in

La spectaculaire Exposition Universelle de l’Exposition Universelle en images rares, 1899

La Tour Eiffel vue du Champ du Mars.

La Tour Eiffel vue du Champ du Mars.

L’exposition universelle de 1889 à Paris était symboliquement importante, puisque l’année 1889 marquait le centième anniversaire de la Révolution française, et la foire a été annoncée comme une célébration de l’événement. Il a attiré plus de trente-deux millions de visiteurs. La structure la plus célèbre créée pour l’exposition, et qui subsiste encore, est la Tour Eiffel.

L’Exposition Universelle de Paris de 1889 couvre une superficie totale de 0,96 km2, comprenant le Champ de Mars, le Trocadéro, le quai d’Orsay, une partie de la Seine et l’esplanade des Invalides. Le transport autour de l’Exposition était en partie assuré par un chemin de fer de 3 kilomètres (1,9 mi) 600 millimètres (2 pi 0 po) de Decauville. Il a été affirmé que le chemin de fer a transporté 6 342 446 visiteurs en seulement six mois d’exploitation.

La Foire avait cette fois deux sites: d’une part, le Trocadéro et le Champ-de-Mars abritaient les Beaux-Arts et des expositions industrielles, comme en 1878. De l’autre, à l’est du site principal, l’esplanade des Invalides abritait une exposition coloniale, ainsi que plusieurs pavillons parrainés par l’État.

Il y avait, par exemple, un «palais» d’hygiène, un pavillon de bien-être public, ainsi qu’un bâtiment dédié à l’économie sociale. L’Etat était donc beaucoup plus visible que lors du salon précédent. Le site des Invalides disposait également d’un panorama très réussi intitulé «Le panorama de tout-Paris», qui représentait la vie sociale de la capitale.

Il y avait vingt-deux entrées différentes à l’Exposition, autour de son périmètre. Ils étaient ouverts de 8h00 à 18h00 pour les principales expositions et palais, et jusqu’à 11h00 du soir pour les verts et les restaurants illuminés. L’entrée principale de cérémonie était située aux Invalides, composée de deux hauts pylônes aux ornements colorés, comme des candélabres géants.

De nombreux bâtiments ont vu le jour sur le Champ de Mars, à commencer par la tour Eiffel. Un concours pour la tour est lancé par l’État en 1884, que Gustave Eiffel remporte en 1886 sur plus d’une centaine d’autres candidats. Pourtant, la Tour était loin d’être unanimement saluée. Elle a même été très durement critiquée: les artistes et écrivains parisiens ont protesté contre son érection dans une lettre officielle adressée au directeur de la Foire, la qualifiant de «inutile et monstrueuse».

Au bord de la Seine, au pied de la tour, une exposition sur l’histoire de l’habitation humaine a été organisée à laquelle l’architecte Charles Garnier (célèbre pour l’Opéra Garnier, commandé par Napoléon III) a largement participé. Les halls principaux de la foire étaient à côté de la tour Eiffel sur le Champ-de-Mars.

Le Palais des Beaux-arts et le Palais des Arts Libéraux ont tous deux été conçus par l’architecte Joseph Bouvard. Ils se tenaient juste à côté de la tour Eiffel. Les deux autres bâtiments principaux étaient le Palais des expositions diverses (conçu par Formigé) et le plus grand bâtiment de tous, la Galerie des machines (conçu par Dutert).

Le Palais des arts libéraux contenait des expositions sur la médecine, la géographie, l’enseignement et la pédagogie, les instruments de musique et la photographie, entre autres. Le Palais des Beaux-arts abritait de nombreux tableaux naturalistes, mais les impressionnistes sont restés largement ignorés par le comité d’organisation. Des peintres préraphaélites tels que Burne-Jones et Millais y étaient également exposés. Derrière ces deux bâtiments se trouvait le Palais des expositions diverses, qui abritait des expositions de meubles, de bronze, de cristaux, de mosaïques, de vêtements et de bijoux.

Le Palais des Machines était le dernier bâtiment du Champ-de-Mars (il faisait face à l’École militaire, qui existe encore aujourd’hui). Le bâtiment était technologiquement innovant: sa taille était très impressionnante, d’autant plus qu’il avait été construit avec le moins de supports de toit possible. Cela a été rendu possible grâce aux nouveaux progrès de l’ingénierie structurelle.

Le Palais était fait d’acier et de panneaux de verre et mesurait environ 375 pieds de long. On pouvait visiter l’exposition de l’industrie au rez-de-chaussée, mais on pouvait aussi la voir d’en haut en prenant les plates-formes mobiles qui allaient et venaient d’un bout à l’autre de la salle. Ces plates-formes («ponts roulants») ont également permis de construire et de démonter la structure du bâtiment avant et après la Foire.

L’exposition universelle de Paris de 1889 était financièrement rentable pour l’État. Son échelle était également beaucoup plus grande que la foire précédente: la surface occupée par l’événement était beaucoup plus grande que les foires précédentes, et le nombre d’exposants avait également considérablement augmenté.

Le nombre de visiteurs doubla par rapport à 1878, et les coûts de 1889 étaient à peu près les mêmes qu’en 1878. L’Etat réalisa un bénéfice de 8 000 000 de francs, et acquit dans la foulée d’importants biens immobiliers: la Tour Eiffel et le Palais des Les machines appartenaient toutes deux à l’État, et ce dernier devait être réutilisé pour l’Exposition universelle de 1900.

Les pays qui ont officiellement participé à l’exposition étaient Andorre, Argentine, Bolivie, Chili, Costa Rica, République dominicaine, Équateur, États-Unis, Grèce, Guatemala, Haïti, Hawaï, Honduras, Inde, Japon, Maroc, Mexique, Monaco, Nicaragua, Norvège, Paraguay, Perse, Saint-Martin, El Salvador, Serbie, Siam, République d’Afrique du Sud, Suisse et Uruguay, les dominions britanniques de Nouvelle-Zélande et de Tasmanie ont également participé.

En raison du thème de l’Exposition, célébrant le renversement de la monarchie française, presque tous les pays européens avec des monarchies ont officiellement boycotté l’Exposition. Les pays qui boycottaient étaient l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Belgique, l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie et la Suède.

Néanmoins, de nombreux citoyens et entreprises de ces pays ont participé et un certain nombre de pays ont vu leur participation entièrement financée par des sponsors privés.

Carte de l'Exposition universelle de 1889.  L'image du haut représente le Champ-de-Mars, du Palais du Trocadéro à la Galerie des machines (à côté de l'École militaire, qui existe encore aujourd'hui).  L'impression du bas représente l'esplanade des Invalides, à environ un demi-mile du Champ-de-Mars.  Ce deuxième site de l'Exposition Universelle abritait l'Exposition coloniale ainsi qu'une foire agricole.

Carte de l’Exposition universelle de 1889. L’image du haut représente le Champ-de-Mars, du Palais du Trocadéro à la Galerie des machines (à côté de l’École militaire, qui existe encore aujourd’hui). L’impression du bas représente l’esplanade des Invalides, à environ un demi-mile du Champ-de-Mars. Ce deuxième site de l’Exposition Universelle abritait l’Exposition coloniale ainsi qu’une foire agricole.

La Galerie des Beaux-Arts.

La Galerie des Beaux-Arts.

L'extérieur du pavillon égyptien.

L’extérieur du pavillon égyptien.

Le pavillon mexicain.

Le pavillon mexicain.

Une exposition d'œuvres sidérurgiques.

Une exposition d’œuvres sidérurgiques.

Les visiteurs déambulent entre les expositions.

Les visiteurs déambulent entre les expositions.

Exposition de Paris, vue du rez-de-chaussée de la tour Eiffel avec les parisiens se promenant, 1889.

Exposition de Paris, vue du rez-de-chaussée de la tour Eiffel avec les parisiens se promenant, 1889.

La Galerie des Machines. 1899.

La Galerie des Machines. 1899.

Le Dôme des Beaux-Arts.

Le Dôme des Beaux-Arts.

Le pavillon de la Grande-Bretagne.

Le pavillon de la Grande-Bretagne.

Le pavillon du Paraguay.

Le pavillon du Paraguay.

Les visiteurs se promènent dans les expositions nord-africaines.

Les visiteurs se promènent dans les expositions nord-africaines.

Le pavillon des pastellistes français.

Le pavillon des pastellistes français.

L'exposition Préfecture de Seine, avec la Tour Eiffel en arrière-plan.

L’exposition Préfecture de Seine, avec la Tour Eiffel en arrière-plan.

Expositions de recherche de nourriture et de chasse.

Expositions de recherche de nourriture et de chasse.

Le Dôme central de l'exposition.

Le Dôme central de l’exposition.

L'entrée de l'exposition d'horlogerie.

L’entrée de l’exposition d’horlogerie.

La Grande Galerie des différentes industries.

La Grande Galerie des différentes industries.

L'exposition de bijoux.

L’exposition de bijoux.

Le pavillon de l'orfèvrerie.

Le pavillon de l’orfèvrerie.

Une exposition de sculptures en marbre de Jules Cantini.

Une exposition de sculptures en marbre de Jules Cantini.

L'entrée de l'exposition de meubles.

L’entrée de l’exposition de meubles.

Le pavillon du Brésil.

Le pavillon du Brésil.

L'entrée de l'exposition de céramique.

L’entrée de l’exposition de céramique.

La Grande Galerie des différentes industries.

La Grande Galerie des différentes industries.

La porte pour une exposition de tissus de laine.

La porte pour une exposition de tissus de laine.

Le palais de l'Inde.

Le palais de l’Inde.

L'exposition Autriche-Hongrie.

L’exposition Autriche-Hongrie.

L'entrée d'une salle d'exposition.

L’entrée d’une salle d’exposition.

L'entrée d'une exposition de pastellistes français.

L’entrée d’une exposition de pastellistes français.

Le pavillon japonais.

Le pavillon japonais.

L'intérieur d'un pavillon.

L’intérieur d’un pavillon.

Le pavillon du Venezuela.

Le pavillon du Venezuela.

La Grande Galerie des différentes industries.

La Grande Galerie des différentes industries.

Le pavillon du Chili.

Le pavillon du Chili.

(Photo credit: AALTO University / Brown University Library Center / L’Exposition de Paris, publiée avec la collaboration d’écrivains spéciaux, Vol. 1. Paris : Librairie illustrée, 1889).