochaines années, y compris 250 millions de livres sterling de dépenses d’urgence pour que les conseils créent un «pop-up». Mais ses plans de construction de routes suscitent de plus en plus de critiques de la part des militants écologistes, qui affirment que la stratégie n’est pas conforme à l’objectif de zéro émission nette du gouvernement pour 2050. Le groupe de campagne Transport Action Network a lancé une contestation judiciaire sur la question et le ministère des Transports a été contacté pour commentaires Changements de mode de vie L’accès aux espaces verts est devenu plus important pour les gens depuis le verrouillage (Photo: PAUL ELLIS / AFP / Getty) baisse des niveaux de trafic au printemps et au début de l’été, les gens ayant suivi les conseils du gouvernement et restant chez eux. Cela a entraîné une forte baisse de la pollution de l’air et une augmentation des taux de cyclisme. Le sondage APPG suggère que les gens hésitent maintenant à revenir aux affaires comme d’habitude. Environ 70% des personnes ont remarqué moins de trafic pendant le verrouillage, et près de la moitié ont apprécié les rues plus calmes et l’air plus pur, selon l’enquête.Deux tiers des personnes ont déclaré vouloir que les niveaux de trafic restent bas même après que toutes les restrictions de verrouillage ont été assouplies, et plus de 40% ont déclaré qu’ils souhaitaient que l’air soit plus pur et que les rues soient plus calmes. L’accès à la nature est également devenu plus important pour les gens, 64% des personnes interrogées déclarant être plus conscientes de l’importance des parcs, des espaces verts et des plages confinement. Quelque 45% des gens veulent plus d’espaces publics extérieurs dans leur région, et 37% veulent plus d’espace pour faire pousser des aliments dans les villes. «Dans un monde post-Covid-19, il est clair que le public ne veut pas voir la société revenez à ce que c’était », a déclaré Clive Lewis, député travailliste et coprésident de l’APPG. «Nous devons réinventer l’avenir de la mobilité urbaine, en investissant dans les infrastructures cyclables et les transports en commun, et en modifiant nos espaces publics afin qu’ils fonctionnent pour les personnes et notre environnement.»