in

Le Congrès antifasciste du Front uni qui a été envoyé dans des camps de concentration peu après

1930 | 20 octobre 2020

Photographie d’une manifestation antifasciste à Dresde, en Allemagne, à la fin de l’été 1923 (Getty Images)

Le fascisme en tant qu’idéologie a pris une importance majeure au début du XXe siècle lorsque le dictateur italien Benito Mussolini a fondé le mouvement Fasces of Revolutionary Action en 1915, et l’idéologie d’extrême droite s’est avérée assez destructrice à travers l’histoire. Les régimes fascistes deviennent souvent violents contre leurs propres citoyens et ceux des pays voisins, l’exemple le plus célèbre étant, bien entendu, celui d’Hitler et du parti nazi.

Alors que la montée du fascisme au cours du siècle dernier a été minutieusement étudiée, la puissance de son influence et les caractéristiques de sa philosophie font encore l’objet de vifs débats parmi les historiens. Nous savons une chose, cependant, et c’est tant qu’il y a eu des mouvements fascistes, mouvements antifascistes ont été rapides sur leurs talons.

Fascisme en Allemagne

Faisons du stop dans notre machine à remonter le temps dans les années 1930, lorsque l’Allemagne était aux prises avec toutes sortes de conflits politiques. Dans les années 20, la République de Weimar était dirigée par le Parti social-démocrate, puis est venue le long du Parti communiste et du parti nazi, qui pensaient tous deux pouvoir faire un meilleur travail pour retirer les gens de la dépression économique le pays souffrait de la perte de l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

Alors que les communistes et les nazis se sont battus, ils ont également réussi à pousser les socialistes-démocrates hors du pouvoir, et bien sûr, nous savons tous qui a remporté ce match de lutte philosophique. Bien que les socialistes démocrates et les communistes aient des idéologies très différentes, les communistes ont commis la grave erreur de croire que ceux-ci “fascistes sociaux“étaient en aucune façon comparables aux fascistes réels qui ont compromis l’éventuel Troisième Reich. Cette division politique laissait fondamentalement la route libre à Hitler pour faire tomber ses chars.

Nürnberg, devant la gare principale, 1929. (Bundesarchiv, Bild 147-0503 / CC-BY-SA 3.0 / Wikimedia Commons)

Les chemises brunes

Un facteur clé dans l’accession au pouvoir d’Hitler a été l’utilisation d’une organisation de police paramilitaire appelée “Sturmabteilung, “qui se traduit par” Storm Unit “, mais on les appelle le plus souvent” Brownshirts “ou simplement” the SA “en anglais. Ce groupe est né de manière quelque peu organique, car les restrictions financières des conséquences du Traité de Versailles ont réduit les effectifs militaires. à seulement 100 000 hommes. De nombreux anciens soldats enragés se sont regroupés, ont apporté leur soutien à Hitler et ont commencé à agir en son nom à titre officieux.

En réaction à l’inflation massive et à l’incompétence perçue de la part de la République de Weimar, les membres de l’Afrique du Sud et d’autres partisans nazis ont tenté de stage a coup d’état contre le gouvernement bavarois en novembre 1923. Bien que leur tentative initiale de conquérir l’Allemagne ait été un échec fantastique et qu’Hitler ait été emprisonné en 1924 (pendant seulement neuf mois, d’une manière ou d’une autre), ils ont quand même réussi à faire un retour en force.

Au début des années 1930, les chemises brunes étaient largement plus nombreuses que les soldats de l’armée allemande, ce qui s’est avéré extrêmement dangereux pour presque tous ceux qui n’étaient pas un sympathisant nazi ou nazi. En 1931, la SA a été exaltée à la légitimité quand Hitler a nommé le très dévoué Ernst Rohm à la tête de l’organisation brutale. Au fil des ans, la SA est devenue tristement célèbre pour avoir harcelé et battu les gens, en particulier les juifs. En réponse, le Parti communiste encore survivant a appelé à l’action une coalition antifasciste par le biais du journal allemand Le drapeau rouge (Le drapeau rouge) en 1932.

Le Congrès antifasciste de 1932 du Front uni, montrant le logo flanqué de bannières soviétiques au centre et des images du KPD à droite. (Movimiento Nacionalista Palomo / Wikimedia Commons)

Le Congrès antifasciste du Front uni

Le journal a déclenché la création de l’organisation vaguement organisée Action antifasciste mouvement, qui a exhorté les gens à descendre dans la rue pour combattre le fascisme et les SA – et ils signifiaient «combat» en termes littéraux, physiques. Les groupes antifascistes de l’époque étaient impliqués dans un certain nombre de bagarres de rue, de rassemblements et de manifestations violentes.

Ils ont tenu leur plus grand rassemblement connu à l’été 1932, lors d’une réunion appelée Congrès antifasciste du Front uni (ou parfois, Congrès de l’Unité), où ils ont unifié et élaboré des stratégies. Ils ont ensuite établi des coalitions qui ont endigué les expulsions injustifiées et encouragé le boycott comme une forme de protestation politique. Alors que le groupe était initialement né du Parti communiste, beaucoup des participants ultérieurs étaient simplement des gens qui souhaitaient se battre contre l’État policier nazi en pleine croissance qui utilisait la violence et l’intimidation comme un moyen de gagner le pouvoir.

Parti social-démocrate d’Allemagne, 1932, avec le symbole des trois flèches. (Parti SPD / Wikimedia Commons)

La mort et la renaissance de l’antifascisme

Aussi constante que soit la bataille entre les antifascistes et les chemises brunes, c’est en fait Hitler lui-même qui a pris la vie des personnes les plus fidèles à lui. Craignant que les chemises brunes ne deviennent trop chaotiques et que les dirigeants de l’organisation s’égarent, Hitler a ordonné à l’élite Schutzstaffel, ou SS, soldats pour éliminer le Sturmabteilung le 30 juin 1934. Au cours de cette “Nuit des longs couteaux, “en gros, tous les leaders éminents des Brownshirts ont été tués, y compris Rohm, ainsi que des centaines de personnes que Hitler croyait être des opposants politiques potentiels.

Les SS ont alors dépassé la police et ont établi leurs propres méthodes d’application de la loi, se concentrant souvent sur le contrôle et la capture éventuelle du peuple juif, entre autres. Après la Nuit des longs couteaux, le pouvoir d’Hitler était pratiquement cimenté, et les seuls choix laissés aux antifascistes étaient de se battre, de fuir ou de s’aligner. Ceux qui se sont battus ont été arrêtés et envoyé dans les camps de concentration, où ils ont souvent rencontré leur terrible disparition.

Alors que le mouvement Antifaschistische Aktion n’a pas tout à fait atteint sa mission d’arrêter le Troisième Reich, les organisations antifascistes des années 20 et 30 avaient encore un impact culturel majeur à travers leur héritage de protestations et de vulgarisation de certaines iconographies. Par exemple, le poing levé et fermé est devenu un symbole fourre-tout et un geste de solidarité, généralement destiné à signaler une position contre l’autoritarisme ou l’oppression. Dans un sens pratique, l’utilisation des poings serrés pour réfuter le salut nazi (à l’origine le salut romain) est ce qui a conduit à de nombreux combats de rue à Berlin. Dans un sens plus large, le geste a perduré à travers les générations, notamment pendant la guerre civile espagnole, les années 1960 Mouvement Black Power, et plus récemment, les manifestations de Black Lives Matter.

Tags: années 1930 | fascisme | Nazis

J’aime ça? Partage avec tes amis!



(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src=”https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2&autoLogAppEvents=1″;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘428075724697421’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2692910487403456’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1244064469097209’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘737134893713800’);
fbq(‘track’, ‘PageView’); fbq(‘track’, ‘ViewContent’);