in

‘La Haine’ est un classique racialement plus pertinent que jamais – / Film

(Bienvenue à Le flux de quarantaine, une nouvelle série où l’équipe / Film partage ce qu’elle a regardé tout en prenant ses distances sociales pendant la pandémie de COVID-19.)

Le film: La Haine

Où vous pouvez le diffuser: Kanopy

Le Pitch: UNE un trio d’amis errent sans but dans la banlieue française, se distrayant des cycles de pauvreté et de discrimation qui les emprisonnent en débattant de leurs films préférés et en se faisant passer pour des gangsters inspirés de Robert de Niro.

Pourquoi il est essentiel de visualiser la quarantaine: Il y a tellement de films agités et rebelles des années 90 qui tentent de parler de la frustration de la génération X avec les normes de la société, mais La Haine est le meilleur de tous. Parfois sinueux et philosophique, parfois brutal, La Haine est enraciné dans les tensions raciales et de classe de 1995 en France. Ancré par les performances magnétiques de Vincent Cassel, Saïd Taghmaoui et Hubert Koundé et une direction réfléchie par Mathieu Kassovitz, le trio central les fantasmes performatifs entrent en collision avec la réalité en se confrontant à la brutalité policière et à la violence des gangs.

«Avez-vous déjà entendu parler du gars qui est tombé d’un gratte-ciel? En descendant devant chaque étage, il n’arrête pas de dire pour se rassurer: Jusqu’ici tout va bien … jusqu’à présent tout va bien … jusqu’à présent tout va bien. Peu importe comment vous tombez. C’est comme ça que vous atterrissez. « 

Présenté dans une palette blanche et noire épurée et suivant les 24 heures de la journée de trois jeunes hommes des plus pauvres banlieues de Paris, La Haine est un portrait implacable de la rage urbaine. Mais autant que le film bouillonne de colère et d’injustice, il puise aussi dans l’ennui qui accompagne l’impuissance de la pauvreté. Les trois amis – le furieux Travis Bickle-wannabe, Vinz (Vincent Cassell, dans son rôle d’évasion), le sage boxeur et petit trafiquant de drogue, Hubert (Hubert Koundé) et le doucement timide Said (Saïd Taghmaoui) – errent sans but dans les banlieues à la suite d’une émeute provoquée par un exemple choquant de brutalités policières.

La Haine est une marmite de tension et de colère qui ne fait que bouillir sous la forme de Vinz de Cassell, qui entre en possession d’une arme à feu et jure vengeance contre la police. Il n’ya pas de meilleure représentation du cercle vicieux de la classe sociale et de la cruauté que La Haine, qui semble aussi viscérale aujourd’hui qu’il y a 23 ans.

Bien qu’il porte son inspiration de classiques cinématographiques comme Faire la bonne chose et Conducteur de taxi sur ses manches, La Haine est bien plus que la somme de ses parties. Sorti en 1995, Mathieu Kavitz un drame policier puissant se déroule au milieu des troubles sociaux et des émeutes raciales qui se propagent à travers la France à l’époque. Il est donc effrayant de voir à quel point La Haine reste aujourd’hui.

Articles sympas du Web: