in

La Canadienne Ashley Lawrence en France, à la recherche d’apprentissages pendant un «moment unique»


À 24 ans, Ashley Lawrence est la joueuse régnante de Canada Soccer de l’année – une arrière / milieu de terrain influente qui a déjà remporté 91 sélections pour son pays.

Mais le joueur du Paris Saint-Germain a autre chose en tête ces jours-ci.

«C’est définitivement une période unique dans laquelle nous vivons», a-t-elle déclaré à Paris. «Pour moi, pendant cette période, je suis toujours quelqu’un qui essaie de pratiquer la gratitude et de vraiment voir ce que j’ai. Je pense que c’est vraiment plus une révélation d’être à la maison à l’intérieur pendant une si longue période de temps. Cela vous fait vraiment réfléchir.

«Pour moi, c’est reconnaître que rester à l’intérieur, c’est tellement important. C’est difficile pour beaucoup de gens, pour certains plus que pour d’autres, mais c’est un sacrifice qui va nous aider à long terme. Je pense qu’il y a une doublure argentée pour tout le monde et une lumière au bout du tunnel. Rester à l’intérieur sauve des vies et c’est vrai. « 

Lawrence, originaire de Brampton, en Ontario, a choisi de rester en France au début de la pandémie.

« Je pensais que cela durerait peut-être quelques semaines et que la saison reprendrait », a-t-elle déclaré. « Et maintenant, c’est évidemment beaucoup plus long que ça. »

Un autre facteur important était qu’elle vit avec son petit ami. Si elle avait été seule, elle dit qu’elle serait probablement rentrée chez elle. L’attaquante du PSG Jordyn Huitema et la défenseure lyonnaise Kadeisha Buchanan, compatriotes internationaux canadiens, sont de retour au Canada.

La France a été durement touchée par le virus. La vie a changé.

« En ce moment, nous sommes à un point où c’est assez restreint », a déclaré Lawrence.

Elle peut quitter sa maison pour aller faire des courses et acheter des produits de première nécessité, mais sinon elle est limitée à une heure par jour à l’extérieur et doit porter un document indiquant quand elle est partie et pourquoi.

«C’est donc très strict, mais pour des raisons évidentes», a-t-elle déclaré.

Il y a des files d’attente «énormes» dans les magasins, exacerbées par le besoin de distanciation sociale et les limites du nombre de personnes à l’intérieur. La bonne nouvelle est que Lawrence vit en banlieue parisienne, donc la situation est légèrement meilleure qu’au centre-ville.

Lawrence, qui se fait occasionnellement courir, mange sainement. Son petit ami a étudié la nutrition.

Le PSG lui a donné un programme d’entraînement en salle, tout comme l’équipe nationale canadienne. Le Canada a également organisé des séances de webinaires afin qu’elle puisse s’entraîner avec ses coéquipières et l’entraîneur de la force et du conditionnement de l’équipe nationale.

«Je pense que c’est formidable pour la motivation et pour voir que nous sommes tous dans la même position dans différentes parties du monde», a-t-elle déclaré. «(Après) avoir reporté la nouvelle des Jeux olympiques, collectivement, nous travaillons toujours vers un objectif et c’est la compétition (de Tokyo) – mais aussi notre développement personnel chaque jour. Donc ça a été vraiment sympa d’obtenir ce soutien. « 

Une autre des raisons pour lesquelles elle a choisi de rester en France était que le Paris Saint-Germain était confronté à une période cruciale de son calendrier. Deuxième du championnat de France, le PSG (13-1-2) devait affronter Lyon en tête du classement le 14 mars, Bordeaux en demi-finale de Coupe de France le 21 mars et Arsenal en match aller du quart de finale de Ligue des champions le 25 mars.

« C’est définitivement un moment critique », a déclaré Lawrence, qui a rejoint le PSG en janvier 2017 après une carrière collégiale réussie en Virginie-Occidentale.

Avec le Paris Saint-Germain à seulement trois points de Lyon (14-0-2), le choc du haut de la table a été important.

Lawrence a joué dans divers rôles avec le Canada, de l’ailier arrière à l’ailier et au milieu de terrain central. Avec le PSG, elle a joué sur le côté gauche – en tant qu’arrière et aile.

Elle se sent à l’aise dans les deux rôles mais dit qu’elle aime jouer à l’arrière gauche, ce qui lui permet d’attaquer sur le flanc ou de couper à l’intérieur et d’utiliser son pied droit.

« Je pense que je peux vraiment ajouter beaucoup à la position d’arrière et la réinventer de différentes manières », a-t-elle déclaré.

Ces jours-ci, Lawrence est fier que la communauté du football fasse tout ce qu’il peut pour aider pendant la pandémie, citant des gens comme le Portugal Cristiano Ronaldo qui s’est mobilisé pour apporter sa généreuse contribution.

Mais vous n’avez pas besoin d’être une superstar pour faire la différence.

« Un coup de main. Je pense que c’est vraiment de cela qu’il s’agit », a-t-elle déclaré. «C’est voir une personne et voir comment vous pouvez l’aider de quelque manière que ce soit et faire la différence. C’est un effet de chaîne. »

Lawrence fait sa part depuis plusieurs années via Yes She Canada, qu’elle a fondée pour aider les joueurs professionnels à rejoindre les jeunes filles et les encadrer par le sport «leur montrer qu’ils peuvent croire en eux-mêmes, que leurs rêves sont possibles».

«Alors que je continue à apprendre, je veux transmettre ces expériences à la prochaine génération.»

Son séjour en France a affiné ses compétences en français, Lawrence disant que c’est maintenant la langue utilisée à la maison avec son petit ami.

«J’ai eu du mal avec ça (à l’école). Je dirais que je partais de zéro lorsque je suis arrivée en France pour la première fois », a-t-elle déclaré.