in

La philosophie de JEAN-PAUL SARTRE, racontée par deux rats


Le labyrinthe
Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)
Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)

Ces jours-ci, il semble y avoir plus de place pour la pensée existentielle, et Abrams ComicsArts vient de publier une nouvelle version du travail du philosophe existentiel Jean-Paul Sartre avec l’OGN Le labyrinthe.

Frappé sur les étagères la semaine dernière, l’écrivain / artiste Ben Argon prend sa fascination de longue date pour le travail de Sartre et le met dans les mots et les actions de deux rats dans – vous l’aurez deviné – un labyrinthe.

Newsarama a parlé avec Argon de son examen anthromorphique des philosophies de Sartre, et va aussi au fond de l’amour du caricaturiste pour les rats.

Newsarama: Alors Ben … toi et Jean-Paul Sartre. Comment vous est venue l’idée d’adapter son travail?

Ben Argon

Ben Argon

Crédits: Abrams ComicArts

Ben Argon: L’idée de Le labyrinthe est venu en lisant le chef-d’œuvre philosophique de Sartre Être et néant. J’ai été frappé par la pertinence des pensées de Sartre dans le monde moderne d’aujourd’hui où la vie ressemble souvent à une course de rats absurde avec la mort comme sortie ultime. Selon Sartre, il y a de l’espoir pour une évasion alternative dans notre liberté absolue. Ce sont des idées que j’ai trouvé intéressantes à explorer et à promouvoir.

Nrama: Donc, l’idée vient – pouvez-vous raconter comment vous êtes arrivé à la réalité de le faire dans ce qui allait devenir une œuvre graphique de longue durée?

Argon: Dès le début, j’avais une vision claire des images d’ouverture et de fermeture du roman graphique et je savais que l’histoire devait concerner une paire de rats piégés dans le labyrinthe de l’existence. Il s’agissait alors de mettre en scène les idées clés de Sartre à travers ces deux rats sous la forme de courtes bandes dessinées humoristiques et de les intégrer dans une histoire divertissante.

Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)

Nrama: Revenons un peu en arrière – comment avez-vous découvert le travail de Sartre en premier lieu et comment vous a-t-il suivi depuis?

Argon: J’ai grandi en France entouré d’artistes, d’auteurs et de philosophes de toutes sortes. Dans ce cercle, Sartre était un super-héros intellectuel. Être et néant détenait un statut mythique et était la clé du sens de la vie, mais était redoutée en raison de l’impossibilité de la comprendre. C’est à cette époque que j’ai commencé à dessiner des bandes dessinées. Depuis, Sartre et les bandes dessinées doivent hanter mon subconscient. Finalement, j’ai osé lire par moi-même le travail de Sartre, ce qui m’a inspiré à transformer son travail en bande dessinée.

Nrama: Et pourquoi pensiez-vous que l’adapter en tant que bande dessinée – avec des rats, à laquelle nous reviendrons – était idéal?

Argon: La philosophie interroge les aspects les plus fondamentaux de nos vies et cela devrait s’adresser à tout le monde – pas seulement aux intellectuels. J’étais convaincue qu’en combinant du texte et des graphiques comme le font uniquement les bandes dessinées, cela me permettrait de transmettre des idées philosophiques complexes d’une manière qui résonne émotionnellement, et de les rendre ainsi compréhensibles pour tout le monde. Et comme l’existentialisme de Sartre est souvent décrit comme une philosophie pessimiste, la bande dessinée était un excellent moyen de la rendre plus amusante et divertissante.

Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)

Nrama: Ben, je dois poser des questions sur les rats. Pourquoi aimez-vous autant les dessiner?

Argon: Les rats me viennent à l’esprit quand je pense aux humains. Comme les humains, les rats sont des animaux sociaux, et nous expérimentons sur des rats pour en savoir plus sur nous-mêmes. Dans notre pire état, les humains se transforment en rats, et nos vies ressemblent à une course de rats, ou peut-être comme pris au piège dans un labyrinthe expérimental.

Question: Qui mène l’expérience et qu’essaient-ils de prouver?

Nrama: Quand est-ce que dessiner des rats est devenu une chose pour vous? Et pourquoi, pensez-vous?

Argon: Je ne les vois pas comme des rats. Les rats ne parlent pas. Techniquement, ce ne sont que de l’encre sur papier, des dessins pour transmettre des émotions et des pensées. Sous forme de rats, ce sont des pensées de personnalité. Les pensées peuvent être intelligentes, stupides, belles, laides – et dans le cas de la philosophie et des rats – poilues.

Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)

Nrama: Que pensez-vous que Sartre aurait à dire sur la bande dessinée – et votre travail de bande dessinée?

Argon: Sartre a vécu sa philosophie comme un homme d’action, utilisant toutes sortes de moyens pour faire passer ses idées. Dans une de ses pièces de théâtre, il a écrit: « Tous les moyens sont bons lorsqu’ils sont efficaces ». Je suppose donc qu’il aurait approuvé les bandes dessinées qui communiquent efficacement les idées existentialistes. Mais il faudrait le déterrer de sa tombe parisienne et lui demander de s’en assurer.

Nrama: Vue d’ensemble – qu’espérez-vous que les gens en retireront?

Argon: Bien que je pense que le lit de mort est un endroit approprié pour penser à toutes ces choses existentialistes, il est alors un peu tard pour faire quoi que ce soit sur sa vie. Plus tôt nous commencerons à penser à notre existence, plus nous serons susceptibles de découvrir ce que cela signifie pour nous, ce que nous voulons faire et qui nous voulons être. Malheureusement, les gens ne réfléchissent généralement pas à leur vie à moins qu’ils ne reçoivent un coup de pied sérieux dans le dos, comme perdre quelqu’un près d’eux ou tomber gravement malade. La lecture de bandes dessinées est beaucoup moins stressante. Et si cela fait sourire les gens de notre existence, tant mieux. La vie est trop courte pour être trop sérieuse!

Crédit: Ben Argon (Abrams ComicArts)

Nrama: Et pour vous – comment cela vous a-t-il affecté?

Argon: J’ai découvert que ce qui m’excite dans la bande dessinée, c’est qu’en combinant texte et art, la bande dessinée me permet de transmettre des concepts abstraits et sérieux d’une manière puissante mais divertissante. C’est un domaine de la bande dessinée que j’ai hâte de continuer à explorer et à promouvoir. Et faire des bandes dessinées n’est que le début; les bandes dessinées prennent vie en les lisant, ce qui revient essentiellement à donner un sens ou à trouver un message.