in

Le patron de l’ARLC, Peter V’landys, surpris par un contrecoup

Le président de l’ARLC, Peter V’landys, admet qu’il a été surpris par le contrecoup de la décision de ne pas jouer l’hymne national avant le match State of Origin de la semaine prochaine à Adélaïde.

Hier, la LNR a annulé l’hymne, avant de revenir en arrière quelques heures plus tard et d’annoncer qu’il serait joué après tout, suite à l’intervention du Premier ministre Scott Morrison.

La justification derrière la décision de supprimer l’hymne était que la Nouvelle-Galles du Sud contre le Queensland n’est pas un match international.

Cela aurait marqué la première fois en 40 ans d’histoire de State of Origin que l’hymne n’était pas joué avant le match.

Mais le tollé public a été un choc pour V’landys.

“Oui, j’ai été très surpris”, a-t-il déclaré à Today. “Je ne m’attendais pas à ce genre de réaction.”

«Nous faisons de notre mieux pour ne pas être politique. Notre jeu est pour l’évasion et la détente, et pour s’éloigner de la vie quotidienne.

“J’ai été très surpris que les gens voulaient l’hymne, et en conséquence nous avons écouté nos fans.”

V’landys a déclaré que c’était un appel facile pour revenir sur la décision.

“Une chose que cette commission fera est d’écouter les fans. Le Premier ministre a dit avec éloquence que ce que nous avons vécu cette année avec la pandémie et les feux de brousse, il est temps que nous nous unissions tous.

«Jouer l’hymne national à l’État d’origine était crucial pour cela.

«Nous n’aurions pas pris la décision si nous avions réalisé que cela causerait ce genre de préoccupation.

“Sur chaque négatif, il y a un positif, tout le monde sait qu’il y aura un match contre l’état d’origine mercredi prochain à Adélaïde.”

L’entraîneur des Blues Brad Fittler a menacé hier de restreindre l’accès des médias à ses joueurs si le problème de l’hymne provoquait la même distraction qu’en 2019, lorsque les joueurs de Nouvelle-Galles du Sud Latrell Mitchell, Cody Walker et Josh Addo-Carr ont tous choisi de rester silencieux pendant l’hymne, tout comme Will Chambers du Queensland.

Peter V’landys, président de l’ARLC. (AAP)

V’landys dit que c’est une décision pour chaque joueur.

“Nous respectons les droits de nos joueurs et leur individualisme”, a-t-il déclaré.

“S’ils ont une inquiétude, et qu’il n’y a pas de plus grand partisan des joueurs autochtones que moi. Lorsque vous les écoutez et entendez leurs préoccupations, vous aurez le même point de vue que moi.

«J’ai la plus haute estime et le plus grand respect pour eux. Ils n’ont pas demandé que l’hymne ne soit pas joué à l’État d’origine.

“C’était purement notre décision. C’était une erreur, et nous l’avons corrigée.”